Hubert Sarton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sarton (homonymie).
Hubert Sarton
Description de cette image, également commentée ci-après

Détail d'un portrait d'Hubert Sarton

Nom de naissance Dieudonné Hubert Sarton
Naissance [1]
Liège, LuikVlag.svg Principauté de Liège
Décès
Liège, LuikVlag.svg Principauté de Liège
Nationalité Principautaire liégeois LuikVlag.svg
Pays de résidence Principauté de Liège
Profession
Activité principale
Autres activités
fabricant de machine à filer,
auteur de vulgarisations
Formation
horloger Dieudonné Sarton,
horloger Pierre Le Roy
Famille

Hubert Sarton (Liège - Liège ) est un inventeur et horloger liégeois[2].

Ce fut un chercheur infatigable et il est à l'origine de nombreuses « inventions ». Il faut citer entre autres la montre automatique à rotor, par un dépôt[3] à l'académie française des sciences le , invention qui fut aussi attribuée à Abraham Louis Perrelet par Alfred Chapuis en 1952.

Il fut également premier mécanicien-horloger à la cour du prince-évêque François-Charles de Velbruck (1772-1784). C'est le grand-père du géologue liégeois André Hubert Dumont[4].

Invention de la montre automatique à rotor[modifier | modifier le code]

Il y a un débat sur l'invention de la montre automatique à rotor, débat ravivé par le livre de Joseph Flores paru en 2001, réédité par l'AFAHA en 2009

Ouvrages littéraires[modifier | modifier le code]

  • Manière de se servir du cadran manuel de l'équation du temps, Liège, Impr. de Josse & Déjosez, 1789, (OCLC 82730905)
  • Hommage de Hubert Sarton ... à ses concitoyens, amis des arts et des sciences, etc, Liège, Impr. de J. A. Latour, 1822, (OCLC 503703170)
  • Des Échelles mobiles dites « Fahrkunst » ; leur inventeur Hubert Sarton, Liège, F. Renard, 1860, (OCLC 458962180)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Becdelièvre-Hamal, op. cit., p. 707
  2. Fettweis & Musée d'Ansembourg, p.14
  3. Voir le procès verbal de l'académie des sciences du 23 décembre 1778.
  4. [1] page de présentation du château de Jehay, prov-liege/culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Thiry, Horlogerie ancienne de la principauté de Liège périphérie, Liège, Impr. Derouaux Ordina éditions, 1995, (OCLC 718456844)
  • Camille Pavard, « Sarton (Dieudonné-Hubert) » dans Biographie des Liégeois illustres recueillie dans divers auteurs anciens et modernes. Bruxelles, A. Castaigne, 1905, (pp. 360-361), (OCLC 36676556)
  • Henri Fettweis ; Musée d'Ansembourg. Le Musée d'Ansembourg à Liège, Liège, 1960, (OCLC 48593985)
  • Antoine Gabriel de Becdelièvre-Hamal, « Sarton (Dieudonné-Hubert) » dans Biographie liégeoise : ou, Précis historique et chronologique..., Liége, Jeunehomme frères, 1836-1837, (pp. 706-707), (OCLC 10204831)
  • Joseph Flores, Perpétuelles à roue de rencontre ou Montres automatiques, une page d'histoire : analyse d'un document de l'Académie française de 1778 et de ses conséquences historiques, Besançon, Néo,‎ , 160 p. (ISBN 978-2-91474-102-6, OCLC 51177104)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]