Ipomoea violacea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ipomoea violacea ou belle de nuit, est une plante grimpante de la famille des convolvulaceae à fleurs blanches dont la distribution s'étend sur tous continents à l'exception de l'Europe.

Description[modifier | modifier le code]

Ipomoea violacea est une plante grimpante dont la hauteur peut atteindre 5 mètres, la tige enroulée de façon longitudinale.

La taille du pétiole varie entre 3,5 et 11 cm ; les feuilles sont profondément cordées avec un diamètre variant entre 5 et 14 cm.

Les fleurs sont nocturnes uniquement et leur corolle de couleur blanche, leur diamètre compris entre 9 et 12 cm.

La capsule de la plante est d'un brun pâle et produit des graines noires poilues d'environ 1 cm de long[1].

Confusion[modifier | modifier le code]

Ipomoea violacea est souvent confondue avec Ipomoea tricolor bien que les deux plantes soient différentes, plus particulièrement en leurs graines. Ipomoea violacea et Ipomoea tricolor se différencient au niveau du sous-genre ce qui laisse peu de place à des variations morphologiques importantes[2],[3]. Le taxon confondant Ipomoea violacea et Ipomoea tricolor du ministère de l'agriculture américain précise qu'il s'agit de Ipomoea violacea auct[4]. Le terme 'auct', auctorum en latin, désigne un usage incorrect très répandu du terme dans les ouvrages littéraires ou scientifiques. Si le terme violacea pourrait sous-entendre que la fleur est violette, il n'en est rien puisqu'elle est effectivement blanche, comme le confirme l'herbarium musei parisiensis[5].

Taxinomies comparées[modifier | modifier le code]

Voici les taxinomies de Ipomoea violacea et Ipomoea tricolor comparées. La différenciation des deux plantes se fait dès le sous-genre ce qui en fait deux plantes bien distinctes (le sous-genre est de classification supérieure à l'espèce ou à la variété). Si l'on veut toutefois se référer à Ipomoea tricolor par le terme d'Ipomoea violacea, il lui faudra ajouter l'abréviation « auct » (Ipomoea violacea Auct.) Auctorum[4].


Ipomoea violacea[6] :

  • Genus: Ipomoea
    • Subgenus: Eriospermum
      • Sectio: Erpipomoea


Ipomoea tricolor[2] :

  • Genus: Ipomoea
    • Subgenus: Quamoclit
      • Sectio: Tricolor

Présence de LSA[modifier | modifier le code]

Il est très difficile de dire s'il y a ou non présence de LSA (acide d-lysergique amide) dans Ipomoea violacea telle que décrite dans le taxon pourvu sur cette page. Les travaux de l'université d'État de l'Ohio démontrant la présence de LSA dans Ipomoea violacea confondent Ipomoea violacea et Ipomoea tricolor[7]. Cette erreur apparaît d'autant plus clairement si l'on cite un cultivar indiqué dans lesdits travaux : "Ipomoea violacea L. var. Pearly Gates"[7]. Le cultivar Pearly Gates appartient en effet à Ipomoea tricolor et non à Ipomoea violacea[8].

D'autres travaux parus dans la revue scientifique Phytochemistry[9] et cités par la société brésilienne de pharmacologie, ociedade Brasileira de Farmacognosia[10], indiquent la présence d'ergine dans Ipomoea violacea. Afin d'être sûr que les travaux dirigés Naoki Asano concernent bien Ipomoea violacea de sous-genre eriospermum et de section erpipomoea, il faudrait avoir accès à l'étude complète qui à l'heure actuelle reste payante et par conséquent non accessible librement. Une communication interne adressée au directeur de cette étude en vue de clarifier cette situation a été entamée sans que nous n'en connaissions encore la conclusion.

À noter que Albert Hoffman et Evan Shultes dans leur livre Plantes des Dieux[11] font aussi la confusion en confondant Ipomoea violacea à Ipomoea tricolor. Cette confusion est d'autant plus importante que la description des corolles faite dans ce livre désigne Ipomoea purpurea.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://efloras.org/florataxon.aspx?flora_id=3&taxon_id=210000747
  2. a et b http://www.ars-grin.gov/cgi-bin/npgs/html/taxon.pl?20231
  3. http://www.ars-grin.gov/cgi-bin/npgs/html/taxon.pl?20238
  4. a et b http://www.ars-grin.gov/cgi-bin/npgs/html/taxon.pl?406360
  5. http://sonneratphoto.mnhn.fr/2012/03/06/4/P00438139.jpg
  6. www.ars-grin.gov/cgi-bin/npgs/html/taxon.pl?406360
  7. a et b [PDF] https://kb.osu.edu/dspace/bitstream/handle/1811/22310/V075N4_198.pdf
  8. http://www.cbif.gc.ca/pls/pp/ppack.info?p_psn=262&p_type=all&p_sci=comm&p_x=px&p_lang=fr
  9. Phytochemistry, Volume 57, Issue 5, July 2001, Pages 721–72
  10. http://www.scielo.br/scielo.php?pid=S0102-695X2012000300031&script=sci_arttext
  11. http://encyclopedia.thefreedictionary.com/Tlilitzin

Liens externes[modifier | modifier le code]