Joji Obara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Obara.
Joji Obara
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
織原城二Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Japonais (à partir de ), Sud-CoréenVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Keio Senior High School (d)
Université Keiō
Université Komazawa (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Condamné pour
Viol, meurtre, accident de la route (), secret photography (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Joji Obara (織原城二, 1952 -) est un tueur, violeur, et homme d'affaires japonais d'origine coréenne. Il a commis deux meurtres et de nombreux viols, connus comme la plus grande affaire de viol du Japon.

Personnel[modifier | modifier le code]

Joji Obara nait en 1952 à Osaka comme Seong Jong Gim (김성종)[1]. Ses parents travaillant avec acharnement, ils deviennent propriétaires d'un grand magasin de Pachinko. Grâce à leur richesse, Joji Obara a peut intégrer le lycée affilié à l'université Keiō. Son père meurt pendant ces années de lycée. Il hérite alors de sa société, et entre à l'université Keiō. Après obtention de son diplôme universitaire, Obara obtient également la nationalité japonaise et a change son nom en Obara Joji[2].

Les recherches de la police après son arrestation conduisent à la découverte de nombreuses cassettes vidéos de films pornographiques. En outre, la police a aussi révélé qu'Obara a violé plus de 400 femmes, dont environ 150 de type caucasien.

Déroulement des affaires[modifier | modifier le code]

En 1992, à Zushi dans la Préfecture de Kanagawa, Obara viole et tue l'australienne Carita Ridgeway, en lui faisant boire de la drogue noyée dans l'alcool[3]. De 1992 à 2000, Obara attire de nombreuses femmes avec son argent, et les viole.

En 2000 :

  • Le 1er juillet, Lucie Blackman 21 ans, une Britannique qui travaille dans un club de Roppongi, disparaît[4].
  • Le 4 juillet, Sophie, la grande sœur de Lucie, vient à Tokyo pour rechercher celle-ci. Après 6 jours, Tim, le père de Lucie arrive aussi à Tokyo.
  • Le 13 juillet, La langue de cette portion d’article est : ko 일본을 방문중이던 토니 블레어 당시 영국 총리가 당시 일본 총리인 고이즈미 준이치로에게 이 사건의 해결을 촉구하여, 사건이 널리 알려지게 되었다.  ⇔ 
  • En octobre, Obara est arrêté et soupçonné du meurtre de Crita Ridgeway.

Le  : La langue de cette portion d’article est : ko 가나가와 현 미우라 시의 바닷가 근처의 창고에서 블랙맨의 토막 사체가 발견되었다.  ⇔ 

En 2003, Obara est mis en examen par le tribunal régional de Tokyo, soupçonné de meurtre et de viol. Le 24 avril 2007, le tribunal régional de Tokyo le condamne aux travaux forcés à perpétuité pour le meurtre de Ridgeway et six affaires de viol, mais le juge innocent sur le meurtre de Blackman[5],[6].

Le La langue de cette portion d’article est : ko 2심인 도쿄 고등법원이 블랙맨 사건에 대해 무죄를 선고한 원심을 파기하고 사건을 1심으로 돌려보냈다[7].  ⇔ 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) TIMESONLINE, « How the bubble burst for Lucie's alleged killer », (consulté le 15 mai 2010)
  2. (en) BBC, « The 'beast with a human face' », (consulté le 15 mai 2010)
  3. (en) ABC News, « Japanese businessman arrested over rape of Australian woman », (consulté le 21 décembre 2006)
  4. (en) TIME.COM, « Lucie Blackman: Death of a Hostess », (consulté en 2008=03-28)
  5. « L'affaire Blackman » Article de Christian Roudaut publié le 4 mai 2007 dans Elle
  6. (en) BBC, « Man cleared over death of Lucie », (consulté le 24 avril 2007)
  7. (ja) msn産経ニュース, « 表情固く「うれしいです…」 ルーシーさんの母親会見詳報 »,‎ (consulté le 13 août 2009)

Documentaires télévisés[modifier | modifier le code]