Jean Fourton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Fourton
Jean Fourton.png
Naissance
Nationalité
Activités

Jean Fourton, né en 1934 au Puy en Velay, est un écrivain, humaniste, psychanalyste et peintre français.

Parcours[modifier | modifier le code]

Jean Fourton a passé une partie de ses jeunes années en Amérique du Nord. À son retour en France, il est journaliste de langue française et anglaise.  

L’écriture[modifier | modifier le code]

En 1958, il écrit et publie une Encyclopédie de la décentralisation, en deux tomes de 400 pages, sous le patronage officiel du Ministère de la Reconstruction. Il fonde également une imprimerie puis une maison d’édition, écrit U. S… et coutumes en France[1], publié aux Éditions Rabelais, illustré par Bernard Aldebert, une charge satirique sur les Américains en France. En 2012, son ouvrage Freud franc-maçon est publié aux éditions Lucien Souny, faisant désormais référence sur le sujet[2] et proposant un nouvel éclairage sur la vie et l'œuvre du créateur de la psychanalyse.  

L’enseignement[modifier | modifier le code]

Jean Fourton enseigne dans plusieurs universités, comme professionnel de techniques de communication, puis prépare le diplôme de chercheur[Quoi ?] à l’École pratique des hautes études, en psychopathologie et psychiatrie sociales. Roland Barthes préside son jury. Puis il soutient une thèse de doctorat en sciences de l’éducation, sous la direction de François Châtelet sur L’Agressivité dans l’image.  

La psychanalyse[modifier | modifier le code]

Son psychanalyste est Jacques Lacan, au début des années 1970. Il est admis à l’École freudienne de Paris, devient psychanalyste et le restera pendant une quarantaine d’années, notamment à Limoges. Depuis lors, il exerce sans discontinuer ses trois métiers : la psychanalyse comme clinicien, l’écriture et les arts plastiques. Mais depuis une génération seule cette dernière activité le mobilise encore parfois, avec de rares expositions d’œuvres de format monumental…dans le cadre de ses recherches qui continuent.  

Les arts plastiques[modifier | modifier le code]

Dans ce dernier domaine où il s’est toujours exprimé, son mentor est Pierre Soulages. Jean Fourton expose pour la première fois à Paris en 1987. La presse annonce alors l'arrivée d'un nouveau « baroque »[3]. Il s’intéresse à la Tapisserie d’Aubusson, comme créateur-cartonnier, et invente le procédé des vitraux-tapisseries (marque et modèle déposés) pour le Mémorial des Déportations au Margeleix[4], à Puy-Malsignat et pour la chapelle du XIIe siècle de Domeyrot en Creuse, dans un hommage à Léonard de Vinci. Certaines de ses œuvres sont conservées au musée départemental de la tapisserie d'Aubusson et à Paris au musée de la franc-maçonnerie. Expositions, livres, et conférences se succèdent en France et ailleurs.  Soyez les bienvenus (es) à la découverte de 50 ans de peinture et de création de tapisseries d’Aubusson signées Jean Fourton : court métrage signé Jacques Merlaud.: https://youtu.be/lMYoIFduRTM?t=1s 

Distinctions, prix et autres activités[modifier | modifier le code]

En l’an 2000, sur proposition du Premier Ministre Lionel Jospin, le Président de la République Jacques Chirac le nommait Chevalier dans l’ Ordre national du Mérite de la République française, décoration qui lui fut décernée en 2001, par M. Pierre Mutz alors Préfet de la Région Limousin. En 1957, il est élu Conseiller Municipal de la ville de Châteauroux, et le restera jusqu’en 1967.  

Quelques publications[modifier | modifier le code]

  • Agressivité utile ou dangereuse, Éditions Tête de Feuilles, 1972
  • L’Amour de la psychanalyse, Éditions Lucien Souny, 1984
  • Surfaces à émouvoir,  Éditions Clef, 2000
  • Freud franc-maçon, Éditions Lucien Souny, 2012[5]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Fourton, U. S… et coutumes en France, Editions Rabelais, , 111 p.
  2. Aouillé Sophie, « Jean Fourton, Freud franc-maçon », Essaim 2, no 31,‎ , p. 175-180 (lire en ligne)
  3. Ileana CORNEA, « Jean Fourton, l’homme qui cherche le réel », Artension,‎
  4. « Site Web de Jean Fourton », sur Jean Fourton
  5. www.freudfrancmacon.com

Liens externes[modifier | modifier le code]