John Giorno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
John Giorno
Image dans Infobox.
John Giorno au Festival de la poésie Annikki à Tampere (Finlande) en 2010.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Domicile
222 Bowery (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Conjoint
Autres informations
Religion
Représenté par
Galerie Almine Rech (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

John Giorno est un poète et artiste américain, né le à New York et mort dans la même ville le [1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Fréquentant l'underground new-yorkais dès le milieu des années 1960, John Giorno a été l'acteur principal du premier film d'Andy Warhol Sleep tourné en 1963[2], et était proche du mouvement beat et de William S. Burroughs. Une de ses importantes préoccupations a été de rendre la poésie accessible à la culture de masse.

En 1965, il fonde Giorno Poetry Systems (en), une organisation non lucrative à l'origine de plusieurs groupes musicaux et qui est également devenue un label qui a édité une quarantaine d'albums. En 1968, il crée Dial-a-poem, un service téléphonique de masse (en fait, le premier du genre) qui proposait des poèmes aux personnes qui composaient le numéro, et qui reçut des millions d'appels. Giorno a publié une dizaine de recueils de poèmes, autant d'albums, des œuvres vidéos, et a donné de très nombreuses performances pendant une quarantaine d'années.

William S. Burroughs a dit de lui : « John Giorno élève les questions à un niveau presque insupportable, à un cri de reconnaissance surprise. Ses litanies issues des couches souterraines de l’esprit se réverbèrent dans votre crâne et ventriloquent vos propres pensées. »[réf. nécessaire]

Citation[modifier | modifier le code]

  • « Quand j'avais quinze ans, je pensais que je savais déjà tout ce qu'il y avait à savoir. Maintenant que je suis plus vieux, je sais que c'était vrai. »

Publications (traductions françaises)[modifier | modifier le code]

Discographie (non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « John Giorno, la mort du poète de New York », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  2. (en) My 15 Minutes - John Giorno au sujet de son apparition dans Sleep, Warholstars.org
  3. a b et c « cipM - Auteurs : John Giorno », sur cipmarseille.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]