Jardins de Murillo et promenade de Catalina de Ribera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jardins de Murillo)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jardins de Murillo et promenade de Catalina de Ribera
Image illustrative de l’article Jardins de Murillo et promenade de Catalina de Ribera
L'entrée des jardins de Murillo depuis la promenade de Catalina de Ribera
Situation
Coordonnées 37° 23′ 00″ nord, 5° 59′ 17″ ouest
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Région Andalousie Andalousie
Ville Séville
Quartier(s) Santa Cruz
Morphologie
Type Parc public
Histoire
Protection Bien d'intérêt culturel (2002)[1]

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Jardins de Murillo et promenade de Catalina de Ribera

Géolocalisation sur la carte : Andalousie

(Voir situation sur carte : Andalousie)
Jardins de Murillo et promenade de Catalina de Ribera

Géolocalisation sur la carte : Séville

(Voir situation sur carte : Séville)
Jardins de Murillo et promenade de Catalina de Ribera

Les jardins de Murillo et la promenade de Catalina de Ribera (en espagnol Jardines de Murillo y Paseo de Catalina de Ribera) forment, ensemble, un parc se trouvant à Séville, en Andalousie (Espagne)[2].

Le parc se situe à l'est du quartier de Santa Cruz, entre l'avenue Menéndez Pelayo et les murailles des jardins de l'Alcazar.

La promenade de Catalina de Ribera[modifier | modifier le code]

La promenade de Catalina de Ribera est créée en 1898 sur le terrain provenant de la cession par le Patrimoine Royal (Patrimonio Real) d'une partie du « Verger de la Retraite de l'Alcazar » (Huerta del Retiro del Alcázar) en 1862[3],[4]. Ce nouvel espace public doit permettre d'aérer et d'embellir le boulevard périphérique (qui s'appelle, sur ce tronçon, avenue Menéndez Pelayo au XXIe siècle) entre les portes de la Viande et de San Fernando, secteur qui connaît à cette époque une importante activité depuis l'établissement au Prado de San Sebastián en 1847 de la Feria de Abril[5] et la construction en 1859 de la gare de San Bernardo (canalisant le trafic ferroviaire venant de Cadix). Les jardins de l'Alcazar étant séparé de la ville par une muraille, cette dernière doit être détruite. C'est l'architecte municipal Manuel Galiano qui est chargé de déplacer la muraille afin de libérer le terrain offert à la ville. Il présente son projet en 1863. Le nouveau jardin prend originellement, selon le plan dessiné par Padura en 1891, le nom de promenade du Pin (paseo del Pino), avant d'être renommé promenade de Catalina de Ribera[2].

En 1920, dans le cadre des transformations effectuées à Séville pour l'Exposition ibéro-américaine de 1929, l'architecte Juan Talavera y Heredia, représentant notoire de l’architecture régionaliste, donne à la promenade son aspect actuel.

Le tracé de la promenade est longitudinal, conçu pour le transit, alors que les jardins de Murillo présentent une architecture beaucoup plus sinueuse, faite pour la flânerie. La promenade comporte trois allées parallèles (l'allée centrale étant plus large) séparées par des plates-bandes décorées d'azulejos. L'allée centrale est interrompue au milieu de sa longueur par un espace circulaire occupé par une fontaine, circulaire également. Le monument, dédié à Christophe Colomb et créé en 1921 pour l'Exposition ibéro-américaine de 1929, fut conçu par l'architecte Juan Talavera y Heredia et exécuté par le sculpteur Lorenzo Coullaut-Varela. La fontaine est formée d'un piédestal décoré des bustes de Christophe Colomb et des Rois catholiques. Sur cette base sont posées deux colonnes supportant un entablement surmonté d'un lion. À mi-hauteur des colonnes se trouvent les proues de deux caravelles[2].

À proximité de ce monument se trouve, adossée aux murailles de l'Alcazar, une fontaine de style néo-maniériste de Juan Talavera y Heredia, décorée de peintures de Juan Miguel Sanchez, dédiée à Catalina de Ribera, bienfaitrice de la ville, à qui on doit la fondation de l'Hôpital de las Cinco Llagas[2].

Les jardins de Murillo[modifier | modifier le code]

Les jardins de Murillo, situés au nord-est de la promenade de Catalina de Ribera, sont eux aussi issus d'une parcelle du Jardin de la Retraite de l'Alcazar, cédée en 1911 par le roi Alphonse XIII[3],[4]. D'une surface de 8 500 m2[6], ils sont redessinés par Francisco Doblado qui conçoit des parterres à la végétation fournie, séparés par des chemins dont les croisements sont agrémentés de monuments et de mémoriaux. Cette disposition n'a que peu changé depuis. Malgré tout, l'intervention dès 1915 de Juan Talavera y Heredia leur donne un aspect plus régionaliste : il incorpore aux jardins des décorations en céramique, des vestiges archéologiques et les pergolas qui se trouvent dans la partie la plus élevée du parc[2]. Sur la proposition du conseiller municipal sévillan José Laguillo Bonilla, le nom du peintre Bartolomé Esteban Murillo, né dans une maison à proximité, est donné aux jardins en 1917[3].

On trouve dans les jardins un monument dédié au peintre José García Ramos, édifié entre 1917 et 1923, délimité par une arche d'entrée et par des murets dont les pans sont recouverts d'azulejos décorés, recréant des œuvres de l'artiste, exécutés par d'autres peintres de son entourage comme Miguel Ángel del Pino, Santiago Martínez, Alfonso Grosso, Manuel Vigil ou Diego López[2],[3]. Les jardins se terminent à la plaza de Refinadores, où trône une statue de Don Juan Tenorio.


Parmi les espèces les plus intéressantes, on peut y admirer :

Bien d'intérêt culturel[modifier | modifier le code]

Le décret 103/2002 du déclare les Jardins de Murillo et la promenade de Catalina de Ribera Bien d'intérêt culturel, dans la catégorie des jardins historiques[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) « Base de datos de bienes inmuebles », sur http://www.mcu.es (consulté le 15 février 2014)
  2. a b c d e et f (es) Guillermo Vázquez Consuegra, Guía de Arquitectura de Sevilla, Séville, Consejería de Obras Públicas y Transportes, coll. « Guías de Arquitectura de Andalucía », , 239 p. (ISBN 8487001947), p. 154-155
  3. a b c et d (es) « Los Jardines de Murillo, par Sonsoles Nieto Caldeiro » (version du 22 mai 2002 sur l'Internet Archive)
  4. a et b (es) Francisco Bueno, Historia de los jardines de Sevilla : del jardín historico al jardín actual, 70 p. (lire en ligne), p. 30-31
  5. (es) « Jardines del Prado de San Sebastián », sur www.jardinesdesevilla.es (consulté le 7 décembre 2015)
  6. (es) Francisco Bueno, Historia de los jardines de Sevilla : del jardín historico al jardín actual, 70 p. (lire en ligne), p. 44

Sources[modifier | modifier le code]