Nyrstar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nyrstar NV
logo de Nyrstar

Création aout 2007
Forme juridique Naamloze Vennootschap (une structure d'entreprise publique belge)
Action OTC Markets Group (NYRSY)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Zurich, Suisse (siège), Balen, Belgique (Site opérationnel)
Direction Hilmar Rode (CEO) [2], Martyn Konig (PCA) [3]
Activité Métallurgie
Produits Extraction des métaux par calcinationVoir et modifier les données sur Wikidata
Effectif 4 200 ()[4]
BCE et https://kbopub.economie.fgov.be/kbopub/zoeknummerform.html?lang=fr&nummer=0888728945 0888728945Voir et modifier les données sur Wikidata
TVA européenne BE0888728945[5]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web http://www.nyrstar.com/

Chiffre d'affaires 3,5 milliards d'euros en 2017, contre 2,7 milliards en 2016[6]

Nyrstar N.V. est une entreprise mondiale de fonderie/trading multi-métaux, leader mondial sur le marché du zinc et du plomb, et en expansion pour le cuivre, l'or et l'argent. Nyrstar est présente sur divers marchés en Europe (Belgique, Pays-Bas, France, Royaume-Uni), en Amérique (États-Unis) et en Asie (Chine et Thaïlande) ; elle est juridiquement constituée en Belgique, mais a son siège social à Zurich, en Suisse. Nyrstar est cotée sur Euronext Brussels[7], depuis le .

Historique[modifier | modifier le code]

Nyrstar est une coentreprise créée en 2007 par fusion des activités de :

  • Zinifex (une société minière australienne spécialisée dans la production de zinc (aujourd'hui fusionnée avec Oxiana Limited pour former OZ Minerals) pour 60 % des apports[8],[9] ;
  • Umicore (groupe belge de technologie des métaux et matériaux) pour 40 % de l'apport, plus spécialisé dans les matériaux avancés, semi-précieux, nanoproduits et catalyseurs, métaux précieux-services et zinc-produits spéciaux[9].

Selon l'Usine nouvelle, le groupe industriel issu de cette fusion employait initialement plus de 4 300 salariés sur quatre continents[9].

Produits, actifs et présence mondiale[modifier | modifier le code]

Nyrstar a des mines (aériennes ou souterraines)[10] et des usines de fonderies en Europe, en Amérique du Nord et en Australie, avec :

  • quatre exploitations minières en Amérique du Nord ;
  • six fonderies (en Australie, en Belgique, en France (à Auby), aux Pays-Bas et aux États-Unis) ; les principales fonderies sont basées à Hobart (Australie), Port Pirie (Australie), Budel (Pays-Bas), Clarksville (États-Unis), Balen (Belgique), Overpelt (Belgique) et Auby (dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, dans le nord de la France) ;
  • une installation de retraitement des fumées en Norvège.

En Belgique[modifier | modifier le code]

L'adresse de Nyrstar en Belgique est Zinkstraat 1, 2490 Balen, Belgique. (Zinkstraat signifie rue du zinc)

  • L'usine de Balen qui a rejoint le groupe Nyrstar est plus spécialisée dans le zinc et le cadmium
  • L'usine d'Overpelt est notamment spécialisées dans la chimie fine du cobalt.

Aux Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Le groupe est implanté à Budel (production d'oxyde de zinc).

En France[modifier | modifier le code]

Dans le Nord de la France, près de Douai et sur le bord du Canal de la Deûle, près du site de l'ex-usine Métaleurop-Nord, l'usine Nyrstar d'Auby (ex-Umicore, ex-Union minière ex-Société des Mines et Fonderies de Zinc de la Vieille-Montagne) est située à quelques kilomètres en amont de l'ancienne usine Métaleurop Nord[11].
Elle produit principalement du zinc et divers autres métaux depuis 1869[11].
Au tout début des années 2000, sa production annuelle de zinc était d’environ 230 000 t/an[11].

Productions[modifier | modifier le code]

Nyrstar produit surtout du zinc, mais aussi d'autres métaux, tels de l'or, de l'argent, du cuivre, du cadmium et de l'indium, mais aussi des produits dérivés tels de l'oxyde de plomb, de l'acide sulfurique ou des alliages pour batteries au calcium.

Nyrstar détient aussi intégralement le groupe autrefois français GM-Metal et a des participations dans les coentreprises suivantes :

Séquelles environnementales et pollution[modifier | modifier le code]

Toutes les fonderies sont des sources de pollution chronique et accidentelle de l'air, de l'eau et des sols, ainsi que des écosystèmes exposés aux retombées des émissions des cheminées et d'autres sources d'émissions.

En France[modifier | modifier le code]

Avec sa voisine « Métaleurop-Nord » (aujourd'hui démantelée), l'usine d'Auby est en France source d'une pollution chronique et historique importante, notamment par ses émissions dans l'eau et dans l'air de métaux lourds et métalloïdes (dits éléments traces métalliques ou ETM tels que cadmium, plomb et zinc principalement, mais aussi potentiellement, plus ou moins selon les époques antimoine (Sb), argent (Ag), arsenic (As), bismuth (Bi), chrome (Cr), cobalt (Co), cuivre (Cu), étain (Sn), indium (In), mercure (Hg), nickel (Ni), sélénium (Se), thallium (Tl), thorium (Th), uranium (U)…), ainsi que par la mise en décharge de déchets ou les retombées de ses émissions acides dans les sols environnants[12].

Une partie du territoire périphérique pollué est devenue une zone-atelier associée à un « Programme de recherches concertées » (PRC) où depuis 1994 au moins les effets de cette pollution sont étudiés et où l'on teste divers moyens de stabiliser ou extraire les polluants du sol et des écosystèmes[11].

En Australie[modifier | modifier le code]

La fonderie Nyrstar Port Pirie Pty Ltd (située à 230 km au nord d'Adélaïde, l'une des plus grandes fonderies de plomb primaire au monde, troisième plus grand producteur d'argent, fonctionnant en continu depuis 1889) était et demeure une source majeure de dioxyde de soufre et de pollution par divers métaux, dont le plomb[13]. Une Task Force a été créée sur ce sujet au début des années 1980[14],[15], mais malgré cette dernière la pollution a persisté et le saturnisme, en 2021, persiste encore dans la population[16]. L'entreprise a été poursuivie pour pollution de l'air et mise en demeure d'agir en raison des atteintes à la santé des habitants de la région par le plomb[17] (plomb qui est une source de saturnisme animal et de humain, le saturnisme infantile étant considéré comme sa forme la plus grave, car ayant des effets toxiques à très faible dose de plomb et irréversibles s'ils surviennent in utero et avant l'âge de 6 ans)[17].
En 2009-2010, cette fonderie a — de manière chronique — continué à contaminer « un large éventail d'environnements naturels et humains », via « l'air, les poussières, les sédiments, les sols, la flore et les systèmes humains, qui possèdent maintenant tous des taux significativement élevées de plomb et d'autres métaux toxiques » (sur 353 échantillons de sentiers, sols naturel et des parcs publics, 20 % dépassaient encore 600 ppm (= 600 mg de plomb par kg de sol) en 2013, allant de 6 ppm à 7 546 ppm)[18] ; « toute la ville de Port Pirie » a périodiquement connu des taux de plomb dans l'air « très élevés », dépassant les valeurs au-delà desquelles des effets néfastes sont certains en matière de santé environnementale et mentale. Des tests mensuels de plombémie chez les enfants dépassant le seuil de 10 g/dL ont confirmé que les hausses de taux de plomb dans l'air « coïncidaient avec des augmentations marquées de la proportion de tests dépassant cette valeur guide ». L'environnement de l'usine est durablement et de plus en plus contaminé (le plomb n'est pas dégradable) « dans et autour de Port Pirie »[17] ; l'exposition au plomb y est « pratiquement inévitable » pour « l'ensemble de la population » qui a été décrite comme vivant dans une « mer de plomb »[19],[20]. Cette usine a fait de la ville et sa banlieue « l'environnement résidentiel le plus contaminé par le plomb en Australie. Les données montrent qu'un jour sur deux, un test de plombémie sur un enfant âgé de 0 à 4 ans dépassera 10 g/dL. Par conséquent, environ 1 enfant sur 3 qui entre à l'école primaire à Port Pirie aura été intoxiqué au plomb, ce qui entraînera des difficultés importantes dans la scolarisation précoce »[17].
De 2006 à 2011, Nyrstar a investi près de 60 millions de dollars australiens pour limiter ses émissions, en association avec un programme d'éducation communautaire préventive « tenby10 ». Ces efforts ont réduit le plomb dans l'air et la plombémie infantile moyenne, mais les retours d'expérience ont ailleurs démontré que les conseils pédagogiques et les opérations de prévention de l'exposition au plomb « ne garantiront pas la protection d'une communauté. C'est particulièrement le cas lorsque la principale source de contamination demeure permanente[17]. Même là où les maisons de Port Pirie sont complètement fermées et vacantes, une recontamination se produit. Cela indique la nature omniprésente des émissions de fonderie en cours en plus de la contamination par les sols et les poussières »[17]. En particulier le saturnisme infantile reste problématique[21]. Seuls l'arrêt ou une forte diminution des émissions de métaux, et un assainissement complet de l'environnement de la fonderie et de la ville permettrait le retour à une situation sanitairement et écologiquement acceptable. Selon un rapport de 2011 commandé par l'Environment Protection Authority de l'Australie du Sud, ce serait très coûteux, mais bien moins — à long terme — que de ne rien faire[17].

Recherche et développement, expérimentations[modifier | modifier le code]

L'un des problèmes graves posés par l'activité minière est le drainage minier acide. Nyrstar a testé de nouveaux procédés de traitement des eaux minières acides dans des bassins extérieurs en réussissant à produire des effluent finaux de qualité acceptable (avec des valeurs inférieures aux limites maximales admissibles qui sont : pH 6-9, Total Solides en suspension 50 mg/l, Cuivre total 0,5 mg/l, Plomb total 0,2 mg/l, Zinc total 1,5 mg/l, Fer dissous 2,0 mg/l, Arsenic total 0,1 mg/l et Cyanure total 1,0 mg/l ; ceci permettant une réduction de moitié (-51,95 %) des coûts d'exploitation[22].

Dans les années 2010, le groupe, dont en Australie du Sud, à Port-Pirie, cherche à récupérer des métaux connexes rares, précieux ou stratégiques lors de son processus de traitement des minerais[23].

Il teste aussi l'utilisation d'eaux pluviales récupérées dans les bassins d'orage et d'eaux de nappe, en alternative, à l'eau potable du réseau[24].

Filiales[modifier | modifier le code]

Nyrstar dispose aussi de nombreuses filiales dont elle a la propriété exclusive.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Dupont, La déduction d'intérêts d'emprunt en vue de financer la distribution des fonds propre après les arrêts des cours d'appel d'Anvers et de Gand de 2018 (mémoire universitaire), (présentation en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Knowledge Graph, (graphe de connaissances), consulté le Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. (en) « Nyrstar appoints ArcelorMittal mining chief as new CEO »
  3. standaard.be, « Bel20 zet vlak parcours voort », De Standaard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. (en) « At a Glance », sur nyrstar.com (consulté le ) : « 4,200 employees across 4 continents ».
  5. « https://amadeus.bvdinfo.com/version-2019829/ », sous le nom NYRSTAR (consulté le )
  6. http://www.nyrstar.com/investors/en/Nyr_Documents/English/Nyrstar_AR14_EN_planche.pdf
  7. « Théodore, Jean-François, (5 Dec. 1946–18 May 2015), Director, NYSE Euronext, 2007–11 (Deputy Chief Executive Officer, 2007–09; Chief Executive, Euronext, 2000–07) », Oxford University Press, (consulté le )
  8. Umicore et Zinifex ont par communiqué du 3 septembre 2007 annoncé avoir (depuis le 31 août 2007) transféré leurs activités de fonderie et d'alliage de zinc et de plomb à Nyrstar
  9. a b et c L'Usine Nouvelle, Nyrstar : naissance officielle du numéro un mondial du zinc ; 04 septembre 2007
  10. « Noranda Selling New Madrid Aluminum Smelter - ProQuest », sur proquest.com (consulté le )
  11. a b c et d T. Sterckeman, F. Douay, N. Proix, H. Fourrier (2002) ; Chapitre 14 Contamination des sols vers la profondeur à Noyelles-Godault et Auby in Denis Baize & al. (2002) Les éléments traces métalliques dans les sols ; Approches fonctionnelles et spatiales, Ed Quae, 2002-01-01
  12. Luttringer M, De Cormis L (1979), La pollution par les métaux lourds à Noyelles-Godault et ses environs (Pas-de-Calais), INRA, Station d'étude de la pollution atmosphérique, 12 p et annexes
  13. Maynard, E., Thomas, R., Simon, D., Phipps, C., Ward, C., Calder, I. 2003. An evaluation of recent blood lead levels in Port Pirie, South Australia. Science of the Total Environment, 303, 25-33.
  14. Task Force on Lead Contamination of the Environment of Port Pirie 1983. South Australian Health Commission, 1983. Task Force on Lead Contamination of the Environment of Port Pirie (1983): Interim report. Adelaide (SA): Public Health Service, 1983.
  15. Tong, S., Baghurst, P.A., Sawyer, M.G. Burns, J., McMichael, A.J. 1998. Declining blood lead levels and changes in cognitive functioning during childhood: The Port Pirie Cohort Study. Journal of the American Medical Association, 280, 1915-1919
  16. Adelaide scheme=AGLSTERMS. AglsAgent; corporateName=Department for Health and Wellbeing; address=11 Hindmarsh Square, « Port Pirie Lead Implementation Program », sur sahealth.sa.gov.au (consulté le )
  17. a b c d e f et g (en) Mark Patrick Taylor, Report for the Environment Protection Authority, South Australia: Examination of the relationship between Nyrstar Port Pirie Pty Ltd smelter, airborne lead emissions and environmental health impacts (rapport technique), , 66 p. (DOI 10.13140/RG.2.2.17175.68001).
  18. (en) SA Health, 2013 Port Pirie Soil Lead Concentrations Report (rapport annuel), , 48 p. (ISBN 978-1-74243-450-6, lire en ligne).
  19. Maynard, E.J., Franks, L.J., Malcolm, M.S. 2006. The Port Pirie lead implementation program. Future focus and directions. December 2005, Department of Health, South Australia, Adelaide, p. 58.
  20. Simon, D.L., Maynard, E.J., Thomas, K.D., 2007. Living in a sea of lead-changes in blood-and hand lead of infants living near a smelter. Journal of Exposure Analysis and Environmental Epidemiology, 17 (3), 248-259
  21. (en) Mark Patrick Taylor, Cynthia Faye Isley et John Glover, « Children continue to be exposed to contaminated air in Port Pirie », sur theconversation.com, .
  22. Alejo Edgar López Marcos, « Administración estratégica para el tratamiento de aguas ácidas de mina mediante humedales artificiales en Nyrstar Coricancha S.A. », sur alicia.concytec.gob.pe, (consulté le )
  23. « Newmont Reaches Commercial Production at Akyem and Phoenix Copper Leach Projects - ProQuest », sur proquest.com (consulté le )
  24. (en) Richard Collins, « Smelting with stormwater », Waste Management and Environment, vol. 23, no 10,‎ , p. 19 (ISSN 1328-0228, lire en ligne Accès payant).