Guitare baryton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vidéo d'une guitare baryton Eastwood Sidejack jouée en arpèges (avec overdrive, trémolo et réverb).

Une guitare baryton (ou barytone, du grec "barytonos" : voix grave, en anglais baritone) est une guitare de tessiture plus grave que la guitare, et permettant un accordage plus bas d'au moins une quarte (voire une octave) par rapport au classique mi-la--sol-si-mi grâce à un manche plus long[1]. Elle se situe donc entre la guitare standard et la guitare basse[2].

Guitare baryton Ibanez SRC6 dans un registre metal, en La (pistes doublées en stéréo, avec de la distorsion et de la fuzz).

La longueur de son manche autorise une longueur vibrante des cordes plus grande que sur les guitares (26,50" ou 27.50" et même 30" au lieu de 23.5" à 25.5"). Une baryton peut ainsi être accordée plus bas – par exemple en si grave au lieu de mi à partir de la dernière corde, donc si-mi-la--fa#-si (B-E-A-D-F#-B en notation internationale).

Une guitare électrique standard de type stratocaster avec un diapason de 647 mm (25,5'') (gauche), une guitare baryton Gretsch avec un diapason de 756 mm (29,75'') et une basse Fender jazz bass (droite) avec un diapason de 863 mm (34'').

Les guitares baryton sont principalement utilisées dans le surf rock, la musique country et le metal[2]. Ce sont généralement des guitares électriques, mais on trouve aussi des guitares folks baryton.

Historique[modifier | modifier le code]

La première marque ayant commercialisé des guitares électriques baryton est Danelectro, en 1956[2]. Fender suit en 1961 avec la Bass VI, une basse au diapason plus court que les basses électriques classiques, et avec six cordes au lieu de quatre, accordée mi-la-ré-sol-si-mi[2]. Un débat existe pour déterminer ce qui relève de la guitare baryton et ce qui relève de la basse à court diapason, notamment pour la Bass VI[2].

Dans les années 1960, les guitares baryton trouvent leur clientèle parmi les joueurs de Surf music et sont ensuite utilisées pour leur sonorité particulière, par exemple dans des musiques de films tels que celle de James Bond ou par Ennio Morricone pour les westerns spaghetti, restant toutefois de diffusion assez limitée[2]. Ces guitares doublent en général la ligne de basse, mais l'utilisation d'un médiator et le diapason plus court produit un son beaucoup plus claquant que celui d'une basse[2].

Les guitares baryton ont trouvé un autre créneau d'utilisation avec le heavy metal à partir des années 1970.

On trouve également des guitares folks baryton, dont la popularité a augmenté dans les années 2000[3].

La guitare baryton et la sept cordes[modifier | modifier le code]

Les guitares baryton, à la fois concurrencent, et se démarquent des modèles sept cordes : la corde grave d'une guitare sept cordes peut en effet aussi être accordée en si, retrouvant les mêmes notes qu'une baryton sur ses 6 cordes graves.

Toutefois, la guitare baryton permet d'atteindre le si grave en utilisant un tirant de corde plus faible grâce à une longueur de corde vibrante (dite diapason) plus longue. (les sept cordes actuelles emploient toutefois souvent un tirant de corde usuel, couplé par exemple à un chevalet surélevé, réduisant ainsi les risques de frisure dus à une tension des cordes très faible et conséquemment une amplitude vibratoire plus grande).

D'autre part, la guitare baryton autorise des accordages encore plus graves, ce qui est sa réelle particularité. De fait, ces guitares sont souvent utilisées en metal, où elles jouent bien souvent le rôle de la guitare rythmique complétant le duo basse-batterie aux côtés d'une guitare soliste. Une baryton, même si ce n'est pas sa vocation première, permet d'aller sans défaillir jusqu'à une octave en dessous de l'accordage standard : manche et mécaniques sont adaptés pour à la fois soutenir la tension de tirants de cordes importants et offrir la meilleure résonance et la meilleure définition des notes possibles. Plus l'accordage est grave, plus le tirant de corde nécessaire est élevé, cependant que la tension exercée reste sensiblement la même afin d'obtenir à la fois un jeu aisé et un timbre précis. Une baryton accordée très grave se rapproche ainsi d'une basse avec une qualité sonore suffisante, la guitare sept cordes restant plus tournée vers la rythmique et les positions d'accords – des groupes comme Meshuggah en sont l'illustration.

Le son typique des Danelectro, le 'twang' ne peut s'obtenir qu'avec une baryton, dont les cordes sont lâches et vibrent longuement dans un espace plus important (lié à une action plus haute). Inversement, une guitare au manche plus court donnera de meilleurs résultats lorsqu’un son plus précis est souhaité (par exemple pour appliquer un gain important avec une distorsion 'moderne') alors que les guitares baryton Danelectro seront mieux exploitées avec un trémolo et une réverbération à ressort.

Instrumentistes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jon Chappell, Rock Guitar For Dummies, John Wiley & Sons, (ISBN 978-1-118-06960-8, lire en ligne), p. 372
  2. a b c d e f et g (en) Chad Johnson, Hal Leonard Baritone Guitar Method, Hal Leonard Corporation, (ISBN 978-1-5400-4297-2, lire en ligne), p. 4-6
  3. (en) Richard Johnston, Michael Simmons, Teja Gerken et Frank Ford, Acoustic Guitar: The Composition, Construction, and Evolution of One of World's Most Beloved Instruments, Hal Leonard, (ISBN 978-1-4768-5258-4, lire en ligne), p. 126

Voir aussi[modifier | modifier le code]