Joseph Bovet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Joseph Bovet
Image illustrative de l’article Joseph Bovet
Biographie
Naissance
Sâles (Suisse)
Ordination sacerdotale
Décès (à 71 ans)
Clarens (Suisse)
Autres fonctions
Fonction religieuse
  • maître de chapelle (1923)
  • Chanoine résident du chapitre cathédral de Saint Nicolas à Fribourg (1930)

Blason

L'abbé Joseph Bovet, né le à Sâles et mort le à Clarens, est un ecclésiastique, compositeur et chef de chœur suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'instituteur, ordonné prêtre en 1905, Joseph Bovet devient d'abord vicaire à Genève puis retourne à Fribourg, où il consacre sa vie avant tout à la musique en tant que maître de chapelle, c'est-à-dire professeur, chef de chœur et compositeur. Sous les voûtes de la cathédrale Saint-Nicolas, il permet au ténor suisse Charles Jauquier de se révéler avant de l'aider à s'engager dans une longue carrière artistique.

Si sa fonction de maître de chapelle, pour laquelle il est nommé en 1923, l'a amené à écrire un grand nombre d'œuvres religieuses, tant en français qu'en latin et en patois, c'est principalement à ses œuvres profanes que l'abbé Bovet doit sa notoriété. En effet, il a écrit près de 2000 chants aux textes simples dont une moitié n'est pas d'inspiration religieuse, mais parle de la nature, de la vie à la campagne ou encore de la famille. Il est notamment l'auteur de la chanson « Le vieux chalet », succès mondial traduit en 17 langues[1].

Il a également beaucoup œuvré pour le développement du chant choral dans le canton de Fribourg car, en tant qu'enseignant à l'École normale, il a formé un très grand nombre de chefs de chœurs (à cette époque, la direction de la chorale paroissiale était généralement confiée à l'instituteur du village).

En 1930, par un décret de Mgr Marius Besson, alors évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, il est nommé chanoine résident du chapitre cathédral de Saint-Nicolas à Fribourg[2].

Absent de la scène publique depuis 1947 en raison d'une cabale dirigée contre lui à Fribourg, Bovet s'installe en août 1948 dans une pension à Territet, puis emménage en avril 1949 à la Villa Toscane à Clarens. C'est là qu'il reçoit en septembre 1950 la croix de la Légion d'honneur[3].

Quelques chants de l'abbé Bovet[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Joseph Bovet, l'abbé chantant, s'est éteint il y a 70 ans », 24 Heures, 10 février 2021, p. 7.
  2. « Figures marquantes : Le Chanoine Joseph Bovet », sur chapitre-stnicolas.ch (consulté le ).
  3. Patrice Borcard, Joseph Bovet, 1879-1951. Itinéraire d'un abbé chantant, Editions La Sarine, 1993.
  4. Aussi : Nouthra Dona di Mårtse.
  5. Diverses harmonisations
  6. Catalogue des chansons de l'abbé Bovet, bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrice Borcard, Joseph Bovet, 1879-1951 : Itinéraire d'un abbé chantant, Fribourg, Éditions La Sarine, , 256 p. (ISBN 978-2-88355-014-8, lire en ligne).
  • Jean Winiger, L'abbé Bovet. Là haut sur la montagne : Au-delà de la légende, Bière, Cabédita, coll. « Archives vivantes », , 200 p. (ISBN 978-2-88295-767-2).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]