John Pell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un mathématicien
Cet article est une ébauche concernant un mathématicien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pell.
John Pell

John Pell (1er mars 1611 - ) est un mathématicien anglais.

Biographie[modifier | modifier le code]

John Pell est né à Southwick dans le Sussex. Il est entré au Trinity College à 13 ans.

À 20 ans, il connaissait 10 langues : anglais, allemand, italien, espagnol, français, latin, grec, hébreu, arabe et néerlandais.

De 1654 à 1658, il fut envoyé en Suisse par Cromwell pour négocier l'adhésion de la Suisse à une ligue des États Protestants en Europe, sans succès (il dit alors des Suisses : « Ils bougent si lentement qu'il est difficile de dire si on avance ou si on recule »).

Il est alors revenu en Angleterre avec le rétablissement de la royauté, où il a exercé de hautes fonctions ecclésiastiques. Il fut alors pillé par son entourage, fit de la prison pour dettes et mourut dans la pauvreté, à Westminster.

Travaux[modifier | modifier le code]

Pell s'intéressait aux équations diophantiennes. Son nom fut associé par Leonhard Euler aux nombres de Pell et à l'équation de Pell-Fermat. Il est vrai qu'on trouve cette équation dans un ouvrage écrit par son disciple Johann Heinrich Rahn.

L’obélus, signe actuellement utilisé pour représenter la division, est également introduit dans cet ouvrage.

Liens externes[modifier | modifier le code]