Jean-Omer Marchand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Omer Marchand
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Partenaire commercial
Samuel Stevens Haskell (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jean-Omer Marchand, né à Montréal le , et mort le à Montréal, est un architecte québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études à Montréal. Quelques années plus tard, il quitte le Québec pour étudier à l'École des beaux-arts de Paris. Il est le premier architecte canadien diplômé de l'École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris.

Après une absence de neuf ans, il revient dans sa ville natale en 1902 pour y ouvrir un cabinet d'architecte. Avec son premier associé, l'Américain Samuel Stevens Haskell, il conçoit bon nombre d'importants édifices à Montréal, dont la chapelle et les bibliothèques du Grand Séminaire des prêtres de Saint-Sulpice (1903-1907), la maison mère des sœurs de la Congrégation de Notre-Dame (1904-1906), qui abrite aujourd'hui le collège Dawson, toutes deux situées sur la rue Sherbrooke ouest, et l'église paroissiale Sainte-Cunégonde (1904-1906), sur la rue Saint-Jacques dans le quartier de la Petite Bourgogne. Le cabinet conçoit aussi la cathédrale Saint-Boniface (en grande partie détruite par un incendie en le ), à Saint-Boniface, au Manitoba.

Sir Rodolphe Forget leur commande une vaste résidence (toujours existante), sur ce qui porte aujourd'hui le nom de l'avenue du Musée, à Montréal. Les gouvernements municipal et provincial confient à Marchand et Haskell plusieurs projets de rénovation.

Après le décès prématuré de son associé en 1913, Jean-Omer Marchand, plutôt que de s'associer à long terme avec un autre architecte, s'engage dans divers partenariats ponctuels. En collaboration avec R. A. Brassard, il conçoit la prison de Bordeaux (1905) dans l'arrondissement Cartierville, avec Joseph Venne, l'église Saint-Pierre-Claver (1917) sur le boulevard Saint-Joseph et, avec Ernest Cormier, l'École des beaux-arts de Montréal sur la rue Saint-Urbain (1922).

Il a également contribué, avec John A. Pearson, à la conception de l'édifice du centre du Parlement du Canada, construit entre 1916 et 1927[1].

Après son décès en 1936, il a été enterré au cimetière Notre-Dame-des-Neiges, à Montréal[2]. Le fonds d'archives Jean-Omer Marchand est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[3].

Honneur[modifier | modifier le code]

En 1990, à l'occasion du centième anniversaire de l'Ordre des architectes du Québec, la Ville de Montréal nomme plusieurs rues de Montréal en l'honneur des architectes qui ont fait leurs marques à Montréal. On retrouve donc une rue en l'honneur de Jean-Omer Marchand, mais aussi une pour Alexander Cowper Hutchison, Eugène Payette et Henri-Maurice Perrault[4]. La « rue J.-Omer-Marchand[5] » est située dans l'arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles. (45° 41′ 31″ N, 73° 29′ 36″ O)

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Édifice du Centre du Parlement du Canada », sur Structurae (consulté le 7 février 2021).
  2. Répertoire des personnages inhumés au cimetière ayant marqué l'histoire de notre société, Montréal, Cimetière Notre-Dame-des-Neiges, 44 p.
  3. « Fonds Jean-Omer Marchand (P485) », Bibliothèque et Archives nationales du Québec [BAnQ] (consulté le 7 février 2021).
  4. « Hutchison (Alexander Cowper) », sur Mémoire du Québec (consulté le 7 février 2021).
  5. « Rue J.-Omer-Marchand », sur toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 7 février 2021).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :