Japanese: The Spoken Language

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir JSL.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez aider en ajoutant des références. Voir la page de discussion pour plus de détails.

La méthode JSL est une méthode de romanisation du japonais créée par l'auteur Eleanor Jorden pour son livre Japanese: The Spoken Language (1987), l'acronyme du titre formant JSL. En raison de sa relative complexité, elle n'est que très peu utilisée en dehors du cadre de l'enseignement.

La méthode JSL est conçue pour enseigner le japonais et donc suit la prononciation des kanas de près. Elle diffère de la méthode Kunrei par l'utilisation de voyelles doublées, plutôt que de macrons pour représenter les /o/ et les /u/ longs. Tōkyō et Ōsaka, par exemple, s'écrivent Tookyoo et Oosaka en JSL, alors qu'ils s'écrivent respectivement とうきょう et おおさか en hiraganas. En outre, on représente le (n syllabique) par un « n » avec un macron, pour éviter d'écrire n et parfois n', si une voyelle ou un « y » le suit, comme dans d'autres systèmes.

La transcription JSL maintient un lien très étroit avec la prononciation japonaise et fait correspondre un symbole à chaque phonème japonais (à l'exception du coup de glotte entre deux consonnes). Cela signifie qu'elle part souvent de l'orthographe japonaise. Par exemple, おう devient oo qui indique un /o/ long, mais ou indique deux voyelles distinctes, comme dans omou pour 思う (おもう). Elle distingue aussi un g utilisé pour marquer la consonne /g/ (toujours dur, comme dans guitare) et un g macron, , qui est utilisé où certains locuteurs prononce le même son /g/ et d'autres un son similaire au /ng/ anglais (comme dans singer). Les particules は et へ sont transcrites wa et e conformément à leur prononciation. Toutefois, comme les autres méthodes, la JSL ne distingue pas les allophones en japonais qui sont des phonèmes différents dans d'autres langues.

La méthode JSL permet d'indiquer la hauteur de chaque more. Un accent aigu (´) sur une voyelle désigne le premier more accentué, un accent grave (`) le dernier more accentué, et un accent circonflexe dénote le seul more accentué du mot. Dans ce système, 日本 (Japon) s'écrit nihôn et 二本 (« deux bouteilles ») s'écrit nîhon. C'est pourquoi il faut utiliser des voyelles doublées au lieu de macrons pour noter les voyelles longues.