Ku'damm 56

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Berlin 56

Titre original Ku’damm 56
Genre Drame
Création Annette Hess
Production Nico Hofmann
Benjamin Benedict
Acteurs principaux Sonja Gerhardt
Claudia Michelsen
Maria Ehrich
Emilia Schüle
Sabin Tambrea
Heino Ferch
Musique Maurus Ronner
Pays d'origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Chaîne d'origine ZDF
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 6
3 (Allemagne)
Durée 45 minutes
Diff. originale
Site web zdf.de/filme/kudamm-56

Berlin 56 (Ku’damm 56) est une mini-série allemande en six épisodes de 45 minutes – 3 épisodes de 90 à 100 minutes en Allemagne – créée par Annette Hess, diffusée les jeudis 6 et 13 avril 2017 en France sur Arte[1]. Une deuxième saison nommée Berlin 59 a été diffusée sur la chaîne de télévision allemande ZDF en mars 2018.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La série présente l’histoire d’une famille allemande à Berlin, les Schöllack, quelques années après la Seconde Guerre mondiale. Une mère et ses trois filles font face au nouveau monde qui se présente et aux changements en cours. La mère est propriétaire d’une école de danse de salon et n’a à cœur que de marier ses trois filles.

Premier épisode[modifier | modifier le code]

En 1956, la jeune Monika Schöllack vient d’être expulsée de son école d’arts ménagers à cause d’un comportement inapproprié. Elle revient pleine de honte à Berlin auprès de sa mère Catarina, qui dirige une école de danse, et de ses sœurs Helga et Eva. Pour Catarina, l’expulsion de Monika est une preuve supplémentaire de l’échec de sa fille et elle craint de ne jamais trouver un homme pour épouser Monika. C’est le grand objectif de Catarina que d’établir au mieux ses filles dans la société par un mariage avantageux. La réputation de la famille est importante pour Catarina et elle est très conservatrice. Elle dirige seule le programme de l’école de danse Galant. Son mari et père de ses filles, Gerd Schöllack, est porté disparu depuis 1944. Seul Fritz Assmann, un ami de la famille, la soutient, notamment à l’école de danse.

Contrairement à Monika, ses sœurs peuvent toujours compter sur la bienveillance de leur mère. Helga est sur le point de se marier avec le jeune procureur Wolfgang von Boost et Eva travaille dans une clinique et elle calcule ses chances d’épouser le directeur de celle-ci. Quand le fils du fabricant Joachim Franck semble être intéressé par Monika, Caterina a enfin l’espoir qu’elle pourra marier sa fille cadette. Elle ne soupçonne pas que Joachim est sur le point de confirmer sa réputation de bon à rien. Après la cérémonie du mariage de Helga, il viole Monika. Sa mère tente toujours de profiter de cet incident pour la forcer à se marier, mais elle est rejetée par les Franck. Monika veut se suicider, mais elle est retrouvée par ses sœurs juste à temps. Par l’intercession de Fritz Assmann, Catarina donne un cours de débutant à Monika à l’école de danse. Au début, elle a du mal à s’y faire, mais découvre vite son talent pour le rock ’n’ roll[2].

Deuxième épisode[modifier | modifier le code]

Le jeune mariage de Helga connaît ses premiers problèmes. Son mari cherche alors des conseils médicaux et de l’aide, car Wolfgang pense que son homosexualité, dont personne ne sait rien, est curable. Le professeur Jürgen Fassbender commence une thérapie avec lui, qui va de la douleur initiale auto-infligée à l’utilisation d’un dispositif de choc électrique. Néanmoins, cela n’aide bien entendu pas Wolfgang à résoudre son problème.

Monika continue à rencontrer Joachim Franck sur l’insistance de sa mère. Il essaye de ramener leur relation à un niveau normal. Même si Monika ne sort qu’à contrecœur avec le jeune homme au penchant narcissique, elle commence à le comprendre un peu, parce qu’il souffre autant vis-à-vis de son père qu’elle de sa mère. Dans un autre tollé avec elle, il devient évident que l’école de danse, qui a été si acclamée par Caterina, n’a pas été fondée par sa famille, mais appartenait à une famille juive qui a été tuée dans le camp de concentration avant 1936. En outre, il s’avère que Gerd Schöllack est rentré il y a deux ans comme prisonnier de guerre, mais n’a pas encore contacté sa famille et vit à Berlin-Est. Catarina lui rend visite et il essaye de lui expliquer qu’il n’est plus la même personne qu’avant. Il n’a pas pu reprendre son ancienne vie. Il est devenu antifasciste et essaye maintenant de construire une société meilleure dans la partie orientale de la ville sous le socialisme.

Monika vit sa nouvelle passion, le rock’n’roll, mais uniquement en secret avec son partenaire de danse Freddy Donath, mais comme elle est aussi vue par les élèves de l’école de danse lors d’un concours, ils veulent qu’elle leur enseigne les danses modernes.

Troisième épisode[modifier | modifier le code]

Eva commence à tomber amoureuse de Rudi Hauer, le mari d’une patiente, alors qu’il n’est qu’un joueur de football et que ce lien n’offre aucune chance d’amélioration professionnelle attendue par sa mère.

L’illusion de la « famille guérisseuse » ne commence pas seulement à éclater pour Catarina comme une bulle de savon. Sa fille Helga doit également « affronter » les problèmes de son mari si elle veut maintenir son mariage et Monika se rend compte qu’elle est enceinte de Freddy. Dans sa détresse, elle quitte la maison et « s’enfuit » chez son père, dont elle a pu découvrir l’adresse. Mais sa mère refuse cette situation et la ramène chez elles. Elle est au courant de la grossesse de Monika et veut la motiver à utiliser cette circonstance pour forcer Joachim Franck à se marier. C’est pourquoi elle lui dit que les hommes peuvent être « sous-estimés » à cet égard, car le père de Monika n’est pas Gerd Schöllack, mais bien Fritz Assmann. Monika est maintenant en contact avec Joachim, qui semble avoir changé de personnalité depuis un grave accident de voiture. Non seulement il a déménagé de la villa de son père, mais il vit enfin son rêve d’écrire un livre. Avec la perspective de se marier à Joachim Franck, Monika réussit enfin à offrir le rock ’n’ roll à l’école de danse contre la volonté de sa mère. Néanmoins, Monika n’arrive pas à se résoudre à tromper Joachim, car leur relation s’améliore beaucoup, et elle lui avoue le plan que sa mère avait prévu. Ainsi, les deux s’approchent en toute honnêteté et Monika envisage de laisser « l’enfant s’enfuir ».

Cependant, le mariage de Helga est constamment mis à l’épreuve et l’histoire d’amour d’Eva n’a pas d’avenir, car Rudi est toujours marié, d’une part, et d’autre part, il jouera dans l’équipe nationale de la République démocratique allemande à l’avenir, ce qui interdit un déménagement trop fréquent dans la partie occidentale de Berlin. Quand la femme de Rudi apprend le nouvel amour de son mari, elle saute par la fenêtre. Eva se sent ensuite coupable et accepte la proposition de son patron Fassbender. Monika, d’autre part, ne peut pas décider entre ses sentiments pour Joachim et Freddy, ce qui finit par faire que les deux hommes se battent pour elle. En même temps, Monika se rend compte qu’elle ne veut pas s’engager du tout. Elle se déplace donc avec Freddy d’un tournoi de danse à un autre tant que son corps le lui permet. En fin de compte, elle n’a pas été en mesure de décider d’interrompre sa grossesse et préfère laisser les choses suivre leur cours.

Malgré tous les problèmes, les sœurs ne se sont jamais sérieusement séparées les unes des autres et se sont toujours serré les coudes dans toutes les situations de la vie.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[3] et selon le carton de doublage télévisuel.

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Berlin 56 – Leçon de modernité », Le Monde des séries,‎ (lire en ligne)
  2. « Programme TV - Berlin 56 - Saison 1 Épisode 1 », sur tvmag.lefigaro.fr (consulté le 8 mars 2018)
  3. « Fiche du doublage français du téléfilm », sur rsdoublage.com (consulté le 3 août 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]