Jean Laurent (photographe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laurent et Jean Laurent.
Jean Laurent
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Jean Laurent, gravure publiée en 1887 dans la revue La Ilustración Nacional[1],[2],[3].

Nom de naissance Jean Laurent[N 1]
Naissance
Garchizy (France)
Décès (à 70 ans)
Madrid (Espagne)
Nationalité Drapeau : France Français
Profession
Laboratoire mobile de J. Laurent (1872). Fototeca del IPCE.
Détail de la tombe de Jean Laurent au cimetière de La Almudena, Madrid.

Jean Laurent (ou J. Laurent ou Juan Laurent en espagnol), photographe français essentiellement actif en Espagne, né le à Garchizy (Nièvre), et mort le à Madrid (Espagne).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Laurent s'installe en 1843 à Madrid où il ouvre une fabrique d'emballages et un atelier de photographie en 1856. Avec son entreprise, J. Laurent y Compañia, il devient le plus important photographe en Espagne, réalisant des portraits — notamment pour la famille royale — et des monuments dont la presse fait des gravures. Il photographie les collections d'art des musées (entre autres les collections du musée de l'Armurerie[4]) et estampille ses tirages de la mention « Photographe de S.M. La Reine ».

Il continue l'œuvre entreprise par Charles Clifford (es) (1819-1863), avec lequel il collabora dans ses débuts.

Entre 1857 et 1882, il voyage en Espagne et fait des photos des monuments, des travaux publics en cours de réalisation, des chemins de fer et autres ouvrages d'art, des costumes, tableaux, scènes de genre, personnages officiels. Il vend ses tirages individuellement et en album et grâce à ses relations avec la France diffuse sa production sur le territoire français. Il fait des expositions à Paris (1858-1867). Entre 1857 et 1870, il a des collaborateurs français qui l'aident dans ses différentes activités. Il a ouvert une succursale à Paris en 1868, au 27 rue Richelieu, pour vendre ses vues d'Espagne et du Portugal.

Il est en 1866, avec José Martinez Sanchez (es), le co-inventeur du procédé de tirages photographiques sur papier leptographique[5], concurrent du papier albuminé.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Jean Laurent a édité plus de 12 000 clichés.

La revue française L'Illustration, journal universel, dans son numéro du 12 juin 1858, publia plusieurs gravures selon les photographies de M. J. Laurent (Chemin de fer de Madrid à Alicante. Vues principales de la ligne).

Plusieurs albums des Travaux publics d'Espagne, comportant des photos de Laurent et de Martínez Sánchez furent présentés à l'Exposition universelle de 1867 à Paris.

  • Jean Laurent, Catalogue illustré des tableaux du Musée du Prado à Madrid, Madrid, J. Laurent et Cie,

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Exposition universelle de 1867 à Paris : Vues, musées et costumes d'Espagne et du Portugal, album de photographies ;
  • novembre 1996 : Paris, exposition dans le cadre du Mois de la photographie, Un fotógrafo francés en la España del siglo XIX / J. LAURENT. Un photographe français dans l'Espagne du XIXe siècle, Institut Cervantes, Centre Culturel Espagnol ;
  • 2005 : Vilnius, exposition ¡Hola, España! XIX amziaus Ispanijos fotografijos. Fotografías de la España del siglo XIX, musée Lietuvos dailes ;
  • du 1er juin au 2 juillet 2007 : Madrid, exposition au festival PHotoEspaña,Colección de imágenes de Juan Laurent ;
  • 2008 : Séville, exposition Sevilla artística y monumental, 1857-1880. Fotografías de J. Laurent, organisée par la Fondation Mapfre et l'Institut du patrimoine historique espagnol (IPHE - ministère de la Culture) en collaboration avec l'Alcazar de Séville ;
  • du 16 mars au 17 mai 2015 : Madrid, exposition Una visión inédita de la Alhambra : Jean Laurent, Fernando Manso, musée archéologique national de Madrid[6].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans un hommage posthume de la revue espagnole La Ilustración Nacional du , sont nom hispanisé complet — prénom et avec deuxième patronyme — est Juan Laurent y Misicer[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « D. Juan Laurent y Misicer », La Ilustración Nacional, Madrid, vol. 5, no 2,‎ , p. 20 (lire en ligne).
  2. (es) Carlos Magariños Laguía, Toledo en las fotografías de J. Laurent : thèse de fin de master du cursus 2012-2013, Tolède, Universidad de Castilla-La Mancha / Facultad de Humanidades de Toledo, , 209 p. (lire en ligne), p. 32.
  3. (es) Mariano García Ruipérez, « Biographie de Jean Laurent », sur ayto-toledo.org,‎ (consulté le 9 décembre 2014).
  4. Catalogue des objets du musée des Armures de S. M. la reine, reproduits en photographie par J. Laurent, photographe de S. M. la reine. Madrid, J. Laurent, 1868.
  5. « nuevo sistema de leptografía (...) precios de los retratos de tarjeta (...) En leptografía, sobre porcelana, última perfección de la fotografía. », (es) « Publicité de la Fotografía y Leptografía Laurent », La Correspondencia de España, Madrid, no 3.103,‎ , p. 4
  6. (es) « Una visión inédita de la Alhambra. Jean Laurent, Fernando Manso », sur Ministère de la Culture,‎ (consulté le 13 mars 2015).

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Maite Díaz Francés, J. Laurent 1816-1886: Un fotógrafo entre el negocio y el arte, Madrid, Ministerio de Educación, Cultura y Deporte, Instituto del Patrimonio Cultural de España, 2016 (ISBN 978-84-8181-643-3)
  • (es) Carlos Teixidor, « Fotografías de Laurent en la Quinta de Goya », Descubrir el Arte, no 154,‎ , p. 48-54

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :