Hubert Sarton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sarton (homonymie).
Hubert Sarton
Description de cette image, également commentée ci-après

Détail d'un portrait d'Hubert Sarton

Nom de naissance Dieudonné Hubert Sarton
Naissance
Liège, LuikVlag.svg Principauté de Liège
Décès
Liège, LuikVlag.svg Principauté de Liège
Nationalité Principautaire liégeois LuikVlag.svg
Pays de résidence Principauté de Liège
Profession
Activité principale
Autres activités
fabricant de machine à filer,
auteur de vulgarisations
Formation
horloger Dieudonné Sarton,
horloger Pierre Le Roy
Famille

Hubert Sarton, né le à Liège où il meurt le (à 79 ans), est un inventeur et horloger liégeois[1].

Ce fut un chercheur infatigable et il est à l'origine de nombreuses « inventions ». Il faut citer entre autres la montre automatique à rotor, par un dépôt[2] à l'académie française des sciences le , invention qui fut aussi attribuée à Abraham Louis Perrelet par Alfred Chapuis en 1952.

Il fut également premier mécanicien-horloger à la cour du prince-évêque François-Charles de Velbruck.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sarton montre dès l'enfance un vif intérêt pour la mécanique et la science. Son oncle et parrain Dieudonné Sarton le forme dès 1762 à l'horlogerie. En 1768, Sarton se rend à Paris pour parfaire sa formation en horlogerie. Il travaille également pour Pierre Le Roy, le fils aîné de Julien Le Roy, horloger du roi Louis XVI. Après avoir obtenu le titre de maître-horloger, il retourne en 1772 à Liège et s'y installe définitivement.

Sarton fut horloger du duc Charles-Alexandre de Lorraine, gouverneur général des Pays-Bas autrichiens et travailla pendant de nombreuses années au service du prince-évêque de Liège François-Charles de Velbrück qui était son patron et mécène.

Sarton écrit une série de mémoires et traités sur la construction de machines pour l'extraction du charbon, ainsi que des moulins à vent et des machines hydrauliques pour le drainage des polders néerlandais.

Il eut huit enfants, dont trois fils qui furent également horlogers et Barbe Sarton mère du géologue liégeois André Hubert Dumont.

Invention de la montre automatique à rotor[modifier | modifier le code]

Il y a un débat sur l'invention de la montre automatique à rotor, débat ravivé par le livre de Joseph Flores paru en 2001, réédité par l'AFAHA en 2009

Ouvrages littéraires[modifier | modifier le code]

  • Manière de se servir du cadran manuel de l'équation du temps, Liège, Impr. de Josse & Déjosez, 1789, (OCLC 82730905)
  • Hommage de Hubert Sarton ... à ses concitoyens, amis des arts et des sciences, etc, Liège, Impr. de J. A. Latour, 1822, (OCLC 503703170)
  • Des Échelles mobiles dites « Fahrkunst » ; leur inventeur Hubert Sarton, Liège, F. Renard, 1860, (OCLC 458962180)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Thiry, Horlogerie ancienne de la principauté de Liège périphérie, Liège, Impr. Derouaux Ordina éditions, (OCLC 718456844)
  • Camille Pavard, Biographie des Liégeois illustres recueillie dans divers auteurs anciens et modernes., Bruxelles, A. Castaigne, (OCLC 36676556, lire en ligne), « Sarton (Dieudonné-Hubert) », p. 360-361
  • Henri Fettweis, Le musée d'Ansembourg à Liège, Liège, coll. « Feuilles archéologiques de la Société Royale Le Vieux-Liège » (no 10), (OCLC 48593985), p. 39
  • Antoine Gabriel de Becdelièvre-Hamal, Biographie liégeoise,ou Précis historique et chronologique, t. II, Liège, Jeunehomme frères, (OCLC 10204831, lire en ligne), p. 706-707
  • Joseph Flores, Perpétuelles à roue de rencontre ou Montres automatiques, une page d'histoire : analyse d'un document de l'Académie française de 1778 et de ses conséquences historiques, Besançon, Néo, , 160 p. (ISBN 978-2-91474-102-6, OCLC 51177104)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]