Jacoba van Heemskerck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacoba van Heemskerck
Jonkvrouw Jacoba van Heemskerck van Beest, 1913.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 47 ans)
DombourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Westerveld (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Père
Jacob Eduard van Heemskerck van Beest (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Personne liée
Marie Tak van Poortvliet (en) (ami (d))Voir et modifier les données sur Wikidata
RM-Urnenmonument-JacobavanHeemskerck.JPG
Vue de la sépulture.

Jonkvrouw Jacoba Berendina van Heemskerck van Beest (1876-1923) est une peintre néerlandaise, vitrailliste et artiste qui expérimenta de nombreux genres de travaux graphiques. Elle affectionnait particulièrement les paysages et les natures mortes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Jacob Eduard van Heemskerck van Beest, est un officier de Royal Netherlands Navy qui s'adonna aussi à la peinture (paysages et panoramas marins notamment). Il fut le premier à donner des cours de peinture à sa fille. Plus tard, elle prend des cours privés avec deux artistes locaux avant d'intégrer l'Académie Royal d'Art de 1897 à 1901, où elle étudie avec Ferdinand Hart Nibbrig[1].

Elle découvre l'art Moderne à Paris où elle prend des cours avec Eugène Carrière[2],[3]. Elle reste en France jusqu'en 1904, puis rentre aux Pays-Bas pour s'installer avec sa sœur, Lucie. Elle rencontre alors la collectionneuse d'art Marie Tak van Poortvliet qui deviendra une amie proche qui lui fera construire un atelier au fond de son propre jardin[1]. À partir de 1906, elle passe ses étés à Dombourg où elle rencontre des peintres avant-gardistes comme Piet Mondriaan[4] et Jan Toorop qui la conseille. Vers 1911, elle s'essaye au cubisme.

Paysage avec un soleil, c. 1915, National Gallery of Art

Peu après, elle s'adonne à l'anthroposophie, peut-être sous l’influence de son ancien professeur Nibbrig, qui était théosophiste. Elle devient ensuite une fervente lectrice du magazine d'art avant-gardiste Der Sturm fondé par Herwarth Walden, et se tourne de plus en plus vers l'art abstrait[1]. En 1913, elle participe au Erster Deutscher Herbstsalon de Berlin où elle rencontre Walden avec qui elle aura une correspondance soutenue toute sa vie[3]. Grâce aux efforts de ce dernier, son travail sera popularisé en Allemagne alors qu'il reste méconnu dans son propre pays.

À partir de 1916, elle développe un intérêt pour les vitraux, honorant des commandes pour des casernes navales ou encore pour le bâtiment municipal du département de la Santé à Amsterdam, tout autant que pour des particuliers. En 1922, elle s'installe à Dombourg avec son ami et patron Tak van Poortvliet.

Elle décède soudainement à la suite d'une complication d'une angine[3]. Tak van Poortvliet et Walden organise des expositions de son travail respectivement à Amsterdam et Berlin. En 2005, une importante rétrospective eut lieu au Musée d'Art de La Haye.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « article » (voir la liste des auteurs).
  1. a b et c (nl) « Heemskerck Van Beest, jkvr. Jacoba Berendina van », sur Biographical Dictionary of the Netherlands: 1880-2000, Huygens ING, (consulté le )
  2. (en) Phaidon Editors, Great women artists, London/New York, Phaidon Press, , 463 p. (ISBN 978-0-7148-7877-5 et 0-7148-7877-4), p. 177
  3. a b et c Brief biography « https://web.archive.org/web/20160107030348/http://www.kubisme.info/kb091.html »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), @ Kubisme.
  4. (en) Ada van Hoorebeke, « Jacoba van Heemskerck », sur The History of Painting Revisited (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :