Joseph Jolinon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Joseph Jolinon
Naissance
La Clayette
Décès
Briant
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Œuvres principales

Joseph Jolinon, né le à La Clayette et mort le à Briant en Saône-et-Loire, est un écrivain français, lauréat du grand prix du roman de l'Académie française en 1950.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Jolinon fréquente le collège de Jésuites de Dole puis la Faculté catholique de droit de Lille[1]. Il est mobilisé en 1914 et fait touite la guerre. Il reçoit la médaille militaire. A son retour Joseph Jolinon s'établit à Lyon et y devient avocat. À partir de 1925, il quitte cette profession et vit de sa plume. Passionné de football, il aura été bien avant Henry de Montherlant un « écrivain de sport ». Avec Marius Mermillon, il participe au lancement du Salon du Sud-Est à Lyon. L'essentiel de son œuvre romanesque est publié chez l'éditeur Rieder de 1922 à 1935.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • 1922 : Le Jeune Athlète
  • 1923 : Le Valet de gloire
  • 1924 : La Tête brûlée
  • 1925 : Le Meunier contre la ville
  • 1927 : La Foire
  • 1928 : Le Joueur de balle (nouvelle édition du Jeune athlète sous un nouveau titre) - Prix de La Renaissance 1929[2]
  • 1930 : Les Revenants dans la boutique (éditions Rieder - coll. prosateurs français contemporains)
  • 1931 : Marie Bourgogne (Éditions DIDIER & RICHARD - Grenoble)
  • 1932 : Dame de Lyon
  • 1933 : L'Arbre sec
  • 1934 : Le Bât d'argent
  • 1935 : Mandrin par un de sa bande
  • 1936 : Fesse-Mathieu l'anonyme. NRF, Gallimard.
  • 1937 : Il y a vingt ans: Les mutineries de Mai-juin 1917. Éditeur Patrie Humaine.
  • 1936 : Les Coquines
  • 1942 : Guérillas 1808
  • 1943 : Le Chat du second
  • 1944 : Les Malandrins du Beaujolais
  • 1946 : Petite Châtelaine
  • 1947 : La Belle Auberge
  • 1947 à 1954 : Les Provinciaux, un ensemble de six romans, grand prix du roman de l'Académie française en 1950.
  • 1958 : La vie et l'œuvre de Georges Kars. Éditions de l'Imprimerie générale du Sud-Est.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bertrand Terras, « Joseph Jolinon », Les primaires,‎ , p. 297-301 (ark:/12148/bpt6k61038071)
  2. Jean Dars, « M. Joseph Jolinon Lauréat de la Renaissance », La Renaissance Politique, Littéraire, Artistique,‎ , p. 2-3 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Jolinon (1885-1971) Bibliothèque nationale de France (Jolinon (1885-1971) données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque universitaire de Pologne • WorldCat