Jean-Eugène Fromageau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean-Eugène Fromageau
Image illustrative de l’article Jean-Eugène Fromageau
Jean-Eugène Fromageau (1822-1896)
Présentation
Naissance
Saumur, Maine-et-Loire
Décès
Saumur, Maine-et-Loire
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Architecte,
architecte diocésain
Œuvre
Réalisations Basilique Notre-Dame d’Afrique

Jean-Eugène Fromageau, né le à Saumur, Maine-et-Loire et mort le , également à Saumur, est un architecte français, qui a notamment travaillé comme architecte diocésain en Algérie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Eugène Fromageau est le fils d’un entrepreneur du Maine-et-Loire, Jean-Laurent Fromageau (1795-1849) et d’Eugénie Deville (1802-1856), son épouse. Il naît à Saumur le [1]. Il conservera toute sa vie des liens avec cette ville, puisqu’il s’y marie avec Claire-Marie Reyneau (1828-1854) et y décède le [1].

Élève de Simon-Claude Constant-Dufeux à l'École nationale supérieure des beaux-arts, il y obtient deux médailles en 1847[2]. Il s'installe ensuite comme architecte à Saumur.

Ses idées éclectiques s’opposent aux thèmes néo-moyenâgeux véhiculés par Arcisse de Caumont, très en vogue dans son département[3] ou du style néo-gothique d’Eugène Viollet-le-Duc. Ainsi, un projet de restauration d’une église, soumis à la Commission départementale des bâtiments civils, lui fut retourné parce que le rapporteur renvoyait son auteur à telle page de la Grammaire Archéologique (Cours d’antiquités monumentales) pour y copier la porte ou la fenêtre qui convenait[3].

Architecte diocésain en Algérie[modifier | modifier le code]

Après le décès de son épouse, Fromageau quitte le Maine-et-Loire en 1855 et est nommé architecte adjoint des édifices diocésains de l'Algérie[4]. Son ancien condisciple Paul Féraud (1815-1884), responsable du service, devient subitement aveugle[2]. Fromageau le remplace comme architecte en chef le [5].

Il construit à Alger plusieurs édifices de style romano-byzantin : le grand séminaire de Kouba (travaux de 1860 à 1872) et le petit séminaire de Saint-Eugène[6]. Il conduit également l'agrandissement de la cathédrale Saint-Philippe d'Alger. Son grand-œuvre est la Basilique Notre-Dame d’Afrique, dont le chantier démarre en février 1858 et qui fut achevée en 1872, peu après son retour en métropole en 1870[2].

Son expérience en Afrique du Nord avait profondément marqué Fromageau. Selon Auguste Beignet, président de la Société des architectes de l'Anjou, dont Fromageau était membre honoraire, il vivait en philosophe, « fuyant la clientèle comme la peste » et se faisant appeler « Ibrahim »[3]. Il avait emprunté aux traditions arables le « Kief », calme apparent, presque extatique qu’il exposait dans une phrase « je regarde mes fleurs pousser[2]. »

Fromageau avait une fille, Gabrielle (1852-1927), épouse du Dr Bouchard[1]. Il était membre de la Société centrale des architectes français depuis 1856 et membre honoraire de la Société des architectes de l'Anjou[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Réalisations en tant qu’architecte diocésain à Alger :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Auguste Beignet, « Jean-Eugène Fromageau, (notice nécrologique) », Annuaire pour l'année 1897, Angers, Société des architectes de l'Anjou,‎
  • Jean-Michel Leniaud, Répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle, éditions en ligne de l’École des chartes / Economica,

Iconographie[modifier | modifier le code]

Le site internet Racines, édité par Mme Chantal Boiton-Colas, reproduit plusieurs documents, photographies et œuvres en relation avec Jean-Eugène Fromageau.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Archives départementales du Maine-et-Loire, état-civil
  2. a b c et d Jean-Michel Leniaud, Répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle, éditions en ligne de l’École des chartes / Economica, 2003
  3. a b et c Auguste Beignet, Jean-Eugène Fromageau, décédé à Saumur le 5 octobre 1896, in Annuaire pour l'année 1897, Société des architectes de l'Anjou, Impr. Lachèse, Angers, 1897
  4. La date de 1855 est donnée par Auguste Beignet et Jean-Michel Leniaud. Cependant, Chantal Boiton-Colas estime n’avoir aucun document officiel relatif à cette affectation.
  5. Bulletin officiel de l'Algérie et des colonies, Paris, n° 17, février 1859
  6. a et b Chantal Boiton-Colas, notice Jean-Eugène Fromageau in site Racines, consulté le 27/09/2013