Jean Robie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean-Baptiste Robie)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Robie.
Jean-Baptiste Robie
Jean Robie portrait before1904.jpg
Jean Robie portraitisé par André Hennebicq, devant la maison communale de Saint-Gilles.
Naissance
Décès
(à 89 ans)
Bruxelles
Nom dans la langue maternelle
Jean Baptiste Claude RobieVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Belge
Activité
Formation
Maître
Mouvement
Influencé par
Site web

Jean Robie (ou Jean-Baptiste Robie), né le à Bruxelles et mort le , est un peintre académicien et écrivain bruxellois ayant vécu à Saint-Gilles. Célèbre de son vivant pour ses natures mortes, il fut surnommé « l'amant des roses ».

La rue Jean Robie, située à Saint-Gilles (commune à laquelle il est associé), lui est dédiée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de deux Bruxellois, Jean-Baptiste Robie et Marie-Catherine Mommaert, Jean Robie naît en 1821 rue Haute à Bruxelles. Il est élevé dans la forge paternelle, en face de l'hôpital Saint-Pierre (dont il s'amusait à décorer les portes avec ses amis, armés de craies ou de peinture), entouré de six frères et cinq sœurs, où il vit une enfance difficile. Il se révèle une première fois à travers des enseignes qu'il conçoit, ensuite à travers des peintures sur porcelaine et sur verre, qu'il vend.

Quelques années après le décès de sa femme et de deux de ses garçons, emportés en 1832 par le choléra, le père de Jean Robie se remarie. Pour échapper à ce contexte familial difficile, Jean Robie quitte le domicile pour s'installer à Paris où il exerce alors divers métiers manuels, notamment dans le bâtiment. En 1838, après une période de difficultés économiques et d'épisodes douloureux (il rentrera au domicile paternel et le quittera à nouveau, entamera des études à Paris mais sera amené à les abandonner), Jean Robie s'inscrit à l’Académie royale des beaux-arts de Bruxelles (en dessin, perspective, figure antique) où il a notamment Balthazar-François Tasson-Snel pour professeur. Il subvient à ses besoins en réalisant des décorations murales, et plus tardivement en vendant ses toiles, suivant les conseils de Théodore Fourmois. Il réalise tout d'abord des représentations de Napoléon, ensuite des paysages, et finalement des fleurs.

Il obtient sa première médaille d’or au salon de Bruxelles en 1848 pour un tableau de fleurs. Il est plus tard nommé Chevalier de l’Ordre de Léopold (en 1861, puis Officier en 1869, et finalement Commandeur de l’Ordre de Léopold le , à la suite de son immense succès lors d'une exposition grandiose à l'inauguration du nouveau Palais des Beaux-Arts (rue de la Régence), simultanée au cinquantenaire de l’Indépendance de la Belgique.

En 1849, Jean Robie a suffisamment d'argent pour acheter un terrain situé chaussée de Charleroi à Saint-Gilles. Il y construit ensuite une grande maison, rachète des terrains limitrophes afin de bénéficier d'un beau grand espace extérieur. Il entame également une période de nombreux voyages, durant lesquels il explore l'Asie, l'Europe et l'Afrique, et puisera énormément dans cette expérience pour enrichir et transformer son art. En son domicile sera fondé le Musée indien.

Jean Robie meurt célibataire et sans enfants en 1910 à l'âge de 89 ans, laissant derrière lui des intentions très humbles quant au respect de sa mémoire : « Pour parer à toute éventualité, je ne veux pas que les membres de ma famille s’occupent de mes funérailles que je veux sans aucune cérémonie religieuse ; mes amis Gustave Washer et Prosper De Wilde, sont chargés de faire incinérer mon corps au cimetière du Père-Lachaise, à Paris ; ils sont dispensés de m’y faire élever un monument quelconque. Ma volonté est que mes cendres ne soient pas conservées. On n’enverra point de circulaire ; il suffira de faire insérer une notice nécrologique dans les six journaux suivants : L’Indépendance belge, le Petit Bleu, l’Étoile, la Chronique, le Soir et la Gazette. Je décline les honneurs militaires et tout ce qui a rapport aux pompes funèbres. Aucun discours ne sera prononcé devant mon cercueil : on est prié d’envoyer ni fleurs ni couronnes … Écrit en entier de ma main le mercredi l’an 1903. ».

Ses principaux voyages lointains[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres de Jean Robie
  • Fragment d'un voyage en Inde et à Ceylan (en deux volumes), Bruxelles : imp. Parent et Cie, 1883 et 1885
  • « Amritsir et le temple d'or », in: Bulletins de l'Académie royale de Belgique, classe des beaux-arts, n° 11, Bruxelles : Hayez, 1900
  • De l'importance du paysage dans l'art moderne, 1900
  • L'art et la lumière, 1898
  • Notes d'un frileux, 1888
  • Notes et croquis
  • Le désert et le mirage, discours prononcé dans la séance publique de la classe des beaux-arts de l'Académie royale de Belgique le
Sur Jean Robie
  • (fr) (nl) (en) Brigitte Schuermans, Jean Robie : 1821-1910, Bruxelles : Racine, 2007 (ISBN 978-2-87386-531-3)
  • Edm[ond] Marchal, Notice sur Jean Robie, membre de l'académie, Bruxelles : Hayez, 1911, 18 p.

Expositions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]