Jean-Joseph Gauthier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Officier général francais 2 etoiles.svg Jean-Joseph Gauthier
Naissance
Septmoncel, Jura
Décès (à 50 ans)
Ruffey-sur-Seille, Jura
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 1791-1815
Commandement 37e régiment d'infanterie de ligne
Conflits Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Distinctions Officier de la Légion d'honneur
Baron de l'Empire
Chevalier de Saint-Louis

Jean-Joseph Gauthier, né le à Septmoncel dans le Jura et mort le à Ruffey-sur-Seille, dans le même département, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Du volontaire au colonel[modifier | modifier le code]

Il entre en service le comme volontaire dans le 7e bataillon de volontaires du Jura. Il est nommé sergent-major le et fait la campagne de 1792 à l’armée du Rhin, où il passe adjudant sous-officier le suivant. Il se distingue à la bataille de Hondschoote le ainsi qu’à la levée du siège de Maubeuge le .

Il passe lieutenant le à l’armée du Nord et participe à la guerre en Vendée. Le , il devient aide de camp de son ami et compatriote le général Lecourbe avec lequel il fait toutes les campagnes de l’an III à l’an VIII aux armées de Sambre-et-Meuse, du Rhin et d’Helvétie. Il est nommé capitaine aide de camp, et le , il rassemble une vingtaine de soldats de différents corps et attaque à leur tête une colonne autrichienne de 800 hommes auxquels il fait mettre bas les armes. Le 5 germinal suivant, il charge l’ennemi à la tête des grenadiers et le met dans la déroute la plus complète. Sa conduite dans cette affaire lui mérite le grade de chef de bataillon sur le champ de bataille et une lettre de félicitation du Directoire.

Le , Gauthier est nommé chef de brigade, et le , il prend le commandement de la 37e demi-brigade d'infanterie de ligne. Il participe à la campagne de l’an IX à l’armée du Rhin et passe à l’armée de l'Ouest en l’an X. Il est ensuite affecté à Vannes en l’an XI avant d'être employé au camp de Brest pendant l’an XII et l’an XIII. Il passe colonel le , chevalier de la Légion d’honneur le , officier de l’ordre le et membre du collège électoral du département du Jura.

Il est inhumé à Ruffey-sur-Seille.

Général de l'Empire[modifier | modifier le code]

De 1805 à 1806, Gauthier est affecté à l’armée d'Italie puis rejoint la Grande Armée en 1807. En 1809, il est en Allemagne avec la 3e division du 4e corps d’armée, et sa brillante conduite à Essling lui vaut d'être nommé baron de l’Empire le avec une dotation de 4 000 francs de rente. Il est promu général de brigade le et sert en cette qualité dans les provinces illyriennes. Pendant la troisième campagne de Dalmatie, il défend la forteresse de Cattaro contre les Anglo-Monténégrins ; obligé de se rendre le , il est renvoyé en France à la faveur d'un échange de prisonniers.

De retour en France en , il est envoyé à l’armée de Lyon au mois de mars suivant. Lors de la Première Restauration, il prend le commandement du département de l’Ain, et le roi Louis XVIII le fait chevalier de Saint-Louis le . En , il accompagne l’Empereur à Paris. Au mois de mai, il est appelé au commandement de la 1re brigade de la 9e division du 2e corps de l’armée du Nord et fait avec ces troupes la campagne de Belgique. Le général Gauthier est blessé d’un coup de biscaïen au bas ventre à la journée du et est renvoyé dans ses foyers au licenciement du 2e corps le suivant. Il meurt à Ruffey-sur-Seille le , des suites de sa blessure reçue lors de la dernière campagne.

Sources[modifier | modifier le code]