Jean Neuberth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Jean Neuberth
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
ChantillyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean Christian Neuberth, né en à Paris, et mort le à Chantilly, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (décembre 2015).

Vous pouvez aider en ajoutant des références. Voir la page de discussion pour plus de détails.

L'éducation de sa mère, professeur de français au lycée Lakanal et claveciniste, et de son père, premier violon des concerts Colonne, soliste de viola alta, explique l'orientation première de Jean Christian Neuberth pour la musique et le jazz en particulier. Sa famille quitte Paris pour s'installer à Bourg-la-Reine dans un petit pavillon avec jardin.

Neuberth est aviateur militaire et acrobate parachutiste. Il s'occupe aussi de théâtre. En 1942, il fait partie d'un orchestre symphonique, est pianiste de bar, veilleur de nuit, speaker à la radio de Montpellier, où il vit.

Dans les années 1930, il avait fait la connaissance du peintre abstrait Henri-Jean Closon (1888-1975), qui l'initia à la peinture. Dès 1937, il participe à quelques expositions d'art abstrait en France. Il ne se consacre entièrement à la peinture qu'après 1942. En 1949, avec Francis Bott et Michel Seuphor, il organise une exposition d'art abstrait au musée de Nîmes. À partir de 1950, il participe au Salon des réalités nouvelles à Paris. En 1950, le musée de Montpellier lui consacre une exposition rétrospective personnelle. Il n'exposera plus avant 1993 à Paris.

Au long de sa carrière, ses compositions abstraites relèvent de plusieurs manières. Dans un premier temps, parfois une arabesque ininterrompue laisse sa trace entremêlée sur la surface de la toile, comme la nostalgie des anciennes évolutions dans le ciel[pas clair]. Ensuite, il a surtout utilisé la gouache pour des effets de matière, moins aériens et hors gestualité, visant plutôt à une contemplation rêveuse.

Au cours des années 1970, il délaisse la gouache pour s'orienter vers le dessin et les collages.

Malgré plusieurs accidents de santé (dont une hémiplégie), il n'abandonna jamais ses travaux artistiques jusqu'à sa mort en 1996.

« Ses dessins à la plume, d'une parfaite rigueur, rappellent les graphismes poétiques de son ami Michel Seuphor. »

— Jacques Busse, Dictionnaire Bénézit, édition 1999.

En mai 1993, Pierre Carmes dit qu'il est « un des représentants les plus actifs de l’abstraction lyrique ».[réf. nécessaire]

Du 13 avril au 20 mai 2002, une exposition posthume, Jean Neuberth, gouaches et dessins, 1959-1992, se tient à la galerie de la Place Neuve à Vers-Pont-du-Gard.

Expositions[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Illustrations d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Alfred de Vigny, Les poèmes dorés, Idylles et légendes, Les noces corinthiennes, le Cercle des Bibliophiles ;
  • Anatole France, Évreux,le Cercle du bibliophile, 1970, (OCLC 5575357) ;
  • Encyclopédie des musiques sacrées, Paris, La Bergerie ;
  • Paul Mari, « La vie c'est des platanes et des filles sur des chaises », in Caractères no 41, illustrations de Jean Neuberth, Paris, Éditions Caractères
  • Ouvrages illustrés pour La Guilde du Livre à Lausanne ;

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Seuphor, Dictionnaire de la Peinture Abstraite, 1957, [« […] Il reprend ses études avec Closon en 1941 […] se consacre entièrement à la peinture depuis 1942 […] Ses compositions abstraites relèvent de plusieurs manières. parfois une arabesque ininterrompue sur la surface de la toile comme la nostalgie des anciennes évolutions dans le ciel […] »]
  • Dictionnaire Bénézit, 1976, [« Ayant fait la connaissance de Closon, l'un des premiers peintres abstraits français, celui-ci l'initia à la peinture. Il participa, depuis 1937, aux rares expositions d'art abstrait organisées en France. Il se consacra entièrement à la peinture qu'après 1912. En 1949, avec Francis Bott et Michel Seuphor, organisa une exposition d'art abstrait, au musée de Nîmes. »]

Liens externes[modifier | modifier le code]