Jacques Siegfried

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siegfried.
Jacques Siegfried
Jacques Siegfried.jpg
Fonction
Maire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
LangeaisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Autres informations
Distinction

Jacques Siegfried né à Mulhouse le et mort le à Langeais, est un banquier, entrepreneur et collectionneur français. Il est le frère cadet de Jules Siegfried et l'oncle d'André Siegfried.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avec son frère Jules, il fonde la société Siegfried Frères au Havre et à Mulhouse en 1861, spécialisée dans le négoce du coton.

Carte du voyage autour du monde de Jacques Siegfried

Comme son frère aîné, il est particulièrement intéressé par les questions relatives à l’enseignement technique et particulièrement à l’enseignement du commerce. Il exposera ses idées dans Les écoles supérieures de commerce (Bader, 1870[1]). Il joint la parole aux actes puisqu'il est le cofondateur de l’École Supérieure de Commerce de Mulhouse, fondée en 1866 – mais qui fermera néanmoins se portes quelques années plus tard –, puis de l'École supérieure de commerce de Rouen et de l’École supérieure de commerce du Havre en 1871.

Jacques Siegfried contribua en outre à la création de l’École libre des sciences politiques en 1872.

Administrateur du Comptoir d'escompte de Paris, il est vice-président de la Compagnie des chemins de fer Bône-Guelma à sa création en 1875.

Il achète le 28 juillet 1886 le château de Langeais, qu’il mit 20 ans à restaurer et remeubler entièrement, avant de le léguer en 1904 à l'Institut de France.

Grand voyageur, il est l’auteur de Seize mois autour du monde, 1867-1869, et particulièrement aux Indes, en Chine et au Japon[2], édité chez son « compatriote » alsacien Pierre-Jules Hetzel en 1869.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En ligne sur Gallica [1]
  2. En ligne sur Gallica [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]