Jean-Jacques Dony

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Jacques-Daniel Dony
Jean-Jacques-Daniel Dony ( 1759 - 1819).jpg
« L'abbé Dony »
Biographie
Naissance
Décès
Activités

Jean-Jacques-Daniel Dony dit « abbé Dony », né le à Liège et mort le (à 60 ans) à Bois-l'Évêque, est un chimiste et industriel liégeois qui est à l'origine d'un procédé industriel d'exploitation des minerais de zinc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Coupe d'un four pour l'extraction du zinc.

Chanoine à l'âge de 24 ans, il occupe ses loisirs en recherches scientifiques.

Il obtient le (26 frimaire an XIV) la concession de la mine de la Vieille Montagne / Altenberg[1] du préfet du Département de l'Ourthe. L'adjudication est homologuée par le décret impérial du [2],[3]. Après le Congrès de Vienne, cette concession deviendra l'État indépendant de Moresnet neutre (Traité des Limites, Aix-la-Chapelle, ).

Il expérimente à partir de 1808 l'extraction industrielle du zinc dans son usine du faubourg Saint-Léonard de Liège où il embauche, en 1809, Jean-Henri Regnier comme directeur[4]. En 1810, il découvre et dépose un brevet pour le procédé de production de zinc. Parvenu à produire économiquement le zinc, il ne trouve pas de débouchés et doit céder ses établissements à François-Dominique Mosselman en 1813. Pour promouvoir l'utilisation du zinc, il offre à l'empereur Napoléon I, une baignoire de zinc afin de démontrer les qualités hydrofuges et la malléabilité de ce nouveau produit; cette baignoire semble avoir suivi l'empereur lors des campagnes de Russie[5],[6].

Jean-Jacques-Daniel Dony meurt dans la misère en 1819.

La première usine (la Vieille Montagne) de production industrielle de zinc est construite à Liège (Angleur) en 1837. Elle donnera naissance à un empire européen de production de zinc, comprenant essentiellement des usines en France et en Allemagne.

Les activités de la Société de la Vieille Montagne seront intégrées en 1989 au groupe industriel Union minière, connu depuis 2001 sous le nom d'Umicore (UMICORE). En 2007 une entreprise séparée d'UMICORE est fondée, sous le nom de Nyrstar.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • ouvrage collectif, VSL dans Le patrimoine industriel de Wallonie, 1994, (ISBN 2-87114-113-4)
  • Christine Wirtgen-Bernard et Michel Dussart, Visages industriels d'hier et d'aujourd'hui en pays de Liège, ed. Pierre Mardaga, 1981, (ISBN 2-8021-0032-7)
  • E. Flavien, Mines et fonderies de zinc de la Vieille-Montagne dans Les grandes Usines de Turgan, 1882 (sur CNAM)
  • David Van Reybrouck (trad. du néerlandais par Philippe Noble), Zinc [« Zink »], Arles, Actes Sud, , 80 p. (ISBN 978-2-330-06920-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • De Vieille Montagne à VM Zinc
  • Du zinc en Belgique dans Annales des mines ou recueil de mémoires sur l'exploitation des mines et sur les sciences et les arts qui s'y rapportent, quatrième série - tome V, ed. Carilian-Gœury & Ver Dalmont, Paris, 1844 (sur GoogleBooks)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La mine avait été mise en concession par Décret impérial relatif à la concession des mines de calamine dites de la Vieille-Montagne du 30 ventôse an XIII (sur Wikisource ; sur Gallica ; décret 648).
  2. Décret impérial numéro 1460 : « qui homologue la concession de calamine de la Vieille-Montagne (Ourte), dont l'adjudication a été faite pour cinquante années au Sieur Dony, à la charge de payer au trésor public une rétribution annuelle de 40 500 francs. (Paris, 24 mars) » (sur Gallica)
  3. Sur wikisource : Adjudication de la mine de calamine par Napoléon à Jean Jacques Daniel Dony
  4. André Dagant, « La société de Saint-Léonard à Liège », Bulletin de l'institut archéologique liégeois, t. XCII,‎ , p. 28 (lire en ligne)
  5. RUESS Céline et STELMES Anne, Vies de Zinc. Portraits de travailleurs, images d'entreprise, Liège, Maison de la Métallurgie et de l'Industrie de Liège, (ISBN 978-2-9541101-0-3), p. 14
  6. DEPAS Guy, « La baignoire de Napoléon en vedette à Liège... Un zinc à la maison du métal. », Le Soir,‎ (lire en ligne)