Jean Marot (poète)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean Marot et Marot.
Jean Marot
Description de cette image, également commentée ci-après
Le voyage de Gênes de Jean Marot, miniature de Jean Bourdichon, 1508
Nom de naissance Jean Desmarets
Naissance v. 1450
Caen
Décès v. 1526
Paris
Activité principale
Poète, valet de garde-robe
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Jean Marot (Mathieu, près de Caen, v. 1450 - Paris, v. 1526), écrivain français de la fin du XVe et du début du XVIe siècle, fut un poète et compte parmi les Grands Rhétoriqueurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Marot reçut une éducation négligée. On ne lui fit point apprendre le latin ; mais il y suppléa, autant qu'il fut en lui, en étudiant dans les auteurs l'histoire, la fable et la poésie. Le Roman de la Rose était sa lecture favorite. Sa bonne conduite et quelques vers qu'il avait composés lui méritèrent la protection d'Anne de Bretagne, depuis femme de Louis XII ; il fut son secrétaire en 1506 et son poète en titre ; et, par son ordre, il suivit Louis XII dans ses expéditions de Gênes et de Venise, avec mission expresse de les célébrer ce qu'il fit dans deux poèmes intitulés l'un Voyage de Gênes, l'autre Voyage de Venise, où l'emploi du merveilleux ne nuit en rien à l'exactitude historique.

Louis XII mort, il entra au service de François Ier comme valet de garde-robe, et donna à son maître une preuve d'attachement, en composant un poème dans lequel la Noblesse, l'Église et le Labour, c'est-à-dire les trois ordres, plaident l'un après l'autre la cause du roi, qui venait d'exciter quelque mécontentement par de nouveaux impôts.

Jean Marot est le père du célèbre poète Clément Marot qui devint lui aussi un grand poète du XVIe siècle, protégé du roi de France, François Ier.

Il paraît certain que ce nom de Marot n'était qu'un surnom, et qu'il s'appelait Jean Desmarets. On conjecture qu'il mourut en 1523, âgé de 73 ans.

Publications[modifier | modifier le code]

Les autres ouvrages de Jean Marot sont :

  1. deux Epîtres : l'une des dames de Paris au roi François Ier étant delà des monts, après la défaite des Suisses, et l'autre des mêmes dames aux courtisans de France étant pour lors en Italie.
  2. Sur les deux heureux voyages de Gênes et Venise victorieusement mys à fin par le très chrestien roy Loys douziesme de ce nom : père du peuple, et véritablement escriptz par iceluy Jan Marot de Caen
  3. Œuvres. Ses œuvres, recueillies à Paris en 1536, ont été réimprimées en 1723 par Coustelier, et à la suite des œuvres de son fils, la Haye, 1731, vol. in-4° et 6 vol. in-12. Le tome comprend les œuvres de Jean Marot le père, et de Michel Marot son fils, ainsi que les pièces du différend de Clément Marot avec François de Sagon. L'édition de ces œuvres contient le prologue à la reine Anne de Bretagne, les voyages de Gênes et de Venise, des poésies diverses, épîtres, rondeaux, etc. Le volume débute par l'épître de Clément Marot sur la mort de son père.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque nationale de Suède • Bibliothèque apostolique vaticane • WorldCat

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]