José Garcia Tella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
José García Tella
Image dans Infobox.
Portrait de José Garcia Tella
Naissance
Décès
(à 77 ans)
Draveil
Nationalité
Activité

José Garcia Tella (1906-1983) est un peintre espagnol.

Biographie[modifier | modifier le code]

José Garcia Tella est né à Madrid le , jeunesse laborieuse. Il travaille chez Eastman Kodak jusqu'à l'âge de 30 ans et se destine à la carrière cinématographique comme auteur et réalisateur, lorsque la guerre éclate, le .

Volontaire dans l'armée républicaine, il combat sur le front de Madrid et réalise une série de courts métrages pour le gouvernement républicain. Il écrit dans les tranchées sa première pièce Tormenta jouée au théâtre de la Zarzuela à Madrid en 1937. Il collabore aussi à diverses publications libertaires telles que Castilla libre et Umbral. En 1938, il rejoint le front d'Aragon comme « Miliciano de la Cultura » (alphabétisation des paysans).

Après la défaite en 1939, il se replie en France avec l'armée de Catalogne. Interné 8 mois à Barcarès, puis à la 42e Compagnie du travail à Brienne-le-Château, il s'évade et devient ouvrier dans une usine du Havre. La France envahie, il est déporté à Brême d'où il s'échappe en 1942 pour se réfugier à Paris, où il exerce dans la clandestinité les métiers les plus divers jusqu'à la Libération.

Passionné d'art et de littérature, il fonde en 1945 une revue d'art espagnol Galeria[1], bientôt victime de la censure. Poursuivi par un besoin de s'exprimer, il peint sa première toile en 1948 à 42 ans, une Sainte Cène, où les Apôtres dévorent le corps du Christ avec une foi gloutonne. Il participe la même année à l'exposition du Foyer de l'Art Brut.

Présenté à Henri-Pierre Roché, grand collectionneur et critique avisé, il recevra de lui jusqu'à sa mort en 1959, conseils, aides, et encouragements. En 1951, ses œuvres sont présentées chez Jeanne Bucher à Paris, plus tard sa participation au Salon d'art Sacré, son exposition au Musée d'art moderne Evolution, et sa participation à l'École de Paris sont remarquées. Durant leur rencontre, Roché aura acquis pas moins de 165 huiles de l'artiste.

En , il rencontre Michel Migraine, qui lui organise une exposition au Havre, Galerie Giotto, puis à Paris, Galerie Mady Bonnard. Successivement à partir de 1961 et jusqu'à sa mort en 1983, il expose au Havre, Cherbourg, Paris à la Galerie de l'Atelier Maître Albert et la Galerie 3 + 2.

Par la suite Tella expose à la Galerie Drevet, la Maison d'Espagne ou la Galerie Jean-Claude Riedel. Michel Louis a souvent rendu hommage à l'œuvre de l'artiste dans son spectacle Le prétexte. Le peintre fut également l'invité de différents Salons tels que le Salon de l'art libre, le Salon Populiste, le Salon des surindépendants, le Salon des artistes français et le Salon de mai. Son œuvre est présente dans de nombreuses collections particulières en Europe, en Amérique ou au Japon. Les musées de Mexico, Genève, Alcazar de San Juan (Espagne), Musée Reina Sofia (Madrid-Espagne) possèdent des huiles de l'artiste.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Garcia Tella" par Mario Mariano (Critica, révista espagnole, )
  • "Garcia Tella" par Luis Del Barco (expo Evolution, Musée d’Art Moderne, Solidaridad Obrera, suplémento litérario, )
  • "Tella" par René Massat (information artistique no 42, 1957)
  • Figure dans "Adieu, brave petite collection" Henri-Pierre Roché, pages 34 à 41(l’Œil n° 51 mars 1959)
  • "Tella" par M. de la Heve (l’Œil no 70, 1960)
  • "L’univers Fantastique de Tella" par Françoise de Perthuis (Gazette Drouot no 18, 1969)
  • "Tella Visionnaire et Mystique" par Gérald Schurr (L'Amateur d'Art no 432, )
  • "Tella" par Jean Bedel (Catalogue édité par Maître Claude Robert, vente des Œuvres Drouot, 1969)
  • Figure dans le dictionnaire "Bénézit" (Paris, Gründ, 1976)
  • Parution de "Tella" par Guy Malouvier – 40 rep en coul, 6 ill, (Paris, Arcam, 1976)
  • Publication d'une fiche d’art sur l’artiste (Boletin de las artes no 6, 1980)
  • Figure dans le premier "Guidargus" de Gérald Schurr (Paris éd, de l’amateur, années 1980)
  • "Garcia Tella" par Mondher Ben Milad (les Cahiers de la Peinture no 168, 1984)
  • Figure dans "La cote des peintres" par Ja Akoun (Paris éd, de l’Amateur, 1985)
  • Figure dans "Écrits sur l’Art" par H.P Roché (éditions André Dimanche, 1998)
  • Figure dans "Henri-Pierre Roché l’enchanteur collectionneur" (éditions Ramsay, Paris, 1999)
  • Figure dans "Le dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains" (Gründ, Paris, 2001)
  • "Tella, un témoin à l'œil aigu" par Charles Tella - 143 rep dont 124 couleurs (Paris, autoédition, )
  • Figure dans "Henri-Pierre Roché" (éditions les cahiers de l'Herne, Paris, )
  • "Hommage à José Garcia Tella" par Christian Noorbergen (éditions Miroir de L'Art, n°69, )
  • Figure dans "Esprit singulier. Fonds de l'abbaye d'Auberive" de Jean-Claude et Alexia Volot (éditions Flammarion, Paris, 2016 et Abbaye d'Auberive, 2016)
  • Figure dans " Almanach de l'Art Brut " (collection de l'Art Brut/SIK-ISEA/5 continents éditions 2016)
  • Figure dans le livre de l’exposition " Paris pese a todo. Artistas extranjeros, 1944 -1968 " (Museo Reina Sofia du au -édition de 268 pages en Anglais et Espagnol)
  • Figure dans le livre de l’exposition "1939 Exilio Republicano Español " - Ministère de la justice d’Espagne (édition de 700 pages- Madrid 2019)
  • Figure dans le livre « La crítica de arte Española en exilio Francés » " la revista Galería" par Inmaculada Real López (docteur en histoire de l'art, université de Saragosse, Espagne), livre de 240 pages avec photos couleurs (éditions tirant humanidades -Valencia 2020)

Expositions[modifier | modifier le code]

Individuelles
  • 1951 – Galerie Jeanne Bucher (Paris. 14 au )
  • 1960 – Galerie Giotto (Le Havre. mars - avril)
  • 1960 – Galerie Mady Bonnard (Paris. au )
  • 1961 – Galerie Giotto (Le Havre. février)
  • 1961 – Galerie du casino de l’amirauté (Cherbourg. avril)
  • 1963 – Galerie du casino de l’amirauté (Cherbourg. au )
  • 1963 – Galerie de l’atelier Maître Albert (Paris. au 1er juin)
  • 1964 – Galerie Giotto (Le Havre. avril)
  • 1966 – Galerie 3+2 (Paris. au 25 octobre)
  • 1969 – Galerie Chantepierre (Aubonne, Suisse. au 1er septembre)
  • 1975 – Galerie Drevet "La porte étroite" (Paris. au 76)
  • 1979 – Galerie Jean-Claude Riedel (Paris. au )
  • 1984 – Galerie Jean-Claude Riedel "hommage à Garcia Tella" (Paris. 22 mars au 22 avril)
  • 1985 – Galerie Jean-Claude Riedel "œuvres des années 60" (Paris. au )
  • 1993 – Galerie Jean-Claude Riedel "hommage à Garcia Tella" (Paris. au )
  • 2004 – Galerie Jean-Claude Riedel "collages de Garcia Tella" (Paris. 18 au )
  • 2013 – Galerie Jean-Claude Riedel (Paris. 1er mai au )
  • 2019 – Exposition "A la découverte de Garcia Tella" (Sainte Mesme. 15 au - Ablis. 22 au )
Collectives
  • 1948 – Foyer de l’Art Brut (Paris. Septembre)
  • 1951 – 1er Salon d’Art Sacré (Paris. )
  • 1951 – Galerie la pergola à la "Coupole" (Montparnasse, Paris. juillet)
  • 1953 – Galerie Nina Dausset "Panorama de la peinture naïve d’aujourd’hui" (Paris. mars/avril)
  • 1953 – 3° Salon d’Art Sacré (Paris. octobre)
  • 1953 – 3° Exposition de peintures et sculptures (office du tourisme espagnol, Paris. octobre)
  • 1955 – "Evolution" musée d’art moderne" (Paris. janvier) - "Hommage a Antonio Machado" (Paris.février)
  • 1955 – Galerie Charpentier "École de Paris", R. Nacenta (Paris. octobre)
  • 1956 – Salon Populiste (Paris) - Salon de l’Art Libre (Paris)
  • 1956 – "Instinct" organisé par Romi, chez André Pouget Paris. au )
  • 1958 – Galerie des Cloys - Galerie Solange Torré (Paris)
  • 1959 – Galerie Riquelme (Paris) - Salon des Artistes Français (Paris)
  • 1959 – Salon des Artistes Surindépendants (Paris) - Salon des Artistes Français (Paris)
  • 1959 – Galerie Mady Bonnard, Exposition du peintre Corin (Paris. -)
  • 1965 – Salon des Artistes Français (Paris. mai)
  • 1966 – Salon des Artistes Surindépendants (janvier) - Salon des Artistes Français (Paris, juin)
  • 1967 – Exposition du musée de Josita Hernan (Alcazar de San Juan, Espagne. novembre)
  • 1969 – Galerie du "casino de l’amirauté" "Exposition Tella-Massol" (Cherbourg. juillet)
  • 1970 – Salon des Artistes Français (Paris. mai)
  • 1971 – Galerie du "casino de l’amirauté" "Exposition Tella-Massol" (Cherbourg. août)
  • 1972 – Salon des Artistes Français avec le groupe Nocturne « thème Nocturnes » (Paris. mai)
  • 1973 – Galerie du "casino de l’amirauté" "Exposition Massol-Tella" (Cherbourg. septembre)
  • 1975 – Galería 93 rue st-Honoré "Peintres Espagnols-hommage à Miguel Hernandez" (Paris. avril-mai)
  • 1977 – Galerie du "casino de l’amirauté" "Exposition Prestige" (Cherbourg. 6 au )
  • 1978 – Bibliothèque espagnole "Exposition" Six peintres et un sculpteur" Paris. janvier)
  • 1978 – Maison d'Espagne (Paris. juin-juillet)
  • 1978 – Maison d'Espagne "Hommage à Goya" (Paris. -)
  • 1979 – Maison d'Espagne "Exposition" "Le sang de l’Espagne" (Paris. mars-avril)
  • 1980 – Maison d'Espagne "Vétérans et Jeunes Artistes Espagnols" (Paris. novembre-décembre)
  • 1999 – Galerie Jean-Claude Riedel " hommage à Henri-Pierre Roché " (Paris. 18 mai au 4 juin)
  • 2015 – Centre d'art contemporain de l'abbaye d'Auberive (Auberive. juin-septembre)
  • 2018/2019 – Museo Reina Sofía "Exposition" "París pese a todo. Artistas extranjeros, 1944-1968"
  • (Madrid au )
  • 2019/2020 – Exposition “1939. Exilio Republicano Español”  Ministère de la justice d’Espagne – Madrid
  • (Madrid du au )(prolongation jusqu'au 29 février 2020)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Inmaculada Real López, "La critica de arte Española en exilio Francés " La Revista Galería", Valencia, tirant humanidades, , 240 p. (ISBN 978-84-18155-34-5, www.tirant.com)

Liens externes[modifier | modifier le code]