Jeannot Bemba Saolona

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jeannot Bemba Saolona
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Minister of Economy
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
BruxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfant

Jeannot Bemba Saolona, né le [1] est dans le territoire de Libenge (Congo belge) et mort le à Bruxelles, est un homme d'affaires et homme politique congolais. Il est le père de l'homme politique Jean-Pierre Bemba.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Jeannot Bemba Saolona est un métis portugais. Il ne fait pas d'études poussées et commence sa carrière comme commerçant[2],[3].

Bemba devient, avec l'aide de Mobutu, l'un des hommes les plus riches du Zaïre et contrôle un énorme conglomérat : la Société commerciale et industrielle Bemba (Scibe) qui investit dans les ressources minières et l'import-export[2],[3].

Il est longtemps président de l'Association nationale des entreprises du Zaïre (ANEZA), actuellement la Fédération des entreprises du congo (FEC), qui constitue à la fois la chambre de commerce et d'industrie et la principale organisation patronale du pays. Bemba est alors un des piliers de la dictature de Mobutu[3].

En 1979, il crée la Scibe Airlift, une compagnie aérienne privée qui fait partie du conglomérat Scibe. C'est la première compagnie aérienne privée du pays. Pendant les années 1980, Bemba tente de faire réussir la compagnie mais avec la chute de Mobutu en 1997, c'est un échec et la Scibe Airlift fait faillite en 2002.

Bemba négocie bien le renversement de Mobutu, son ancien parrain, par Laurent-Désiré Kabila. Il séjourne en prison mais en 1999, il est nommé ministre de l'Économie et de l'Industrie, retrouvant son rôle central dans le tissu économique congolais[4]. Bemba doit aussi composer avec son fils Jean-Pierre qui est à la tête du Mouvement de libération du Congo (MLC), un groupe militaire opposé à Kabila[3].

En 2003, le pays entame une transition politique pour mettre fin à la guerre civile : Jean-Pierre Bemba est nommé vice-président et Jeannot Bemba devient membre du parlement de transition[3].

En 2006, il est élu sénateur du Sud-Ubangi[3].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le père de Jean-Pierre Bemba[5].

Décès[modifier | modifier le code]

Il meurt dans un hôpital de Bruxelles à la suite d'un malaise.

L'héritage de Jeannot Bemba Saolona est l'objet d'un contentieux en France entre Jean-Pierre Bemba d'une part et Kévin Bemba, Éric Bemba (Pundji) et Mbembo Bemba d'autre part. Ces trois derniers, enfants nés hors mariage de Jeannot Bemba, sont mentionnés sur le testament de Jeannot Bemba alors que Jean-Pierre Bemba est explicitement exclu de la gestion des sociétés familiales car Jeannot aurait « perdu confiance » en son fils. Jean-Pierre Bemba estime que Kévin, Pundji et Mbembo ne sont pas des enfants de Jeannot et que les tests de paternité ont été falsifiés[6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Deux dates de naissance sont mentionnées pour Jeannot Bemba Saolona : il est parfois né le 3 septembre 1942, parfois le 23 septembre 1941.
  2. a et b Christophe Ayad, « Jean-Pierre Bemba Le petit Mobutu au trou », Libération,
  3. a b c d e et f Tshitenge Lubabu M.K., « Jeannot Bemba Saolona », Jeune Afrique,
  4. « Un mobutiste nommé à l'économie », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. Radio Okapi, Jean-Pierre Bemba autorisé à assister aux funérailles de son père, 7 juillet 2009, congoplanete.com.
  6. « RDC : la guerre d’héritage dans la famille de Jean-Pierre Bemba rebondit en France », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  7. « [Document] RDC : le testament du père de Jean-Pierre Bemba », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]