Jacques Boileau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boileau.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Jacques Boireau.
Jacques Boileau
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
Activité

Jacques Boileau, frère de Nicolas Boileau et de Gilles Boileau, ( Paris- ) est un ecclésiastique, docteur de théologie en Sorbonne. Jacques Boileau fut Chanoine de la Sainte-Chapelle.

Il fait ses études au Collège d'Harcourt.

Il fut pendant vingt-cinq ans doyen, grand vicaire et official du diocèse de Sens et reçut en 1694 un canonicat à la Sainte-Chapelle de Paris.

Il composa plusieurs écrits forts curieux sur la discipline de l'Église.

Les plus connus sont :

  • Historia confessionis auricularis, 1683, où il prouve la nécessité de la confession ;
  • Historia flagellantium, 1700, où il démontre l'abus de la flagellation (voir aussi : Flagellants) ;
  • les Panégyriques des Saints, 1719.
  • Ad Decretalem super specula de Magistris 1667 ouvrage sur la Sorbonne et ses professeurs.
  • De l'abus des nudités de gorge, Bruxelles, 1675

Plusieurs de ses écrits parurent sous des pseudonymes comme Marcellus Ancyranus, Claudius Fontétut, Jacques Barnabe.

Quelqu'un demandant à l'abbé Boileau pourquoi il écrivait toujours en latin : « C'est, dit-il, de peur que les évêques ne me lisent : ils me persécuteraient. »

Homme d'esprit et d'érudition, son frère Nicolas disait de lui que, « s'il n'avait été docteur de Sorbonne, il se serait fait docteur de la comédie italienne. » Voltaire représente Jacques Boileau comme un esprit bizarre qui a fait des livres bizarres.

Source[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]