Humbug (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Humbug

Album de Arctic Monkeys
Sortie
Enregistré Novembre 2008 - avril 2009
New York Drapeau des États-Unis États-Unis
Los Angeles Drapeau des États-Unis États-Unis
Joshua Tree Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 39:11
Genre Rock indépendant, garage rock, rock psychédélique
Producteur Josh Homme, James Ford
Label Domino Records

Albums de Arctic Monkeys

Singles

Humbug est le troisième album studio du groupe britannique de rock indépendant Arctic Monkeys sorti le sur le label Domino Records.

Genèse[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Alex Turner et Jamie Cook forment Arctic Monkeys en 2002 avec deux autres élèves de leur école de Sheffield : Andy Nicholson à la basse et Matt Helders à la batterie[1]. Repérés par les tabloïds britanniques et la BBC grâce à leur profil MySpace et avec un certain succès dans le nord du Royaume-Uni[2], leur premier EP auto-produit leur permet de signer avec Domino Records[3],[4]. Leur premier album studio, Whatever People Say I Am, That's What I'm Not, est enregistré avec Jim Abbiss et sort le 23 janvier 2006. Applaudi par la presse, il entre directement à la première place des charts britanniques[5], devient rapidement disque de platine[6], reçoit le Mercury Music Prize à la rentrée, récompense suprême pour un disque britannique[7], et devient rapidement une référence musicale des années 2000[8],[9],[10].

Arctic Monkeys sort également deux EPs en 2006[11],[12], mais doit surtout remplacer Nicholson, fatigué par l'accumulation de concerts et qui quitte la formation. Nick O'Malley prend alors sa place et participe à l'enregistrement du deuxième album[13]. Favourite Worst Nightmare sort le 23 avril 2007[14] et suit les traces de son prédécesseur : entrée à la première place de l'UK Albums Chart[5], disque de platine[6] et plébiscite des critiques. Mais, il ne sera que nommé pour le Mercury Music Prize[15]. Turner profite de l'année 2008 pour lancer un groupe en parallèle avec son ami Miles Kane (The Last Shadow Puppets), dont le premier album (The Age of the Understatement) sort en avril et est accompagné d'une tournée[16].

Enregistrement et production[modifier | modifier le code]

Il a été enregistré à Los Angeles avec Josh Homme puis à Brooklyn avec James Ford. Il marque le début d'une nouvelle ère musicale pour le groupe britannique, qui a opté pour un rock plus posé, plus mûr, aux guitares électriques parfois un peu plus sixties.

Parution et réception[modifier | modifier le code]

Sortie et succès commercial[modifier | modifier le code]

Classements et certifications[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Liste des chansons[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons sont écrites et composées par Alex Turner.

No Titre Durée
1. My Propeller 3:27
2. Crying Lightning 3:43
3. Dangerous Animals 3:30
4. Secret Door 3:43
5. Potion Approaching 3:32
6. Fire and the Thud 3:57
7. Cornerstone 3:17
8. Dance Little Liar 4:43
9. Pretty Visitors 3:40
10. The Jeweller's Hands 5:42

Interprètes[modifier | modifier le code]

Arctic Monkeys

Musiciens additionnels

Équipe de production[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Martin Siberok, « Brits go bananas », sur hour.ca (consulté le 10 mars 2014)
  2. (en) David Park, « Arctic Monkeys - Aren't Fooling Around », sur prefixmag.com (consulté le 10 mars 2014)
  3. (en) Alastair McKay, « Record labels: The Domino effect », The Independent,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Profil des Arctic Monkeys », sur dominorecordco.com (consulté le 10 mars 2014)
  5. a et b (en) « ARCTIC MONKEYS - Artist - Official Charts », sur The Official Charts Company (consulté le 10 mars 2014)
  6. a et b (en) « Certified Awards », sur bpi.co.uk (consulté le 10 mars 2014)
  7. (en) « Arctic Monkeys win 2006 Mercury Music Prize », sur NME (consulté le 10 mars 2014)
  8. (en) « 500 Greatest Albums of All Time - Whatever People Say I Am, That's What I'm Not », Rolling Stone (consulté le 11 mars 2013)
  9. (en) « 100 Best Albums of the 2000s: Arctic Monkeys, 'Whatever People Say I Am, That's What I'm Not' », Rolling Stone (consulté le 10 mars 2014)
  10. (en) « NME's best British album of all time revealed », sur NME (consulté le 10 mars 2014)
  11. (en) « Arctic Monkeys defend EP release », sur NME (consulté le 13 mars 2014)
  12. (en) « Arctic Monkeys play gig in tiny pub », sur NME (consulté le 13 mars 2014)
  13. (en) « Arctic Monkeys lose a member », NME (consulté le 13 mars 2014)
  14. (en) « Arctic Monkeys - Favourite Worst Nightmare (CD, Album) », sur discogs.com (consulté le 18 mars 2014)
  15. (en) « Mercury Prize: The nominees », sur bbc.co.uk (consulté le 18 mars 2014)
  16. (en) « NME Album Reviews - The Last Shadow Puppets - NME.COM », sur NME (consulté le 20 mars 2014)