John Edwards (homme politique britannique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
John Edwards
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Membre du 42e Parlement du Royaume-Uni (d)
Brighouse and Spenborough (en)
-
Président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe
Royaume-Uni
-
Représentant de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (d)
Royaume-Uni
-
Membre du 41e Parlement du Royaume-Uni (d)
Brighouse and Spenborough (en)
-
Membre du 40e Parlement du Royaume-Uni (d)
Brighouse and Spenborough (en)
-
Membre du 39e Parlement du Royaume-Uni (d)
Brighouse and Spenborough (en)
-
Membre du 38e Parlement du Royaume-Uni (d)
Blackburn (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
StrasbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université de Leeds
Aylesbury Grammar School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Conjoint
Dorothy May Watson (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Valerie Hope Edwards (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Membre de
Distinction
Titre honorifique
Le très honorable

Lewis John Edwards, OBE (-) est un professeur d'université britannique, dirigeant syndical et membre du Parti travailliste qui siège à la Chambre des communes du Royaume-Uni et est président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Edwards est né à Aylesbury, fils d'un cheminot, et fait ses études à l'Aylesbury Grammar School. Après avoir travaillé pour une banque, il étudie pour la prêtrise au Collège de la Résurrection, Mirfield, mais décide que sa vocation est en dehors de l'église. Il obtient ensuite un diplôme en économie à l'Université de Leeds[1],[2],[3],[4],[5],[6].

Il devient tuteur à l'Université de Leeds et donne des conférences en économie pour la Workers Educational Association. Il est élu au conseil municipal de Leeds, et après avoir travaillé dans une université à Birmingham, il devient secrétaire pour l'éducation des adultes à l'Université de Liverpool.

À Liverpool, il est élu secrétaire général du Post Office Engineering Union. Il est élu député de Blackburn aux élections générales de 1945. Il devient secrétaire parlementaire privé de Stafford Cripps à la chambre de commerce, puis, en 1947, il est nommé secrétaire parlementaire du ministère de la Santé. Il fait adopter par le Parlement la loi sur l'assistance nationale de 1948, qui abolit les parties restantes de la loi sur les pauvres, dont il est particulièrement fier.

En 1949, il retourne à la Chambre de commerce en tant que secrétaire parlementaire, appuyant le président Harold Wilson. Aux élections de 1950, il perd son siège de Blackburn, mais peu de temps après, il est élu lors d'une élection partielle au siège de Brighouse et Spenborough dans le Yorkshire. Dans le remaniement provoqué par la démission de Sir Stafford Cripps comme chancelier de l'Échiquier, il est nommé Secrétaire économique du Trésor et occupe le poste jusqu'à ce que le gouvernement perde les élections de 1951.

Dans l'opposition, il devient président de la commission des comptes publics et membre de la délégation parlementaire britannique au Conseil de l'Europe à partir de 1955, où il est élu en 1957 comme vice-président et en avril 1959 comme président de l'Assemblée consultative.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il épouse Dorothy May Watson [7] en 1931 et a deux filles: Valerie Hope Edwards, qui épouse le député travailliste John Roper; et Margaret Elaine Edwards, qui épouse Sir Christopher Jenkins, [8] Premier Conseiller Parlementaire 1994–1997.

Edwards pose pour des portraits photographiques de Walter Stoneman ; les négatifs sont conservés par la National Portrait Gallery de Londres [9].

En novembre 1959, à Strasbourg pour les affaires du Conseil de l'Europe, il meurt subitement d'une maladie cardiaque, à l'âge de 55 ans. Le dirigeant travailliste de l'époque, Hugh Gaitskell, aurait déclaré que " ses dons administratifs notables lui auraient assuré un poste important dans tout futur gouvernement travailliste ".

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Lucian Leuștean, The Ecumenical Movement and the Making of the European Community, Oxford University Press, , 77 p. (ISBN 978-0-19-871456-9, lire en ligne)
  2. « Western European Union », International Organization, University of Wisconsin Press, vol. 11, no 3,‎ , p. 573 (ISSN 0020-8183, JSTOR 2704923, lire en ligne)
  3. « L. John EDWARDS », Parliamentary Assembly of the Council of Europe (consulté le 14 septembre 2020)
  4. (en) Oliver J. Daddow, Britain and Europe Since 1945: Historiographical Perspectives on Integration, Manchester University Press, , 93 p. (ISBN 978-0-7190-6137-0, lire en ligne)
  5. (en) Birte Wassenberg, History of the Council of Europe, Council of Europe, (ISBN 978-92-871-7832-9, lire en ligne)
  6. « Proceedings of the 3rd Session First Part, May 1957 », Western European Union Proceedings, vol. 3, no 1,‎ , p. 12 (ISSN 0009-4978, DOI 10.5860/choice.41sup-0531, lire en ligne)
  7. « Dorothy May Watson », The Peerage, Darryl Lundy (consulté le 14 juillet 2018)
  8. « Jenkins, Sir (James) Christopher », Who's Who 2018 (consulté le 14 juillet 2018)
  9. (en) « (Lewis) John Edwards - National Portrait Gallery », www.npg.org.uk (consulté le 13 septembre 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]