Josef Suk (violoniste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Josef Suk
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Josef Suk (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Antonín Dvořák (arrière-grand-père)
Jan Suk (d) (stepsibling)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instruments
Maîtres
Jaroslav Kocián (en), Marie Hlounova (d), Alexander Plocek (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genre artistique
Distinctions
Liste détaillée
Artiste national
Artiste national (d) ()
Médaille du Mérite de la République tchèque ()
Chevalier de la Légion d'honneur‎ ()
Citoyen d'honneur de Prague 2 (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de Josef Suk (violoniste)
signature

Josef Suk (né le à Prague, et mort le à Prague[1],[2]) est un violoniste concertiste et chambriste tchèque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Josef Suk est le petit-fils du compositeur Josef Suk, et l'arrière-petit-fils d'Antonín Dvořák[3],[4]. Il travaille en leçons particulières avec Jaroslav Kocian jusqu'en 1950, et entre au Conservatoire de Prague (1945–1951) dans les classes de N. Kubát et K. Šneberg, puis à l'Académie tchèque des arts musicaux, avec Marie Hlouňová et Alexandre Plocek (1951–1953)[3].

Il est membre du Quatuor de Prague en 1950 et 1951 et du Trio Suk, avec le pianiste Jan Panenka et le violoncelliste Josef Chuchro, dès 1951[3]. À partir de 1954, sa carrière de concertiste devient internationale, tant au violon qu'à l'alto, avec lequel, il joue notamment Harold en Italie d'Hector Berlioz. Il a pour partenaire Julius Katchen[3]. En 1972, il fonde l'Orchestre de chambre de Prague, enregistre et en assure la direction artistique.

Il a fréquemment travaillé avec Karel Ančerl, avec qui il a enregistré les concertos de Ludwig van Beethoven, Johannes Brahms, Felix Mendelssohn, Max Bruch et Piotr Ilitch Tchaïkovski. Il a créé le premier concerto pour violon de Bohuslav Martinů.

Il jouait successivement sur un Guarnerius del Gesù (Prince d'Orange), un Antonio Stradivari possession de Jan Kubelík (Libon, 1729), le Stradivarius de Váša Přihoda (Composelice, 1710)[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Dvorak, Violin concerto - Orchestre philharmonique tchèque, dir. Václav Neumann (Supraphon)
  • Dvorak, Violin concerto - Orchestre philharmonique tchèque, dir. Karel Ancerl (Orféo)
  • Martinů, concerto pour violon no 2 - Orchestre philharmonique tchèque, dir. Václav Neumann (1973, Supraphon)
  • Mendelssohn : Concerto n°2 pour violon et orchestre en mi mineur, op. 64 ; Le Songe d'une nuit d'été, Ouverture, Op. 21 ; Les Hébrides (la grotte de Fingal), Ouverture, Op. 26 ; Mer calme et Heureux voyage, Ouverture, Op. 27 - Orchestre Philharmonique Tchèque, dir. Karel Ancerl, violon Josef Suk ; Orchestre Symphonique de Prague, dir. Vaclav Smetacek(CLA-CD 117, Les Genies du Classique)
  • Mozart, Concertos pour violon nos 1 à 3, Rondo K.373 - Orchestre de chambre de Prague, dir. Libor Hlavácek (1972, RCA) (OCLC 659141111)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Josef Suk, Czech Violinist, Dies at 81 dans The New York Times du 8 juillet 2011.
  2. Article sur qobuz.com
  3. a b c d et e Pâris 2004, p. 851–852.
  4. Josef Suk, un virtuose du violon, est décédé sur le site de Radio Prague (8 juillet 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]