Howling Bells

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Howling Bells
Description de cette image, également commentée ci-après
Howling Bells en septembre 2014.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de l'Australie Australie
Genre musical Rock indépendant
Années actives Depuis 2004
Labels Bella Union, Liberation Music, Independiente, Play It Again Sam, Hostess Entertainment, Nettwerk Music Group, Cooking Vinyl, Birthday Records
Site officiel howlingbells.co.uk
Composition du groupe
Membres Juanita Stein
Joel Stein
Glenn Moule
Gary Daines
Anciens membres Brendan Picchio

Howling Bells est un groupe de rock indépendant australien, originaire de Sydney. Il est basé en Angleterre, et formé principalement d'anciens membres de Waikiki. Le style musical s'apparente plutôt au folk rock et rock indépendant. Le premier témoignage musical du groupe s'intitule Howling Bells, sorti le 8 mai 2006 sur le label Bella Union.

À la suite de la parution de son premier album en mai 2006, Howling Bells joue aux 2006 EMI Awards à l'Astoria de Londres. Ils ont ensuite participé à de nombreux festivals estivaux dont ceux de Reading, Leeds et La Route du Rock de Saint-Malo. En automne, le groupe s'est embarqué pour une tournée britannique puis européenne. Ils ont aussi fait beaucoup de premières parties du groupe Placebo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

En 1999, Glenn Moule, Joel Stein, et Juanita Stein forment le groupe de pop rock Waikiki[1],[2]. Ils tournent à l'Est du pays comme trio et publient un EP, Presents, en 2000[1],[3]. En 2002, accompagné d'un guitariste rhythmique, ils sortent l'album au top 50, I'm Already Home[4],[5]. Avec quatre membres, le groupe tourne en Australie et en Nouvelle-Zélande[4],[6]. Peu après, Brendan Picchio se joint à Waikiki comme bassiste, et Juanita passe à la guitare rythmique[3],[7]. Le groupe se retrouve insatisfait des morceaux, et les membres décident d'emprunter une nouvelle direction musicale[8],[9],[10],[11]. En 2004, le groupe change son nom pour Howling Bells, et ses membres décident alors de passer au rock indépendant[9],[12].

De nouvelles démos sont envoyées au producteur britannique Ken Nelson (Coldplay, Gomez)[10],[13]. Les membres le considéraient comme un producteur insaisissable, qui répondra pourtant favorablement[10]. Après avoir reçu sa réponse, le groupe se délocalise à Londres[3],[14]. cette période, Nelson joue avec Coldplay. Pendant huit à dix mois, le groupe vit des conditions insalubres dans une chambre de maison à Londres[15],[16].

Howling Bells (2005–2008)[modifier | modifier le code]

Juanita Stein, à Portsmouth, en 2006.

Howling Bells attend pendant près d'un an que Nelson termine l'album X&Y de Coldplay's[17]. Frustré par une attente qui n'en finit pas, ils prennent la décision de revenir en Australie[8],[16]. Cependant, en début 2005, Nelson réusit à se libérer, et le groupe enregistre son premier album aux Parr Street Studios, de Liverpool[18]. Howling Bells présente un son moins pop que celui de Waikiki[10],[19]. Le délai d'attente et le froid britannique glacial a clairement changé le ton de leur musique[17],[20].

En juillet 2005, le groupe se retrouve toujours sans label[21]. Howling Bells tourne pendant dix mois avant la sortie de l'album. Ils jouent occasionnellement dans des clubs en Australie et en Amérique du Nord, et tournent en Europe avec Editors[22],[23],[24]. Le groupe jouent régulièrement dans les club britanniques avec notamment The Young Knives et Hank and Lily[25],[26]. Howling Bells joue aussi le Camden Crawl et le NME New Music Tour[10],[27].

L'album est publié en mai 2006 au Royaume-Uni au label Bella Union et en juillet en Australie chez Liberation Music[28],[29]. Il est bien accueilli et reçoit une note parfaite de 5 sur 5 par musicOMH[30]. Le NME lui attribue une note de 9 sur 10[31]. Howling Bells atteint le top 100 de l'UK Albums Chart et le top 50 de l'Australian Albums Chart[32],[33],[10],[34]. Il apparait dans plusieurs listes de fin d'année de différentes publications[35],[36]. Dans son édition du 22 mars 2007, Rolling Stone nomme Howling Bells l'un des trois groupes à surveiller[37].

Howling Bells passe les deux prochaines années à tourner en Europe, en Australie, et aux US. Ils jouent aux NME Awards[38]. Ils jouent aussi dans plusieurs festivals pendant l'été 2006 et 2007, comme les Reading and Leeds et Latitude Festival[10],[39]. Ils jouent en soutien à Placebo en Europe et en Australie, et aux Futureheads au Royaume-Uni[40]. Ils jouent aussi avec Mercury Rev, Snow Patrol, et The Killers à travers différents continents[24],[40].

Radio Wars (2008–2009)[modifier | modifier le code]

Juanita Stein, au V Festival de Sydney, en 2009.

Howling Bells se sépare de Bella Union et signe, en 2008, un contrat avec le label Independiente[41],[42]. Le groupe travaille avec le producteur et ingénieur-son Dan Grech-Marguerat (Radiohead, Paul McCartney) et enregistre un nouvel album, Radio Wars, dans différents studios[43],[44]. À cette période, les membres trouvent difficile le temps qu'ils passent avec leur nouveau producteur. Cependant, avec le temps, ils se satisferont du résultat en expliquant avoir gagné de l'expérience grâce à lui[43].

Radio Wars est publié en mars 2009 au Royaume-Uni, et apparait dans d'autres pays par la suite[2],[45]. L'album signale un changement de direction musicale. Elle devient plus légère, accessible, et bien plus inspirée par le clavier[20],[43]. De ce fait, les critiques sont assez mitigées. BBC Music explique qu'« une seconde chance aurait été inutile[46]. » Gigwise le considère comme « un album de germes d'idées pré-mâchées[47] ». Du côté positif des critiques, ABC le décrit de « rock hymnotique, edgy, rythmé du meilleur possible[48]. » Il atteint le top 30 en Australie et le top 50 au Royaume-Uni[49],[50].

Howling Bells tournent en tête d'affiche en avril 2009, en soutien à The Joy Formidable et Chew Lips[24]. Ils jouent au V Festival en Australie en avril et sont invités à jouer avec Coldplay en mai et juin en Amérique du Nord[24],[51]. Le groupe joue plusieurs festivals en Europe, dont le Hop Farm Festival, Hard Rock Calling, et Pukkelpop[24],[52]. Ils jouent avec Coldplay pendant trois nuits européennes en août et septembre[24]. Le groupe revient en Australie pour écrire son troisième album et toorner en décembre[11],[53]. Howling Bells est félicité par d'autres groupes avec lesqueusl ils ont joué. Chris Martin de Coldplay conseille son public le téléchargement du morceau Nightingale des Howling Bells[54]. En juillet, Gary Lightbody de Snow Patrol les nomment « meilleur groupe de l'année » sur Q[55].

Juanita prend la décision de développer son personnage scénique en 2008 et 2009. Elle devient plus confiante, animée, et intéragit bien plus avec le public et évolue dans son style personnel et physique[43]. En mars 2009, Gigwise la proclame « femme la plus sexy du rock »[56]. Elle est aussi placé dans le top dix de la liste du « Top femme de 2009 » par le magazine Clash[57].

The Loudest Engine (2010–2012)[modifier | modifier le code]

Howling Bells commence à écrire The Loudest Engine à la mi–2009, et espère sortir l'album d'ici 2010, ce qui ne se réalisera pas[53],[58].

Membres[modifier | modifier le code]

  • Glenn Moule - batterie)
  • Gary Daines (Brendan Picchio jusqu'en 2014) - basse
  • Joel Stein - guitare, chant
  • Juanita Stein - chant, guitare

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Howling Bells (sortie le 8 mai 2006)
  • 2009 : Radio Wars (sortie le 3 mars 2009)
  • 2011 : Loudest Engine (sortie le 12 septembre 2011)
  • 2014 : Heartstrings (sortie le 2 juin 2014)

Singles[modifier | modifier le code]

  • Blessed Night
  • Low Happening
  • Setting Sun
  • Into The Chaos

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Hannan, Victoria (octobre 2000). "An Interview with Waikiki". Ozmusic Project. Jasper Lee. Archived from the original; 2001.
  2. a et b NME (Production). (). "NME Presents Howling Bells video"' (FLV) [Web video]. Punk, Soho, London : (IPC Media) (Time Inc.). Consulté le . La scène se produit à a 1:26, b 1:58.
  3. a, b et c Curley, John (9 novembre 2008). "Archive for Brendan Picchio". Powerline A.D. Patrick Prince ¤ Automattic. Archived from the original.
  4. a et b (en) "Waikiki". Music Australia. National Library of Australia.
  5. (en) Kellaghan, Ronan (22 octobre 2002). "The ARIA Report" (PDF). ARIA. Australian Recording Industry Association. (660): 6.
  6. (en) Likeman, Miranda (30 août 2002). "Meet Waikiki". nzgirl. Jenene Crossan Freer ¤ E-Innovatus Ltd.
  7. (en) Carson, Jamie (19 janvier 2003). "Big Day Out 2003 – Gold Coast Review". Virtual Festivals. Steve Jenner.
  8. a et b (en) Josh Brown, « Howling Bells », Bma magazine, Canberra, ACT, Radar Media, (consulté le 3 avril 2011), p. 26.
  9. a et b (en) Emily Williams, « Howling Bells », Rave Magazine, Sydney, NSW, Colin Rankin, (consulté le 20 juillet 2011).
  10. a, b, c, d, e, f et g (en) Steve Bateman, « Howling Bells Live @ Oxford Zodiac », Repeat, Greater London, Angleterre, Repeat Fanzine, (consulté le 11 mars 2011)
  11. a et b (en) Ben Preece, « Howling Bells – Foreign Conflicts », Time Off, Brisbane, QLD, Street Press Australia Pty Ltd, (consulté le 24 mars 2011), p. 22.
  12. (en) Augustine, Lalita (16 octobre 2011). "Howling Bells: Power Play (In Conversation with Lalita Augustine)". (West Lothian, Scotland: Is this music?).
  13. Sam Inglis, « Ken Nelson: Recording Coldplay's Parachutes », Sound On Sound, Cambridge, UK, SOS Publications Group, (consulté le 2 avril 2011).
  14. (en) Andrew Murfett, « Howling at the stars », Melbourne, VIC, Fairfax Media,
  15. (en) Elisa Bray, « Howling Bells – Heartbreak and a Primal Howl », London, UK, Independent Print Limited) (Alexander Lebedev, Evgeny Lebedev (consulté le 14 février 2011)
  16. a et b (en) Andrew Weaver, « Reaching the emotional depths: An interview with Howling Bells », Glovebox, (consulté le 31 mars 2011).
  17. a et b Cohen, Ben (31 mars 2009). "We Meet The Howling Bells". t5m Insider. The 5th Medium Ltd.
  18. (en) Fungus, Slender (14 mai 2009). "Howling Bells Interview – We Talked to Juanita Stein from Coldplay's Latest Support Act". Coldplay official website.
  19. (en) Birdie, « Howling Bells », Rave Magazine, Sydney, NSW, Colin Rankin,
  20. a et b Video Hits • Agolley, Faustina; Guppy, Hayden (Hosts); Stein, Juanita; Picchio, Brendan (Guests). (). Howling Bells Video Hits Interview pt.2.2 (FLV) [Television production]. Australia : Ten Network Holdings. Consulté le . La scène se produit à a 1:05, b 1:20.
  21. (en) "A&R Newsletter Vol. LXXIV". A&R Worldwide. Pangaea Entertainment Group, LLC. (5 juillet 2005).
  22. (en) "The Cops, The Howling Bells, The Kits @ Club 77, 06/08/05". FasterLouder. Sound Alliance. (9 août 2005).
  23. Chip Adams, « Live – Howling Bells Impress At First NYC Performance » [archive], The Fader, New York, NY, Rob Stone, Jon Cohen, Andy Cohn, .
  24. a, b, c, d, e et f (en) "Howling Bells past concerts". Songkick. Ian Hogarth, Pete Smith, Michelle You.
  25. (en) Bright, Jon (29 mars 2006). "Young Knives + Howling Bells". musicOMH. OMH Media.
  26. (en) Hegazy, Alex (9 December 2005). "Howling Bells @ 93 Feet east". Access All Areas Music. Alessia Matteoli.
  27. (en) Webb, Simon (23 avril 2006). "Camden Crawl 2006". Room Thirteen. Guy Powell.
  28. (en) "Howling Bells – Howling Bells". MusicBrainz. MetaBrainz Foundation. (2006).
  29. (en) "Howling Bells". Bella Union Records.
  30. (en) Hubbard, Michael (5 mai 2006). "Howling Bells – Howling Bells". musicOMH. OMH Media.
  31. (en) Anthony Thornton, « Howling Bells – Howling Bells », NME, Londres, IPC Media, Time Inc, .
  32. (en) Zywietz, Tobias (29 novembre 2007). "Chartwatch 2006 Chart Booklet" (PDF). Zobbel.de.
  33. (en) Wallace, Ian (24 juillet 2006). "The ARIA Report" (PDF). ARIA. Australian Recording Industry Association. (855).
  34. (en) Nina Bertok, « The Howling Bells », dB Magazine, Adelaide, SA, Arna Eyers-White, 5–19 juillet 2006 (consulté le 22 février 2011)
  35. (en) "Best Of 2006". Metacritic. CBS Interactive Inc. (2007).
  36. (en) "Howling Bells". Acclaimed Music. Henrik Franzon.
  37. (en) "Howling Bells Tour Oz in May". Hotsource. Burgess Ventures. (11 avril 2007).
  38. (en) « Howling Bells play Shockwaves NME Awards Show », NME, Londres, IPC Media, Time Inc, (consulté le 3 avril 2011).
  39. (en) Aubergine, Cath (15 juillet 2006). "Taxi For Mr Strange?". Manchester Music. Musicdash Ltd.
  40. a et b (en) Tijs, Andrew (11 janvier 2007). "Howling Bells Conquer UK". Undercover Network Pty Ltd.
  41. (en) Strange, Francesca (mars 2009). "Howling Bells: Interview". 4orTheRecord.com.
  42. (en) Sarah Birke, « Label Profile: Independiente », Londres, Independent Print Limited) (Alexander Lebedev, Evgeny Lebedev, (consulté le 2 avril 2011).
  43. a, b, c et d The Range on Radio Adelaide • Brown, Jonathan (présentateur); Stein, Juanita (invitée). (). '"Interview – Juanita from the Howling Bells"' (mp3) [Radio broadcast]. Australia : University of Adelaide ¤ Automattic. Consulté le . La scène se produit à a 8:35, b 9:41, c 10:25, d 10:50.
  44. (en) "Producers – Dan-Grech Marguerat – Producer / Mixer". Solar Management Ltd. (2008).
  45. (en) "Howling Bells – Radio Wars". MusicBrainz. MetaBrainz Foundation. (2009).
  46. (en) Burgess, Keira (20 février 2009). "Howling Bells Radio Wars Review". BBC Music. The Crown.
  47. (en) Bye, Jon (4 mars 2009). "Howling Bells – Radio Wars (Independiente) Released:02/03/09". Gigwise. Giant Digital.
  48. (en) "Reviews: Music > Howling Bells: Radio Wars". ABC Online. Australian Broadcasting Corporation (ABC). (27 février 2009).
  49. (en) Wallace, Ian (13 avril 2009). "The ARIA Report" (PDF). ARIA. Australian Recording Industry Association. (998): 6.
  50. (de) Zywietz, Tobias (19 septembre 2010). "Chartwatch 2009 Chart Booklet" (PDF). Zobbel.de (originellement OCC 8 The Official Charts Company). Tobias Zywietz. p. 13.
  51. (en) "Howling Bells Sign To Nettwerk; Join Coldplay Spring Tour". (5 avril 2009). Nettwerk Music Group. Nettwerk One Publishing.
  52. (en) "A&R Worldwide – Newsletter CCXIX". A&R Worldwide. Pangaea Entertainment Group, LLC. (3 juin 2009).
  53. a et b Video Hits • Agolley, Faustina (Host); Stein, Juanita; Moule, Glenn (Guests). (). '"Video Hits Homebake 09 – Howling Bells"' (FLV) [Web video]. Australie : Ten Network Holdings. Consulté le . La scène se produit à a 5:10, b 5:52, c 6:15.
  54. (en) Perkins, Tessa (24 juin 2009). "Coldplay Viva La Vida Concert Tour 2009". Press+1. Kindah Mardam Bey.
  55. (en) ( langue non reconnue : citation) Gary Lightbody, « Gary Lightbody's Band of The Week: Week 9 », Q Magazine, Londres, Bauer Media Group, (consulté le 12 mars 2011).
  56. (en) "The 25 Sexiest Women In Rock!". Gigwise. Giant Digital. (17 mars 2009).
  57. (en) Nick Annan, « 2009 Top Woman, Pt. 4 – Lily Allen/Juanita Stein », Clash, Dundee, Écosse, John O'Rourke, (consulté le 4 mars 2011).
  58. (en) Thompson, Jody (17 mai 2011). "Howling Bells Say the Killers' Mark Stoermer 'Became Like a Band Member'". Spinner. AOL.

Liens externes[modifier | modifier le code]