Briant (Saône-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Briant
Briant (Saône-et-Loire)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Arrondissement de Charolles
Canton Chauffailles
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Semur-en-Brionnais
Maire
Mandat
Charles Vernay
2014-2020
Code postal 71110
Code commune 71060
Démographie
Population
municipale
222 hab. (2016 en diminution de 2,63 % par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 18′ 03″ nord, 4° 08′ 58″ est
Altitude Min. 280 m
Max. 548 m
Superficie 13,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Briant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Briant

Briant est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Briant fait partie du Brionnais. Briant est la capitale historique du Brionnais.

Ecarts et lieux-dits : Frontigny.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Didier-en-Brionnais Varenne-l'Arconce Oyé Rose des vents
Sarry N
O    Briant    E
S
Sainte-Foy Saint-Julien-de-Jonzy Saint-Christophe-en-Brionnais

Histoire[modifier | modifier le code]

De par sa situation sur un coteau propice à se défendre aisément, Briant est sans doute peuplé depuis très longtemps. Ce lieu paraît être le berceau des Brannovii, premiers habitants du pays, dont parle Jules César comme clients des Éduens. Cependant rien à ce jour ne nous est parvenu de ce passé.

Le nom du village est à l'origine du pays du Brionnais.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Branovium, Brianeum, Brienna sont les noms qui, dans les anciennes chartes, désignent Briant.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
???? ??? Jean-Marie Meunier    
???? 1982
(décés)
Joseph Vernay    
1982 1995 ou 1989 André Ducerf    
1989 ou 1995 2001 Georges Boudot    
mars 2001 mars 2014 Georges Déclas UMP Ancien professeur puis directeur de collège
Ancien maire de Marcigny
mars 2014 en cours Charles Vernay[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2016, la commune comptait 222 habitants[Note 1], en diminution de 2,63 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9009129961 0261 067974959969957
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
909715681690667644633631616
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
592570549508453427409396391
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
326318264265225206213227224
2016 - - - - - - - -
222--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chevet de l'église.
  • Église (XIe-XIXe ); en partie romane. Le transept, l'abside et le clocher remontent à la fin du XIe - début du XIIe siècle puisqu'en en 1103, elle fut donnée par le seigneur de Semur à l'abbaye de Cluny, au profit du monastère de Marcigny.
  • Ruines du château d'Essertines[6]. Présents à Briant depuis XIe siècle les seigneurs d'Essertines, vassaux des seigneurs de Semur, ont fait construire la tour carrée du château. Au XIVe siècle le château passe à la famille Lespinasse, puis à celle de Gevingey et, en 1542, à Pierre de Chaugy. Au XVIe siècle il devient la propriété de François Molière, fermier de la seigneurie de Sancenay, à Oyé. En 1719 le château est au comte de Vauban. Comme bien national il est vendu, lors de la Révolution française, à Pierre Ravier. Des quatre tours dont disposait le château à l'origine, une seule est encore partiellement debout.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Robert, né le 12 avril 1898 à Besançon, prêtre formé à Rome (au séminaire pontifical français, où il fut séminariste de 1920 à 1927) qui fut nommé curé de Briant en 1929 et qui le demeura jusqu'en 1935, année de sa nomination en tant que curé-archiprêtre à Lugny. Il y fonda cette même année la « communauté de prêtres de Lugny », communauté qui, créée au cœur du Mâconnais, dans une région particulièrement déchristianisée, fut le premier groupe communautaire de prêtres du diocèse d’Autun (groupe qui devait notamment déboucher, après guerre, sur la création d’une école puis d’un collège, ainsi que sur l'ouverture d'un centre d'organisation de pèlerinages). Auteur d’un catéchisme (« Mon premier catéchisme » publié peu avant la guerre et plusieurs fois réédité), Joseph Robert, qui avait été fait chanoine honoraire de la cathédrale Saint-Lazare d’Autun par monseigneur Lucien-Sidroine Lebrun en 1946, mourut le 16 mars 1987 à l'hôpital de Chambéry, quinze ans après avoir été fait prélat de Sa Sainteté par le pape Paul VI. Il repose au cimetière de Digoin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du 17 avril 2014, p.  2
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Jean-Marie Jal, Les châteaux du brionnais, Saint-Christophe-en-Brionnais, Editions du Centre d'Etudes des patrimoines, , 50 p. (ISBN 979-10-91041-01-0)
  7. « Essertines ou "notre" Molière », article de Claus-Peter Haverkamp paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 187 de septembre 2016, pages 2 à 6.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :