Nicolas Trigault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicolas Trigault
Description de cette image, également commentée ci-après
Le père Trigault en habit de cérémonie chinois (pastel de Rubens).
Naissance
Douai Drapeau de la France France
Décès (à 51 ans)
Hangzhou Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Nationalité belge
Pays de résidence Chine
Profession
Activité principale
Missionnaire, écrivain
Formation
Lettres chinoises, philosophie et théologie

Compléments

Trigault est l'auteur de De Christiana Expeditione... considéré comme le premier 'traité de Sinologie'

Nicolas Trigault, né à Douai (France) le 3 mars 1577 et décédé à Hangzhou (Chine) le 14 novembre 1628, était un prêtre jésuite des Pays-Bas méridionaux, missionnaire en Chine. Auteur du De Christiana Expeditione apud Sinas... il œuvra pour la romanisation de l'écriture chinoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1577 à Douai, Nicolas Trigault entre dans l'ordre jésuite le 9 novembre 1594. Après ses études de théologie à l'université de Douai puis à Gand, Le père Nicolas Trigault prend la direction de la Chine. Arrivé en 1610 à Macao, porte de la Chine, il part à Nanjing en 1611, puis à Hangzhou (Hangtchéou). Il est finalement admis à entrer à Beijing en 1613 où il œuvre comme missionnaire. Il revient en Europe en 1613, en traversant les Indes, la Perse et l'Égypte.

Page de titre du livre De Christiana Expeditione... (1615)

Le père Trigault rédige en latin et publie à Augsbourg en 1615 De Christiana Expeditione apud Sinas, un petit traité de sinologie avec histoire de la première mission en Chine qui va du départ (1552) de Goa de François Xavier qui a l'intention de pénétrer en Chine mais meurt sur l'île de Sancian en décembre de la même année, jusqu'à la mort de Matteo Ricci en 1610, d'après les papiers qu'il avait laissés. L'ouvrage commence par un tableau géographique et sociologique de la Chine. Il est traduit aussitôt en français (Histoire de l'expédition chrestienne au royaume de la Chine 1616), en allemand et d'autres langues, et plusieurs fois réédité.

En 1615, il obtient du Pape Paul V l'autorisation de célébrer en Chine la messe en langue chinoise, et non uniquement en latin.[réf. incomplète] Afin de recruter des missionnaires, répondre à l'intérêt que suscite la Chine et obtenir un soutien financier pour l'oeuvre missionnaire, le père Trigault voyage ensuite en Europe durant quelques années. Il se rend notamment à Douai, sa ville natale, Francfort-sur-le-Main, Cologne, Lyon, Madrid, Munich, Naples et Wurtzbourg.

En 1619, il se trouve pour la seconde fois à Macao, et fonde les missions du Honan et de Kaifeng.

Avec l'aide d'un religieux chinois, il réalise en 1625 la première traduction chinoise de la fable d'Ésope (況義) et traduit en latin les textes de la stèle nestorienne[1].

Le père Nicolas Trigault meurt à Hangzhou le 14 novembre 1628.

Xiru Ermu zi (西儒耳目資)[modifier | modifier le code]

Pour la réalisation de son ouvrage majeur, Nicolas Trigault a bénéficié de l'aide de deux lettrés chinois : Han Yun, baptisé sous le nom d'Étienne, et Wang Zheng (1571-1644), portant le prénom de Philippe, à qui il avait appris le latin. Ce dernier publia l'ouvrage.

Xiru Ermu zi possède des tableaux à double entrée, l'une pour les initiales, l'autre pour les lettres finales, pour l'ensemble des syllabes de la langue chinoise. Basés sur une analyse phonétique, ils permettent la classification des caractères chinois selon leur prononciation, notée en caractères latins.

Le manuscrit de l'ouvrage est conservé à la Bibliothèque nationale de France, à Paris, et a été numérisé sur Gallica[2]. L'ouvrage a été édité en Chine par xylographie[3].

Écrits[modifier | modifier le code]

  • De Christiana Expeditione apud Sinas... (première traduction française: Histoire de l'expédition chrestienne au royaume de la Chine) rédigé à l'aide des papiers laissés par Matteo Ricci, en latin [lire en ligne], traduction en français imprimée à Lyon en 1616, [lire en ligne] (bibliothèque de Lausanne), réédité dès 1617 [lire en ligne] (université de Tours) ; Édition moderne, Joseph Shih, Georges Bessière, Joseph Dehergne, Desclée de Brouwer, Paris, 1978.
  • Xiru Ermu zi (1626)
  • Les triomphes chrétiens des martyrs du Japon (1624). Traduit du latin en français par le père Pierre Morin. (ISBN 2-84287-378-5)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Havret, sj, La stèle chrétienne de Si-gnan-fou, Chang-Haï, Imprimerie de la Mission catholique de l'orphelinat de T'ou-Sé-Wè, en trois vol. 1895-1897-1902
  2. (en) « Xiru ermu zi 西儒耳目資 », sur The Ricci Institute Library Online Catalog,‎ (consulté le 1er mars 2016)
  3. Exemplaire en trois volumes disponible sur Wikimedia Commons.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Liam M. Brockney, Journey to the East: The Jesuit mission to China, 1579-1724, Harvard University Press, 2007.
  • C. Dehaisnes, Vie du Père Nicolas Trigault, Tournai, 1861
  • (it) P.M. D’Elia, Daniele Bartoli e Nicola Trigault, «Rivista Storica Italiana», s. V, III, 1938, 77-92
  • (en) G.H. Dunne, Generation of Giants, Notre Dame (Indiana), 1962, 162-182
  • (it) L. Fezzi, Osservazioni sul De Christiana Expeditione apud Sinas Suscepta ab Societate Iesu di Nicolas Trigault, «Rivista di Storia e Letteratura Religiosa» 1999, 541-566
  • (en) T.N. Foss, Nicholas Trigault, S.J. – Amanuensis or Propagandist? The Rôle of the Editor of Della entrata della Compagnia di Giesù e Christianità nella Cina, in Lo Kuang (a cura di), International Symposium on Chinese-Western Cultural Interchange in Commemoration of the 400th Anniversary of the Arrival of Matteo Ricci, S.J. in China. Taipei, Taiwan, Republic of China. September 11-16, 1983, II, Taipei, 1983, 1-94
  • (it) J. Gernet, Della Entrata della Compagnia di Gesù e Cristianità nella Cina de Matteo Ricci (1609) et les remaniements de sa traduction latine (1615), «Académie des Inscriptions & Belles Lettres. Comptes Rendus» 2003, 61-84
  • E. Lamalle, La propagande du P. Nicolas Trigault en faveur des missions de Chine (1616), dans «Archivum Historicum Societatis Iesu», IX, 1940, 49-120

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]