Joseph Ravanel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ravanel.
Joseph Ravanel
Description de l'image Joseph_Ravanel.jpg.
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance ,
Argentière
Décès
Surnom(s) le Rouge
Carrière
Discipline(s) Alpinisme
Compagnon(s) de cordée Émile Fontaine
Profession (s) Guide de haute montagne
Autre(s) activité(s) gardien du refuge du Couvercle

Joseph Ravanel, né le près d'Argentière et mort le , est un guide de haute montagne de Chamonix-Mont-Blanc, surnommé « le Rouge », en raison de sa chevelure rousse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Famille Ravanel.

Joseph Ravanel est l'aîné d'une famille de neuf enfants. Après des débuts comme porteur, il exerce le métier de guide comme le feront ses trois frères cadets Jean (1873-1913), Camille et Alfred puis son fils Arthur (1901-1947).

Jusqu'en 1903, Jean et Joseph Ravanel font habituellement cordée commune et s'associent à Émile Fontaine, alpiniste français capable de rivaliser avec ses homologues anglais, pour réaliser de nombreuses premières dans le massif du Mont-Blanc.

Outre Émile Fontaine, Joseph Ravanel conduit en montagne entre autres Albert Ier de Belgique, le peintre Edgard Bouillette et le photographe Gaston Liégeard.

À la fin de sa vie, il assure avec sa femme la garde du refuge du Couvercle.

Il apparaît, rebaptisé « Joseph Ravanat », dans le roman Premier de cordée de Roger Frison-Roche (le , Ravanel avait choisi Frison-Roche comme porteur pour l'ascension du mont Blanc).

Principales ascensions[modifier | modifier le code]

Hommage[modifier | modifier le code]

La tombe de Joseph Ravanel Le Rouge au cimetière de Chamonix-Mont-Blanc.

Un des sommets du massif du Mont-Blanc, culminant à 3 696 mètres, porte le nom d'« aiguille Ravanel »[8].

Une des voies les plus importantes de la ville de Chamonix-Mont-Blanc porte le nom d'« avenue Ravanel-le-Rouge », dans le prolongement de la « rue du docteur Paccard ».

Une voie d'escalade de la face nord de la Dent d'Oche, La Ravanel, porte son nom.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Grévoz, Ravanel le Rouge : Roi des guides et guide des rois, La Fontaine de Siloé, (lire en ligne)
  • Gilles Modica, Le roman des premières : alpinistes français, 1871-1914, Volopress, 2009, « Joseph Ravanel (1869-novembre 1931), Émile Fontaine (1859-1942) - la cordée des aiguilles »
  • E. L. S., « Joseph Ravanel (1869-1931) », Alpine Journal,‎ , p. 117-119 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Grévoz, Ravanel le Rouge : Roi des guides et guide des rois, La Fontaine de Siloé, 2006, pp. 145-146
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Yves Ballu, Les alpinistes, Éditions Glénat, 1997, « Les alpinistes dans les Alpes et les Pyrénées » pp. 447-507
  3. 1887 - 1903 - ou comment joindre Petit et Grand Dru
  4. François Labande, La chaîne du Mont-Blanc : Guide Vallot. Sélection de voies, t. 2 : À l'est du col du Géant, Éditions Arthaud, , p.159
  5. François Labande et Georges Sanga, Ski de randonnée - Valais central, éditions Olizane, 2007, p.40
  6. Daniel Grévoz, Ravanel le Rouge : Roi des guides et guide des rois, La Fontaine de Siloé, 2006, pp. 53-54
  7. Helmut Dumler, Willi P. Burkhardt, Les 4000 des Alpes, 1993, p.171
  8. Aiguille Ravanel.