Jean Bamanisa Saïdi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean Bamanisa Saidi)
Aller à : navigation, rechercher
Jean Bamanisa Saïdi
Fonctions
Gouverneur de la Province Orientale
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Kisangani (RDC)
Nationalité Congolaise (RDC)
Parti politique Mouvement Social pour le Renouveau (MSR)
Conjoint Caroline Bemba
Profession Homme d'affaires et politicien

Jean Bamanisa Saïdi, né le à Kisangani, est un homme d’affaires et un homme politique congolais. Il a été gouverneur de la Province orientale d'octobre 2013 au 29 octobre 2015[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Bamanisa Saïdi, fils du docteur Alexander Barlovatz et de Madame Violette Nyakato, originaire du district d’Ituri, est né à Kisangani le 7 avril 1964. Il a passé sa jeunesse à Kisangani, à Ituri (Bunia, Djungu, Bogoro, Kasenyi) et à Beni.

Jean Bamanisa fait ses études primaires à l’école Belge de Kisangani et études secondaire en biochimie à Beni et à Kisangani, collège Maelle et complexe scolaire de l’Université de Kisangani pour y obtenir en 1983 un diplôme d'État, option Biochimie.

Après une transition rapide à l’Université de Kisangani, en sciences, département de biologie, Jean Bamanisa s’est lancé très tôt dans le monde professionnel et des affaires[2].

En 1987, Jean Bamanisa crée BAJE sprl, entreprise spécialisée dans l'entretien des bâtiments employant plus de 200 personnes. En 1994, il crée PETROBAJE, un département de BAJE pour la distribution des produits pétroliers et lubrifiants, jusqu'à diriger des années après un groupe d'entreprises œuvrant dans divers dommaines dont l'immobilier, l'entretien des bâtiments, la jardinerie, la restauration, l'étude des projets et la promotion des investissements.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 2006, Jean Bamanisa a été élu député national de la ville de Kisangani. Il se lance en 2012 à la course vers l'élection d'un nouveau Gouverneur de la Province orientale où il sera élu gouverneur de la Province Orientale avec 48 voix contre 45 pour son concurrent Jean Tokole[3].

Gouverneur de la Province Orientale[modifier | modifier le code]

Dès son arrivée à la tête de la Province Orientale, Jean Bamanisa tient à redonner à cette vaste province de la République, sa place du troisième pool économique de la République Démocratique du Congo de jadis[4].

Les actions menées sur le terrain par le gouverneur Jean Bamanisa sont contenues dans son plan d’action présenté et adopté à l’unanimité lors de l’investiture de son gouvernement le 26 février dernier par l’Assemblée provinciale. Un programme d’action ambitieux qu’il entend mettre en œuvre avec des ressources locales grâce à la quotité de la rétrocession revenant à la province pour sortir la province des sentiers battus pour le décollage de son développement durable et le bien-être de sa population[5]. Dès son investiture, il se lance dans des chantiers divers à travers la Province. Il organise une table ronde économique qui réunit les opérateurs économiques et les investisseurs qui souscrivent à divers projets de développement. Il réhabilite une partie de la voirie urbaine du centre-ville de Kisangani, son fief. Il restructure la Direction des recettes et se lance dans la mobilisation des ressources nécessaires à la mise en œuvre de son programme. Dans cette tache, il se heurte à plusieurs obstacles dont les plus importants sont: le faible taux de la rétrocession de l'État aux provinces et une certaine hostilité nourrie à son encontre par une partie de la classe politique de la Province qui l'accuse d'affairisme et d'autoritarisme. En réalité, le courroux né dans les milieux politiques de la Province œuvrant à Kinshasa serait plutôt du au fait que celle-ci ne reçoit plus des avantages depuis l'avènement de Bamanisa qui semble travailler à vase clos.

À l'aube de l'année 2015, le Congo entame difficilement un processus de découpage territorial devant le faire passer de 11 à 26 provinces et qui prévoit de scinder la Province Orientale que gère Jean Bamanisa en 4 provinces (Ituri, Tshopo, Haut-uélé, Bas-uélé). Ce processus qui ne fait pas l'unanimité au sein de la classe politique vient placer Jean Bamanisa dans une position inconfortable au regard de sa double assise politique. Il est originaire de l'Ituri par sa mère et est un natif de Kisangani dont il a fait sa base électorale depuis 2006. L'opinion s'attend à ce qu'il se replie sur ses origines tribales et aille postuler en Ituri aux élections provinciales préludes au découpage. Mais, dans une conférence de presse tenu en son cabinet, il annonce sa candidature dans la circonscription de Kisangani au grand mécontentement de ceux qui voyaient dans le découpage le déboulonnement de celui qu'ils considéraient comme un dur à cuir. Il dépose sa candidature finalement au centre de réception et de traitement de la CENI à Kisangani sur la liste MCR (un parti satellite du MSR).

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jean BAMANISA est marié à Caroline Bemba, députée élue de Gemena, et père de trois enfants.

Notes et références[modifier | modifier le code]