Kati Horna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kati Horna
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 88 ans)
Mexico
Nationalité
Hungria (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Kati Horna (, Budapest, Hongrie - , Mexico) est une anarchiste, photographe mexicaine d'adoption.

Biographie[modifier | modifier le code]

À 20 ans, elle apprend la technique photographique à l'atelier de Pesci, à Budapest.

En 1932, elle consolide sa formation à Paris et réalise plusieurs documentaires avec son appareil photo Linhof pour une agence française ; à cette période, Kati Horna réalise sa série intitulée El mercado de las pulgas (1933) et Reportage dans les cafés de Paris (1934).

En 1937, en pleine guerre d'Espagne, elle reçoit du gouvernement républicain espagnol la charge de réaliser un album pour la propagande extérieure et s'installe à Barcelone. Engagée dans la cause anarchiste, elle collabore avec la revue Umbral. Elle y fait la connaissance de son futur mari, le dessinateur libertaire andalou José Horna, avec qui elle crée ses collages et photomontages les plus célèbres. Le 17 octobre 1940, avec José Horna, qu'elle a épousé en 1938, elle s'embarque pour le Mexique[1].

Le Mexique sera pour elle sa patrie définitive. Elle y collabore avec plusieurs publications majeures et se fait remarquer pour ses reportages et ses travaux associés au surréalisme. Elle se lie d'amitié avec un groupe d'artistes européens surréalistes qui, comme elle, ont fui l'Espagne à la fin de la Guerre Civile, parmi eux Remedios Varo et Leonora Carrington, mais ne considère pas que son travail ait une véritable affinité avec le surréalisme[2].

On remarque parmi ses œuvres La Castañeda (1945), Fetiches de S.nob (1962), Sucedió en Goyoacán (1962), Mujer y Máscara (1963) et Una noche en el sanatorio de muñecas (1963). Ses travaux enchaînent de fréquentes expositions en son hommage aussi bien en Espagne qu'au Mexique et également dans d'autres pays.

Elle enseigne la photographie pendant plusieurs décennies à la Universidad Nacional Autonoma de México (UNAM) et à l'Universidad Iberoamericana.

Kati Horna décède en 2000. Depuis sa mort, son travail est l'objet de plusieurs expositions à travers le monde. La galerie du Jeu de Paume à Paris présente une exposition rétrospective de son œuvre du 3 juin au 21 septembre 2014.

Expositions récentes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Rétrospective Kati Horna au Jeu de Paume, juin-septembre 2014, texte intégral.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yasmine Youssi, « Kati Horna », sur Telerama, .
  2. « Kati Horna, vanguardia y teatralización », sur www.jornada.unam.mx (consulté le 21 septembre 2015)