Ashvaghosha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ashvaghosa
Image dans Infobox.
Fonction
Patriarche du zen (d)
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
Religion
Œuvres principales

Ashvaghosha (sanskrit : Aśvaghoṣa « hennissement », de aśva: cheval et ghoṣa: cri; devanāgarī: अश्वघोष, pali: Ashvaghosa) est un philosophe et poète bouddhiste indien[1] né à Ayodhya. Il vécut durant le iie siècle de l'ère commune. Il est considéré comme le premier dramaturge en langue sanskrite, et l'un des plus grands poètes avec Kalidasa.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié l'enseignement non-bouddhiste, il se convertit au bouddhisme à la suite d'un défi lancé au patriarche bouddhiste Parshva. D'après sa biographie qui nous est parvenue en traduction chinoise[2], Aśvaghoṣa était un excellent débatteur, et les victoires qu'il remportait facilement lors de débats théoriques le rendaient facilement arrogant et dédaigneux.

Ayant entendu vanter les qualités d'orateur de Parshva, il décida de le défier et de le vaincre dans une joute oratoire. Une fois arrivé au monastère en compagnie ses disciples, il se lança dans la discussion veillant à démonter chacun des points de vue de Parshva. Pourtant, à la grande surprise d'Ashvaghosa, ce dernier ne réagit pas et garda le silence.

Ashvaghosa se sentit soulagé en pensant que ce vieux maître n'avait rien d'exceptionnel, et se proclama vainqueur de ce combat rhétorique. Il quitta Parshva sans cacher son mépris. Mais soudain, en chemin, il poussa un grand cri. Il répondit à ses élèves, stupéfiés, qui l'interrogèrent, que c'était lui qui avait perdu le débat. En effet le patriarche n'avait rien dit et Ashvghosa ne pouvait donc l'attaquer, alors même que son idée était de démonter tous ses points de vue. Mais ce faisant, il avait aussi détruit son propre discours... Il retourna donc sur le champ au monastère présenter ses excuses au maître, et lui demanda de l'accepter comme disciple.

Par la suite, il devint conseiller religieux du roi Kanishka du Kushan.

Postérité[modifier | modifier le code]

Aśvaghoṣa est considéré comme l'un des plus grands auteurs bouddhistes. Il est l'un des quatre grands sages bouddhistes, surnommés « quatre soleils éclairant le monde », avec Nagarjuna, Aryadeva, et Kumaralata. Il est considéré par la tradition du bouddhisme zen comme son douzième patriarche.

L'ensemble de ses œuvres expose dans un style accessible les enseignements bouddhistes sous forme de paraboles et de récits.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Shariputra-Prakarana, drame épique.
  • Saundarananda Kâvya, épopée.
  • Sûtralamkâra (Kalpanâmanditikâ), traité de rhétorique, aujourd'hui attribué à Kumâralâta, contemporain de Kumârajîva qui a traduit en chinois vers 405[3].
  • Mahâyâna-shraddhotpâdashâstra. « Traité de la naissance de la foi dans le Grand Véhicule » (attribution parfois contestée)[4],[5].
  • Bouddha-Charita, (« Actes (= vie) du Bouddha »), épopée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Robert E. Buswell Jr. & Donald S. Lopez Jr., The Princeton Dictionary of Buddhism, Princeton, Princeton University Press, 2014 (ISBN 0691157863), p. 76.
  2. (en) « Biography of the Bodhisattva Aśvaghoṣa Maming pusa zhuan 馬鳴菩薩傳 », sur ccbs.ntu.edu.tw (National Taiwan Univ. - Digital Library of Buddhist Studies,‎ (consulté le )
  3. Hajime Nakamura, Indian Buddhism. A Survey With Bibliographical, Delhi, Motilal Banarsidass, 1987 [1980], (ISBN 978-8-120-80272-8) p. 134.
  4. Jan Nattier, « The Heart Sutra: A Chinese Apocryphal Text ? », Journal of the International Association of Buddhist Studies, vol. 15, n. 2, p. 180-181 [lire en ligne (page consultée le 2 mars 2021)]
  5. Robert Buswell, « Prolegomenon to the Study of Buddhist Apocryphal Script » in Robert E. Buswell (Ed.), Chinese Buddhist Apocrypha, Honolulu, University of Hawaii Press, 1990. p 1-29

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Source[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

Buddhacarita[modifier | modifier le code]

  • (en) Buddhacarita : In Praise of Buddha's Acts (trad. du chinois par du chinois et introduction par Charles Willemen), Berkeley, Numata Center for Buddhist Translation and Research, , XVII, 254 p. (ISBN 978-1-886439-42-9, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) The Buddha-karita of Asvaghosha (trad. et introduction par E. B. Cowell, in E.B. Cowell, F. Max Müller & J. Takakus, Buddhist Mahâyâna Texts), Oxford, Clarendon Press, coll. « Sacred Books of the East », (lire en ligne)
  • (en) Aśvaghoṣa’s Buddhacarita or Acts of the Buddha : complete Sanskrit text with English translation (Reprint of complete English translation based on Sanskrit, Tibetan and Chinese sources by E.H. Johnston, from Acta Orientalia, vol. XV, 1936), New Delhi, Motilal Banarsidass, , 527 p. (ISBN 978-81-208-1279-6)

Traité de la naissance de la foi dans le Grand Véhicule[modifier | modifier le code]

Études sur Asvaghosa[modifier | modifier le code]

  • (en) Nobuyoshe Yamabe, « On the School Affiliation of Aśvaghoṣa: "Sautrāntika" or "Yogācāra"?" », Journal of the International Association of Buddhist Studies, vol. 26, no 2,‎ , p. 225-249 (lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]