Kamel Omrane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Omrane.

Kamel Omrane
Illustration.
Fonctions
Ministre tunisien des Affaires religieuses

(17 jours)
Président Zine el-Abidine Ben Ali
Fouad Mebazaa (intérim)
Premier ministre Mohamed Ghannouchi
Gouvernement Ghannouchi I
Prédécesseur Boubaker El Akhzouri
Successeur Laroussi Mizouri
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Tunis, Tunisie
Date de décès (à 67 ans)
Nationalité tunisienne
Parti politique Rassemblement constitutionnel démocratique
Diplômé de École normale supérieure de Tunis
Profession Universitaire

Kamel Omrane (arabe : كمال عمران), né le à Tunis et mort le [1], est un universitaire et homme politique tunisien. Il est ministre des Affaires religieuses de 2010 à 2011, au sein du premier gouvernement Ghannouchi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Kamel Omrane étudie au lycée du Bardo puis à l'École normale supérieure de Tunis où il obtient, en 1973, une maîtrise universitaire en langue et littérature arabe[2]. En 1980, il sort également major du concours de l'agrégation en langue arabe et, en 1994, obtient un doctorat d'État en civilisation arabo-musulmane grâce à une thèse intitulée L'Homme et son destin dans la pensée arabo-islamique moderne[3].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

En 1999, Kamel Omrane devient professeur d'université ; il publie des ouvrages sur la pensée arabo-islamique et participe à plusieurs congrès, conférences et colloques internationaux en Tunisie et à l'étranger[2].

Il travaille également pour le ministère de l'Enseignement supérieur, en tant que conseiller du ministre, et le ministère de l'Éducation nationale, comme conseiller du ministre et chargé de mission. Il est aussi directeur de l'Institut supérieur de documentation de Tunis, directeur général des stations radiophoniques et directeur de Zitouna FM[4].

Il est membre de plusieurs assemblées, comme le Conseil supérieur islamique, le Conseil supérieur de la culture[5], le Conseil de la Fondation Babtine pour la poésie, le Conseil économique et social et du conseil exécutif de l'Unesco[2].

Carrière dans l'administration et carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est nommé ministre des Affaires religieuses en décembre 2010, au sein du premier gouvernement de Mohamed Ghannouchi[6]. À la suite de la révolution de 2011, il ne conserve pas son poste dans le gouvernement d'union nationale[7].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié et père de trois enfants[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Officier de l'Ordre tunisien du mérite culturel ;
  • Chevalier de l'Ordre tunisien du mérite éducatif.

Publications[modifier | modifier le code]

  • (ar) La traduction et ses théories (الترجمة ونظرياتها), éd. Beït El Hikma, Carthage, 1989
  • (ar) De la lecture du texte religieux (في قراءة النص الديني), éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1990
  • (ar) La conclusion et le rejet dans la culture islamique (الإبرام والنقض: قراءة في الثقافة الإسلامية), éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1992
  • (ar) Renouveau et expérimentation dans la culture islamique (التجديد والتجريب‮ في ‬الثقافة الإسلامية), éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1993
  • (ar) L'Homme et son destin dans la pensée arabo-islamique moderne (الإنسان ومصيره‮ في ‬الفكر العربي‮ ‬الإسلامي‮ ‬الحديث), éd. Publications de la faculté des lettres de la Manouba, La Manouba, 2001
  • (ar) La Tunisie et ses saints dans le corpus des soufis (تونس وأولياؤها الصالحون في مدونة المناقب الصوفية), éd. Publications de la faculté des lettres de la Manouba, La Manouba, 2008
  • (ar) Passion du texte : approche des textes civilisationnels (شغاف النص: في مقاربة النص ذي الطابع الحضاري), éd. Centre de publication universitaire, Tunis, 2008
  • (ar) Approches culturelles (مداخل إلى الثقافة), éd. Ministère de la Culture, Tunis, 2008

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'universitaire Kamel Omrane, n'est plus », sur nessma.tv, (consulté le 14 mai 2018)
  2. a, b, c et d « Biographie de M. Kamel Omrane, nouveau ministre des Affaires religieuses », sur businessnews.com.tn, (consulté le 28 février 2017)
  3. « Hommage à Cheikh Kamel Omrane, décédé à 67 ans », sur kapitalis.com, (consulté le 14 mai 2018)
  4. « L’ancien ministre des Affaires religieuses, Kamel Omrane n’est plus », sur realites.com.tn, (consulté le 14 mai 2018)
  5. « Nominations », Journal officiel de la République tunisienne, no 19,‎ , p. 881 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF])
  6. « Décès de Kamel Omrane », sur leaders.com.tn, (consulté le 14 mai 2018)
  7. Mona Ben Gamra, « Kamel Omrane dit tout », sur turess.com, (consulté le 14 mai 2018)

Article connexe[modifier | modifier le code]