Jean Zinn-Justin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean Zinn-Justin né le à Berlin est un physicien français membre de l'Académie des sciences. Jean Zinn-Justin est conseiller scientifique au Commissariat à l'Énergie Atomique.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après des études à l’École polytechnique (1962-1964), Jean Zinn-Justin a préparé une thèse de physique à Saclay sous la direction de Marcel Froissart (Université d’Orsay, 1968). Jean Zinn-Justin travaille, depuis 1965, comme physicien à Saclay, au Centre de recherche nucléaire du Commissariat à l'énergie atomique (CEA). De 1993 à 1998, il était à la tête de la physique théorique au CEA. Il a été professeur invité à l'Institut de Technologie du Massachusetts (MIT), à l'Université de Princeton, l'Université d'État de New York à Stony Brook (1972) et l'Université Harvard, ainsi que chercheur invité au CERN.

De 1987 à 1995, il est directeur de l'École d'été de Physique Théorique des Houches.

En 2003, il devient chef du DAPNIA (Département d'astrophysique, physique des particules, physique nucléaire et instrumentation associée) au centre de recherche nucléaire français de Saclay[1].

Il s'est spécialisé essentiellement dans la théorie quantique des champs en physique des particules (en particulier avec le groupe de renormalisation) et dans le contexte de la mécanique statistique des transitions de phase, sur quoi il a publié un livre notable.

Le 15 mars 2011, il devient membre élu de l'Académie des Sciences dans la section Physique[2],[3] .

Travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

Les travaux théoriques de Jean Zinn-Justin portent, en majorité, sur le développement de méthodes de théorie quantique des champs et de groupe de renormalisation, et leurs applications à la physique des particules élémentaires,  à la  physique des transitions de phase macroscopiques (liquide-gaz, superfluide, ferromagnétiques..) et aux propriétés statistiques des longues chaines polymériques.

Dans ce cadre, on notera la démonstration de la cohérence mathématique (renormalisabilité) d’éléments essentiels du modèle dit Standard de la physique des particules et les premiers calculs précis des exposants critiques avec des méthodes de théorie des champs. Les calculs analytiques de théorie des champs sont basés sur le développement perturbatif. JeanZinn-Justin a contribué à établir la divergence de ces séries et a développé des méthodes de resommation.

Enfin, il a également étudié certaines propriétés des matrices aléatoires de grande taille.

Une partie de ses travaux ont été intégrés dans trois ouvrages cités ci-dessous[4].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Écrits (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Approximants de Padé en théorie des champs : système de pions et de kaons (thèse), Orsay, , 89 p. (OCLC 489727784)
  • (en) Quantum Field Theory and Critical Phenomena, Oxford, Clarendon Press, coll. « International series of monographs on physics » (no 113), (1re éd. 1989), xx+1054 p. (ISBN 9780198509233)
  • Intégrale de chemin en mécanique quantique : introduction, Les Ulis / Paris, EDP sciences / CNRS, coll. « Savoirs actuels, Physique », , xxi + 483 p. (ISBN 9782759801503)
  • (en) Path Integrals in Quantum Mechanics, Oxford University Press, coll. « Oxford graduate texts », , xiii+318 p. (ISBN 9780198566748)
  • (en) Phase Transitions and Renormalization Group, Oxford University Press, coll. « Oxford graduate texts », , xii + 452 p. (ISBN 9780191711107)
  • From random walks to random matrices. Selected topics in modern theoretical physics. Jean Zinn-JustinOxford University Press 2019

Articles[modifier | modifier le code]

  • (en) « Quantum field theory, renormalization and the renormalization group » (discours lors de la réception du Prix Gentner-Kastler), Physikalische Blätter,‎
  • « Actualité de la recherche. technologies », La Recherche, vol. 37, no 398,‎ , p. 26 (ISSN 0029-5671)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Faces and Places; Zinn-Justin becomes head of DAPNIA », Cern Courier,‎ (lire en ligne)
  2. « Académie des sciences »
  3. « CEA-Académie des sciences »
  4. « Ouvrages »

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]