Jules Rouanet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rouanet.

Jules Rouanet est un ethnomusicologue français ayant travaillé en Algérie au début du XXe siècle.

Jules Rouanet a contribué à faire connaitre la musique classique algérienne[modifier | modifier le code]

Quand le Maghreb est devenu le refuge des Arabes d'Espagne (à partir de 1492), la musique arabo-andalouse a connu un nouveau en s'appropriant les spécificités socio-culturelles[1]. Jules Rouanet a promu l’Art musical andalou, ou musique classique algérienne, dont il s'est inspiré et qu'il a contribué avec Salvador Daniel et Camille Saint Saëns notamment, à faire connaitre. Cet art musical a pour origine la musique arabe inspirée des anciennes civilisations orientales[2].

Jules Rouanet a décrit le zendani comme la musique "rebelle"[modifier | modifier le code]

Dans la Revue Musicale à laquelle il a contribué, Jules Rouanet évoquait le zendani comme la musique de la rue, la musique "rebelle", laissée aux femmes ou aux parias, ces petites mélodies étant souvent improvisées[3],[4]. Ces chants, souvent chantés par des femmes notamment lors des fêtes de mariage, se sont développés dans les années 1920 et 1930 en Algérie, puis dans la communauté algérienne à Paris[1].

Étude des schémas, et de ses origines,reproduits par Jules Rouanet[modifier | modifier le code]

Dans un ouvrage d'étude intitulé "Le Dessous des Notes, voie vers l'ésotérisme" publié par Paris Sorbonne dans la Collection Musique/Ecriture en 2001, il est fait référence aux travaux de Jules Rouanet et notamment de ses schémas reproduits en 1922 dans l'Encyclopédie de la Musique de Lavignac et de La Laurencie[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La musique arabe dans le Maghreb (1913), 5e volume de l'Encyclopédie de la musique, Delagrave, Paris, 1913-1931, 6 vol[6].
  • Élaboration d'un répertoire de musique arabe et maure. Sous sa direction, un répertoire de musique arabe et maure a été rassemblé par Edmond-Nathan Yafil en 1904, pour conserver des chefs d'œuvre musicaux qui risquaient d'être oubliés, avec notamment des mélodies, ouvertures, chansons..., dans la Collection Yafil à Alger[7].
  • La vinification et la viniculture en Algérie: traité théorique - 1898 - 910 pages
  • La musique arabe In Encyclopédie de la musique et dictionnaire du Conservatoire
  • Sur un nouveau principe de signaux. À MM. les ministres de la Marine, du Commerce et des Travaux publics - 1898
  • Discussion à rouvrir - 1899
  • Pour le Chéliff : Étude d'hydraulique agricole algérienne - 1901 - 152 pages
  • La musique en Suisse, Marcel Montandon, Jules Rouanet - 1920 - 180 pages
  • Concours général agricole de Mascara en 1898. Rapport à M. le gouverneur général et à MM. les présidents des comices agricoles d'Alger et de Boufarik et du syndicat agricole de Rouiba. - 1898 - 111 pages
  • Propos d'art. L'Art de regarder les tableaux, conférence - 1908 - 52 pages
  • Les visages de la musique musulmane - 1923 - 58 pages
  • L'Algérie vivra: Réponse aux "notes d'un ancien gouverneur général" - 1931 - 32 pages
  • Société centrale d'apiculture et d'insectologie. Insectes nuisibles à la luzerne. Destruction de la colaspe noire et de ses larves, par la poudre insecticide de J. Rouanet. Exposition de 1883 - 1883 - 20 pages[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]