Joseph Bovet (compositeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joseph Bovet (homonymie) et Bovet.
Joseph Bovet
Image illustrative de l'article Joseph Bovet (compositeur)
Biographie
Naissance
Sâles (Suisse)
Ordination sacerdotale
Décès (à 71 ans)
Clarens (Suisse)
Autres fonctions
Fonction religieuse
  • maître de chapelle (1923)
  • Chanoine résident du chapitre cathédral de Saint Nicolas à Fribourg (1930)

Blason

L'abbé Joseph Bovet, né le à Sâles et mort le à Clarens, est un ecclésiastique, compositeur et chef de chœur suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'instituteur, ordonné prêtre en 1905, Joseph Bovet devient d'abord vicaire à Genève puis retourne à Fribourg, où il consacre sa vie avant tout à la musique en tant que maître de chapelle, c'est-à-dire professeur, chef de chœur et compositeur. Sous les voûtes de la cathédrale Saint-Nicolas, il permet au ténor suisse Charles Jauquier de se révéler avant de l'aider à s'engager dans une longue carrière artistique.

Si sa fonction de maître de chapelle, pour laquelle il est nommé en 1923, l'a amené à écrire un grand nombre d'œuvres religieuses, tant en français qu'en latin et en patois, c'est principalement à ses œuvres profanes que l'abbé Bovet doit sa notoriété. En effet, il a écrit de nombreux chants aux textes simples, parlant de la nature, de la vie à la campagne, de la famille, bref, de sujets très populaires.

Il a également beaucoup œuvré pour le développement du chant choral dans le canton de Fribourg car, en tant qu'enseignant à l'École normale, il a formé un très grand nombre de chefs de chœurs (à cette époque, la direction de la chorale paroissiale était généralement confiée à l'instituteur du village).

En 1930, par un décret de Mgr Marius Besson, alors évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, il est nommé chanoine résident du chapitre cathédral de Saint-Nicolas à Fribourg[1].

Quelques chants de l'abbé Bovet[modifier | modifier le code]

  • Le Vieux Chalet (traduit en dix-sept langues, probablement la chanson suisse la plus connue à travers le monde, avec Les Trois Cloches de Jean Villard, dit Gilles[réf. nécessaire])
  • Notre Suisse
  • Nouthra Dona di Maortsè[2] (« Hymne à Notre Dame des Marches » en patois)
  • Fanfare du printemps
  • Messe du Divin Rédempteur
  • Méli-mélo
  • Marche des petits oignons
  • L'Armailli des grands monts
  • Le Secret du ruisseau
  • Ranz des vaches
  • Jacques de Courtion[3]
  • Le Noël des Bergers

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Figures marquantes : Le Chanoine Joseph Bovet », sur chapitre-stnicolas.ch, Fribourg (consulté le 27 août 2014).
  2. Aussi : Nouthra Dona di Mårtse.
  3. Catalogue des chansons de l'abbé Bovet, bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrice Borcard, Joseph Bovet, 1879-1951 : Itinéraire d'un abbé chantant, Fribourg, éditions La Sarine, , 256 p. (ISBN 978-2-88355-014-8).
  • Jean Winiger, L'abbé Bovet. Là haut sur la montagne : Au-delà de la légende, Cabédita, coll. « Archives vivantes », , 200 p. (ISBN 288295767X).

Liens externes[modifier | modifier le code]