Jacques Glassmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jacques Glassmann
Image illustrative de l’article Jacques Glassmann
Biographie
Nom Jacques Glassmann
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (56 ans)
Lieu Mulhouse (Haut-Rhin)
Taille 1,85m
Poste arrière-central
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1978-1984 Drapeau de la France RC Strasbourg058 0(3)
1984-1987 Drapeau de la France FC Mulhouse118 (10)
1987-1988 Drapeau de la France Tours FC033 0(2)
1988-1994 Drapeau de la France Valenciennes FC196 (20)
1994-1995 Drapeau de la France US Maubeuge
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

Jacques Glassmann est un footballeur français né le 22 juillet 1962 à Mulhouse, évoluant au poste de défenseur central. Il est notamment connu pour son rôle dans l'affaire VA-OM.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Glassmann entame sa carrière professionnelle en première division à l'âge de 16 ans, lors d'une rencontre opposant son club du RC Strasbourg au FC Nantes en novembre 1978[1]. Il passe six saisons dans l'effectif des champions de France 1979 ; il est champion en n'ayant participé qu'à un seul match. Il est ensuite transféré au FC Mulhouse, où il gagne une place de titulaire. Descendu en division 2 à l'issue de la saison 1982-1983, le club du Haut-Rhin échoue à trois reprises aux portes de la première division sous la houlette de Raymond Domenech.

Après un an au Tours Football Club, Jacques Glassmann passe cinq nouvelles saisons en deuxième division avec l'US Valenciennes-Anzin, avant que le club accède en D1 en juin 1992[2].

L'affaire VA-OM et ses conséquences[modifier | modifier le code]

En mai 1993, Jacques Glassmann révèle que des dirigeants de l'Olympique de Marseille lui ont proposé, ainsi qu'à dix de ses coéquipiers, une somme d'argent pour « lever le pied » lors d'un match de championnat[3] : c'est le début de l'affaire VA-OM.

Ces révélations vaudront à Glassmann d'être surnommé « la balance »[4] et d'être sifflé sur de nombreux terrains de France lors de la saison 1993-1994[5]. Lors d'un match contre Nice, son club fait ainsi le choix de ne pas le titulariser pour éviter de susciter la colère des supporters azuréens[6].

Or comme il le signale dans son ouvrage « Je tiens à souligner […] que lors de tous les matchs que j’ai disputés après cette affaire, jamais un seul joueur sur le terrain ne m’a fait d’allusions ou n’a fait preuve d’un manque de respect, en relation directe à ces événements. Depuis que j’ai dénoncé les faits, les dirigeants valenciennois ne m’en ont jamais parlé de manière approfondie. »

Son contrat n'est pas renouvelé par le club de Valenciennes lorsque celui-ci redescend en National (D3).

En 1995, Jacques Glassmann reçoit le grand prix international du fair-play de la FIFA[7].

Fin de carrière de joueur et reconversion[modifier | modifier le code]

Glassmann évolue par la suite dans des clubs amateurs, dans le nord de la France à l'US Maubeuge puis à la Réunion dans le club de Sainte-Rose[8]. Il est l'auteur du livre Foot et moi la paix préfacé par le chanteur Jean-Jacques Goldman[4]. Aujourd'hui, beaucoup de footballeurs saluent son courage, y compris ceux qui ont été mêlés aux affaires entre VA et OM comme Jean-Jacques Eydelie[9].

À la fin de sa carrière de joueur, il se spécialise dans la reconversion des footballeurs professionnels pour le compte de l'Union nationale des footballeurs professionnels[10].

De 2008 à 2010, il est membre du premier comité de visionnage auprès de la LFP[11].

Carrière[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]