Johann Schreck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Johann Schreck
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Formation
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Johann Schreck (aussi connu sous Terrenz, Terrentius Constantiensis, Deng Yuhan Hanpo ou Deng Zhen Lohan) (Bingen (Bade-Wurtemberg), 1576-Pékin, 11 mai 1630) est un missionnaire jésuite et polymathe allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait des études de médecine à Fribourg, à Altdorf (1590) et à Padoue (1603) puis entre à l'Académie dei Lincei où il devient l'ami de Galilée.

Il effectue des travaux de botanique avant de décider de s'enrôler dans la campagne de Chine lancée par Nicolas Trigault. Il part ainsi de Lisbonne en avril 1618 et arrive à Goa où il mène des recherches botaniques. Il atteint Macao en juillet 1619 puis Hangzhou en 1621 et enfin Pékin en 1623 où il va travailler avec le jésuite Adam Schall von Bell à la réforme du calendrier chinois.

Œuvres[modifier | modifier le code]

On lui doit de nombreuses traductions d'ouvrages chinois sur les mathématiques, l'ingénierie, la médecine et l'astronomie.

Iconographie[modifier | modifier le code]

On ne connaît pas de portrait attesté de Johann Schreck. Cependant en 1617, Pierre Paul Rubens a dessiné en 1617 trois portraits de missionnaires en partance pour la Chine dont l'un est celui de Nicolas Trigault. Il est bien possible que le portrait "Jésuite en costume chinois" déposé au musée Pierpont-Morgan Library de New-York soit celui de Johann Schreck[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claudia von Collani, Johann Schreck, in Bautz, Traugott, Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (BBKL), vol.9, 1995, p.919-922
  • Rainer-K. Langner, Kopernikus in der Verbotenen Stadt. Wie der Jesuit Johannes Schreck das Wissen der Ketzer nach China brachte, S. Fischer Verlag, 2007
  • Isaïa Iannaccone, L'ami de Galilée, Le Livre de Poche, 2008
  • François Angelier, Dictionnaire des Voyageurs et Explorateurs occidentaux, Pygmalion, 2011, p.620-621 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Michela Cigola, The Qiqi Tushuo by the jesuit Johann Schreck: europeans theatra machinarum in China in the XVIIth century, in Physics, Astronomy and Engineering. Critical Problems in The History of Science.Proceedings of the 32th International Congress of the Italian Society of Historians of Physics and Astronomy. R. Pisano, D. Capecchi, A. Lukešová eds. The Scientia Socialis Press, Siauliai (Lituanie)  (ISBN 978-609-95513-0-2).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette esquisse de portrait est parfois attribuée à A. van Dyck. Selon une hypothèse de Felice Stampfle, le jésuite représenté serait Johann Schreck. Voir De Stijn Alsteens, Adam Eaker,Van Dick, the anatomy of portraiture, p70 et 73

Liens externes[modifier | modifier le code]