Joseph ben Judah ibn Aknin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aknin.
Ne pas confondre avec Joseph ben Judah de Ceuta, (1160-1226), disciple de Moïse Maïmonide, l'auteur du Guide des Égarés.
Joseph ben Judah ibn Aknin
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
Religion

Joseph ben Judah ibn Aknin (né à Barcelone (Espagne) en 1150 - mort en 1220) est un philosophe, poète et écrivain juif du XIIIe siècle, auteur de nombreux traités, essentiellement sur la Mishna et le Talmud. Il s'installe à Fès (Maroc) en tant que Crypto-judaïste[1].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Sefer Musar (Livre sur la morale)[modifier | modifier le code]

Commentaire sur le Pirke Avot semblable à celui de Maïmonide.

Tabb al-Nufus (Hygiène des âmes et thérapie de Ailing Souls)[modifier | modifier le code]

Livre sur la psychologie, avec des chapitres sur l'amitié, la parole et le silence, garder un secret, le mensonge, la nourriture et la boisson, l'ascétisme, l'éducation, les besoins et le destin de l'âme, les persécutions et la réponse appropriée, ainsi que le repentir. Le chapitre sur l'éducation fait valoir une étude de la logique et de la science avant l'âge de trente ans, et une éducation traditionnelle avec de fortes convictions religieuses. L'identité de l'auteur de "Tabb al-Nufus" avec Ibn Aknin a été mise en doute.

Ha-Talmud[modifier | modifier le code]

Shumus al-Anwar wel Kunuz al-Asrar (trésors secrets et les lumières lumineuses)[modifier | modifier le code]

Commentaire sur le Cantique, dont le traitement de chaque verset possède trois niveaux: au niveau littéral, citant grammairiens contemporains pour expliquer chaque mot sur le parchemin, à un niveau rabbinique, sur la base des textes midrashiques, symbolisant le peuple les relations d'Israël avec Dieu; et à un niveau allégorique, décrivant l'âme qui cherche à s'unir à l'intellect, soutenu par les poètes juifs et arabes, et la philosophie de Al-Fârâbî et Avicenne[2].

Une traduction en hébreu de Al-Farabi de Kitab al-Musiqa al-Kabir (Grand Livre de Musique)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) P. Wexler, The Non-Jewish Origins of the Sephardic Jews, State University of New York Press, (ISBN 9780791427958, présentation en ligne), p. 127
  2. (en) Lavinia Cohn-Sherbok et Dan Cohn-Sherbok, Medieval Jewish Philosophy, State University of New York Press, , 220 p. (ISBN 1136788336), p. 89