Melaleuca citrina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Callistemon citrinus)

Callistemon citrinus

Melaleuca citrina, (synonyme Callistemon citrinus) communément nommée Fleur-goupillon[1], Rince-bouteilles[1] ou Rince-bouteille[2], est une espèce de plantes de la famille des Myrtaceae, endémique de la Nouvelle-Galles du Sud et Victoria en Australie[3]. Certains herbier, de tous pays, utilise encore le nom de Callistemon citrinus[4]. Ou encore Callistemon lanceolatus qui est un nom plus ancien[5]. C'est une espèce résistante et adaptable, commune dans son habitat naturel. Elle est largement cultivée, non seulement en Australie, où elle est souvent connue sous le nom Callistemon citrinus. C'était l'une des premières plantes australiennes cultivées hors du pays, ayant été amenées en Angleterre en 1770 par Joseph Banks. Ses pics voyants de fleurs rouges, présents la plupart de l'année dans une situation idéale,expliquent sa popularité.

Description[modifier | modifier le code]

Melaleuca citrina est un arbuste qui peut atteindre 20 m de hauteur, mais plus généralement dans la gamme de 1 à 3 m de haut et de large. Il a une écorce dure, fibreuse ou sur papier et sa croissance jeune est généralement couverte de poils doux et soyeux. Ses feuilles sont disposées alternativement et sont de 26 à 99 mm de longueur, de 4 à 25 mm largeur, dur, plat, étroit en forme d'œuf avec l'extrémité la plus étroite près de la base et avec une extrémité pointue mais non aiguë. Il y a entre 7 et 26 veines de ramification clairement visibles des deux côtés des feuilles et un grand nombre de glandes d'huile distinctes visibles sur les deux surfaces des feuilles[6],[7].

Les fleurs sont rouges et disposées en épis aux extrémités des branches qui continuent à croître après la floraison et parfois aussi aux aisselles supérieures de la feuille. Les épis ont entre 45 et 70 mm de diamètre et entre 60 et 100 mm de long avec jusqu'à 80 fleurs individuelles. Les pétales sont de 3,9 à 5,8 mm de long et tombent dès que la fleur vieillit. Il y a entre 30 et 45 étamines dans chaque fleur, avec les filaments d'étamine rouge, les anthères sont pourpres. La floraison a lieu dans la plupart des mois de l'année, mais principalement en novembre et décembre. La floraison est suivie de fruits qui sont des capsules ligneuses en forme de cube, de 4,4 à 7 mm de long et environ 7 mm de large en grappes cylindriques le long de la tige. Les capsules fructifères restent ouvertes jusqu'à ce que la plante, ou la partie qui les porte meure[6],[7].

Taxonomie et dénomination[modifier | modifier le code]

Melaleuca citrina a été décrite pour la première fois formellement en 1802 par le botaniste français Georges Louis Marie Dumont de Courset dans Le Botaniste Cultivateur[8]. L'espèce avait été anciennement connue sous le nom de Metrosideros citrina, à son tour nommée par William Curtis dans la revue botanique en 1794, basé sur une plante de floraison qui pousse dans la ferme de M. Cremorne. Cette plante avait grandi à partir d'une racine recueillie en 1770 à Botany Bay par Joseph Banks au cours du premier voyage de James Cook en Australie. Curtis a noté que les feuilles « quand elles sont brossées donnent un parfum agréable[9],[10] ». Le nom d'espèce (citrina) fait allusion à la similitude de la propriété aromatique des feuilles de cette espèce et celles des plantes d'agrumes du genre citrus[6].

Callistemon citrinus est considéré comme synonyme de Melaleuca citrina par les jardins botaniques royaux de Kew[11].

Synonymes[modifier | modifier le code]

Melaleuca citrina a pour synonymes selon Plants of the World online (POWO) (24 juin 2021)[11] :

  • Callistemon citrinus (Curtis) Skeels
  • Callistemon citrinus var. splendens Stapf
  • Callistemon cunninghamii K.Koch
  • Callistemon flavescens Regel
  • Callistemon laevis Stapf
  • Callistemon lanceolatus Sweet
  • Callistemon lanceolatus var. pendulus Regel
  • Callistemon lanceolatus var. semperflorens (G.Lodd.) Heynh.
  • Callistemon lanceolatus f. semperflorens (G.Lodd.) Siebert & Voss
  • Callistemon lanceolatus var. sparsus Regel
  • Callistemon lilacinus Cheel
  • Callistemon lilacinus f. albus Cheel
  • Callistemon lilacinus f. carminus Cheel
  • Callistemon longifolius (Dum.Cours.) Anon.
  • Callistemon marginatus (Cav.) Sweet
  • Callistemon pendulus Regel
  • Callistemon pendulus var. confertus Regel
  • Callistemon pendulus var. genuinus Regel
  • Callistemon pendulus var. rigidus Regel
  • Callistemon semperflorens G.Lodd.
  • Metrosideros angustifolia' Dum.Cours.
  • Metrosideros citrina' Curtis
  • Metrosideros falcata Dum.Cours.
  • Metrosideros lanceolata Sm.
  • Metrosideros latifolia Dum.Cours.
  • Metrosideros longifolia Dum.Cours.
  • Metrosideros marginata Cav.
  • Metrosideros myrtifolia Hoffmanns.
  • Metrosideros semperflorens G.Lodd.

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Melaleuca citrina est situé près des zones côtières de la Nouvelle-Galles du Sud, y compris les Blue Mountains et s'étend jusqu'à l'ouest des pentes du Centre Ouest[7]. Il se produit également dans les zones côtières orientales de Victoria et pousse dans les marais et le long des ruisseaux et des rivières[6].

Écologie[modifier | modifier le code]

Des oiseaux ont été observés utilisant cette espèce de plante comme source de nourriture. Ceux qui recherchent le nectar des fleurs, du genre Méliphage, comprennent des Méliphages à bec grêle, des Méliphages de Nouvelle-Hollande, des Méliphages bruyant, des Méliphages barbe-rouge et encore des Zostérops à dos gris, tandis que les Perruches de Pennant mangent les graines[12].

Des larves de Cochenille Ripersiella hibisci, jusqu'ici inconnues en Europe, ont été identifiées au printemps 2021 dans des Callistemon citrinus en pots provenant d'Italie et vendus en Suisse[13].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'herbicide Mesotrione a été développé comme analogique synthétique de leptospermone, un herbicide naturel produit par les racines de Melaleuca citrina[14].

Horticulture[modifier | modifier le code]

M. citrina, en tant que Callistemon citrinus avait été établi en culture en Angleterre dès 1794, quand les plantes fleurissent, après plus de cinq ans de culture, on peut les observer à la fois dans Kew Gardens et dans le Parc de Syon House et les jeunes plantes étaient alors devenus disponibles dans les pépinières[9]. il est largement cultivé, souvent comme Callistemon citrinus et parfois comme Callistemon lanceolatus. Il se propage facilement à partir de graines ou de boutures et pousse dans la plupart des sols, préférant un emplacement ensoleillé. Il est résistant au froid et répond bien à l'irrigation et à l'application d'engrais, mais tolère bien la sécheresse et le froid [15],[16],[17].

Un certain nombre de cultivars ont été développés (comme des cultivars de Callistemon citrinus) ceci inclus[18] :

  • 'Firebrand', une plantule d'origine incertaine plantée pour la première fois à Austraflora Nursery en 1973. Les plantes sont d'environ 60 cm de haut et 2,5 mètres de large et ont de profondes fleurs de couleur rose cramois[19].
  • 'Splendens', une forme avec un aspect compact et arrondie, qui pousse à environ 2 mètres de haut et de large. En Australie, elle est vendue sous le nom commercial « Endeavour »[20]. Au Royaume-Uni, il a reçu le Prix du mérite jardin de la Royal Horticultural Society[21].
  • 'White Anzac', une forme de floraison blanche basse et étendue sélectionnée d'une population naturelle en Nouvelle-Galles du Sud[22].
  • 'Demesne Rowena' - Croissement entre 'Splendens' et 'White Anzac' qui pousse à 1,5 x 1,5 mètres. Les fleurs sont rouges en s'ouvrant, passant ensuite au rose foncé[23].

« En France, Callistemon citrinus jouit d’une popularité croissante afin de fleurir jardins, parterres et massifs urbains, où la plante est appréciée pour sa floraison spectaculaire »[24].

C'est une excellente plante mellifère riche en nectar.

Galerie[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Base de données mondiale de l'OEPP, https://gd.eppo.int, consulté le 24 juin 2021
  2. MNHN & OFB [Ed]. 2003-présent. Inventaire national du patrimoine naturel (INPN), Site web : https://inpn.mnhn.fr, consulté le 24 juin 2021
  3. « Callistemon citrinus », APNI (consulté le )
  4. Udovicic et Spencer, « New combinations in Callistemon (Myrtaceae) », Muelleria, vol. 30, no 1,‎ , p. 23–25 (lire en ligne, consulté le )
  5. « Callistemon citrinus », Australian Native Plants Society Australia (consulté le )
  6. a b c et d Joseph J. Brophy, Lyndley A. Craven et John C. Doran, Melaleucas : their botany, essential oils and uses, Canberra, Australian Centre for International Agricultural Research, (ISBN 9781922137517), p. 119
  7. a b et c « Callistemon citrinus », Royal Botanic Garden Sydney: PlantNet (consulté le )
  8. « Melaleuca citrina », APNI (consulté le )
  9. a et b William Curtis, The Botanical Magazine (Volume 8), London, 1, (lire en ligne), p. 260
  10. « Metrosideros citrina », APNI (consulté le )
  11. a et b POWO. Plants of the World Online. Facilitated by the Royal Botanic Gardens, Kew. Published on the Internet; http://www.plantsoftheworldonline.org/, consulté le 24 juin 2021
  12. Lepschi, B.J., « Food of some birds in eastern New South Wales"Additions to Barker & Vestjens », Emu, vol. 93, no 3,‎ , p. 195–199 (DOI 10.1071/MU9930195, lire en ligne)
  13. « Organisme nuisible dangereux introduit involontairement en Suisse avec des plantes ornementales », sur www.admin.ch (consulté le )
  14. Cornes, « Fourth World Congress on Allelopathy », The Regional Institute Ltd. (consulté le )
  15. « Callistemon citrinus », Plants for a Future (consulté le )
  16. « Callistemon citrinus », Australian Native Plants Society (Australia) (consulté le )
  17. « Callistemon citrinus », Australian National Botanic Garden (consulté le )
  18. « List of Registered Cultivars derived from Australian native flora », Australian Cultivar Registration Authority Inc. (consulté le )
  19. « Callistemon 'Firebrand' », Australian Cultivar Registration Authority (consulté le )
  20. « Callistemon 'Splendens' », Australian Cultivar Registration Authority (consulté le )
  21. « Callistemon citrinus 'Splendens' », www.rhs.org, Royal Horticultural Society (consulté le )
  22. « Callistemon 'White Anzac' », Australian Cultivar Registration Authority (consulté le )
  23. « Callistemon 'Demesne Rowena' », Australian Cultivar Registration Authority (consulté le )
  24. Thomas Silberfeld, « Le rince-bouteilles écarlate », Abeilles et Fleurs, no 765,‎ , p. 31-32 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Melaleuca citrina (Curtis) Dum.Cours.[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Callistemon citrinus (Curtis) Skeels[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :