Ibrahima Fall (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ibrahima Fall.
Ibrahima Fall
Image illustrative de l'article Ibrahima Fall (homme politique)
Fonctions
Ministre de l'Éducation supérieure
Ministre des Affaires étrangères
Prédécesseur Moustapha Niasse
Successeur Seydina Oumar Sy
Représentant de l'ONU
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Tivaouane
Nationalité Drapeau du Sénégal Sénégal
Profession Juriste

Ibrahima Fall est un juriste et un homme politique sénégalais, plusieurs fois ministre, né en 1942 à Tivaouane, dans l'ouest du Sénégal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève du lycée Faidherbe de Saint-Louis (Lycée El Hadji Omar Foutiyou Tall) (1957-1963, il y obtient son Brevet d’Études en 1960 et son Baccalauréat en 1963.

De 1963 à 1967, il obtient une licence en Droit public à la faculté de droit et des sciences économiques (UCAD). En 1968, il est diplômé d'Études Supérieures de Droit Public de l'Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, en 1969 en Science Politique et en 1970 de l'Institut d'Études Politiques (Sciences Po)(Section Relations Internationales).

Il passe en 1972 son doctorat d'État en Droit public (Université de Paris I Panthéon) et en 1974 son agrégation de Droit public et Science Politique des Universités françaises (Paris).

Assistant de Droit public (Université d’Amiens) (1969-1972), il est chargé d'enseignement à l'université Cheikh Anta Diop de Dakar (1972-1974) puis devient Maitre de conférences agrégé (université Cheikh Anta Diop de Dakar) (1975–1978) avant de devenir professeur agrégé titulaire dans la même université (1978-2007).

Doyen de la Faculté des Sciences Juridiques et Économiques UCAD (1975-1981), il est nommé Ministre de l’Enseignement Supérieur (1983-1984) puis Ministre des Affaires Étrangères (1984-1990).

Sous-secrétaire général aux Droits de l’Homme de l’ONU et directeur général adjoint de l’Office des Nations Unis à Genève (Suisse) (1992-1997) puis sous-secrétaire général aux affaires politiques de l’ONU (New York – USA) chargé des affaires politiques africaines (1997-2002), et sous-secrétaire général et Représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour la Région des Grands Lacs (Nairobi) (2002-2007), il est envoyé spécial du Président de la Commission de l’Union Africaine pour la Guinée de 2008 à 2010.

En 1993, il participe à la Conférence mondiale sur les droits de l'homme à Vienne, où il donne un discours.

Le , l'ONU le nomme Représentant spécial pour la région des Grands Lacs[1]et Sous-Secrétaire général aux affaires politiques.

Ibrahima Fall a participé à l'élaboration de la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples[2] de l'OUA. Il est membre fondateur et Président honoraire de l’Association sénégalaise de l’Unité africaine, également consultant pour des ONG internationale. En 2011 Ibrahima Fall se déclare candidat à l'élection présidentielle sénégalaise de 2012. Il obtient la septième place avec 1,81 % des voix[3].

Il est marié et père de cinq enfants.

Publications scientifiques (extrait)[modifier | modifier le code]

  • Droit constitutionnel et Science politique
  • La réforme constitutionnelle du 22 février 1970 au Sénégal
  • Droit constitutionnel et authenticité : Le serment du Président de la République
  • Sous-développement et démocratie multipartisane : l’expérience du Sénégal
  • Le rôle des partis politiques dans l’élaboration et la diffusion du droit en Afrique
  • Droit international public et Relations internationales
  • Contribution à l’étude du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes en Afrique
  • La reconnaissance de la Guinée Bissau et le droit international
  • Des structures nationales de mise en œuvre du processus d’intégration en Afrique
  • L’intégration en Afrique de l’Ouest – Défis et perspectives
  • Des principes et modalités pratiques d’une mise en œuvre coordonnée de l’action des organisations internationales en matière de prévention des conflits
  • Démocratie et développement dans la politique africaine de François Mitterrand[réf. insuffisante]

Distinctions académiques honorifiques[modifier | modifier le code]

  • Docteur Honoris Causa de l’Université de Picardie (France)
  • Docteur Honoris Causa de l’Université de Fort Hare (Afrique du Sud)

Divers[modifier | modifier le code]

  • Corédacteur du projet de charte africaine des droits de l’Homme et des peuples
  • Coauteur de l’hymne de l’OUA
  • Coordonnateur et porte-parole de l’Afrique à la session spéciale de l’ONU consacrée à la situation économique critique de l’Afrique (1986)
  • Coordonnateur du projet de rapport du secrétaire général de l’ONU sur les causes des conflits et la promotion d’une paix et d’un développement durables en Afrique
  • Secrétaire général de la Conférence mondiale sur les droits de l’homme (Vienne 1993)
  • Président honoraire de l’Académie internationale de droit constitutionnel

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué de presse de l'ONU sur cette nomination
  2. Télécharger la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples
  3. « L’intégralité de l’arrêt du Conseil constitutionnel du 27 janvier 2012 » : Publication de la liste des candidats à l’élection du président de la République du 26 février 2012, Rewmi [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]