Jean-Baptiste Budes de Guébriant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Budes de Guébriant.

Officier général francais 7 etoiles.svg Jean-Baptiste Budes
Comte de Guébriant
Jean-Baptiste Budes de Guébriant
Frontispice de l'édition de 1656 (exemplaire de la bibliothèque patrimoniale de Gray)

Naissance 2 février 1602
Décès (à 41 ans)
à Rottweil
Mort au combat
Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Dignité d'État Maréchal de France
Années de service -1643
Conflits Guerre de Trente Ans
Autres fonctions Gouverneur des villes et château d'Auxonne
Famille Famille Budes de Guébriant

Jean-Baptiste Budes de Guébriant, comte de Guébriant, né à Saint-Carreuc le 2 février 1602 d'une ancienne famille bretonne, mort le de la blessure qu'il reçut le d'un coup de fauconneau qui lui emporta le bras droit lors du siège de Rottweil, fut un homme de guerre français actif pendant la Guerre de Trente Ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études au prestigieux collège jésuite de la Flèche (actuel Prytanée national militaire). Il sert d'abord en Hollande, et lors de la guerre de Trente Ans, commande de 1638 à 1639 le contingent français dans l'armée de son ami Bernard de Saxe-Weimar, se distinguant particulièrement au siège de Breisach en 1638. Il était officier en second de Bernard de Saxe-Weimar et lui succède à la tête de son armée lorsqu’il meurt en .

Il participe notamment aux opérations en Franche-ComtéMontaigu, Nozeroy, Saint-Claude), cette province étant à l’époque sous dépendance espagnole.

Avec l'aide des Suédois, en conjonction avec Johan Banér (1596-1641), général suédois, il organise une attaque sur Ratisbonne en 1640.

Ses victoires à Wolfenbüttel le et à Kempen en 1642 lui font obtenir le bâton de maréchal de France. Mais il échoua dans sa tentative d'invasion de la Bavière de concert avec Torstenson. Le bras droit arraché lors du siège de Rottweil, il mourut . Le roi lui avait donné le gouvernement des villes et château d'Auxonne, (lettres de provisions royales du ).

Mariage[modifier | modifier le code]

Il épousa Renée Crespin du Bec (1614-1659), la « maréchale de Guébriant » qui accompagna Louise-Marie de Gonzague en Pologne en 1644 (avec Jean Le Laboureur dans sa suite).

Postérité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • A. Brinzinger dans Württembergische Vierteljahrschrift für Landesgeschichte, 1902.
  • Le patrimoine des communes des Côtes d'Armor, Flohic éditions, page 749.

Liens externes[modifier | modifier le code]