Mercury Rev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mercury.
Mercury Rev
Description de cette image, également commentée ci-après

Mercury Rev en 2004.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Rock indépendant[1], chamber pop[2], neo-psychedelia[3], avant-pop[4], pop psychédélique[4]
Années actives Depuis 1989
Labels Jungle Records, Rough Trade Records, Columbia Records, Beggars Banquet Records, V2 Records, Yep Roc Records, Bella Union
Site officiel www.mercuryrev.com
Composition du groupe
Membres Jonathan Donahue
Grasshopper
Carlos Anthony Molina
Jason Miranda
Anciens membres David Baker
John DeVries
Jeff Mercel
Gerald Menke
Suzanne Thorpe
Jimy Chambers
Justin Russo
Jason Sebastian Russo
Adam Snyder
Michael Schirmer
Dave Fridmann
Paul Dillon

Mercury Rev est un groupe de rock américain, originaire de Buffalo, dans l'État de New York.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Formé en 1989, Mercury Rev était composé originellement de David Baker au chant, Jonathan Donahue (chant et guitare), Sean Mackowiak (alias Grasshopper) (guitare et clarinette), Suzanne Thorpe (flûte), Dave Fridmann (basse) et Jimy Chambers (batterie). Ils enregistraient au début des bandes-sons pour des films expérimentaux. Les premiers enregistrements de Mercury Rev étaient psychédéliques et expérimentaux, proches des Flaming Lips[5], dont Jonathan Donahue avait fait partie comme guitariste jusqu'en 1991 et dont Dave Fridmann est le producteur attitré.

Malgré un succès critique (ils furent notamment soutenus par John Peel)[6],[7],[8], Mercury Rev ne dépasse alors jamais le statut de groupe underground culte[5]. De plus, ses prestations scéniques décousues (ils furent virés du Lollapalooza pour niveau sonore excessif) n'aidaient pas à augmenter la popularité du groupe.

Transition musicale[modifier | modifier le code]

À la suite de différends personnels et musicaux, David Baker quitte le groupe[4]. Ceci modifie la direction musicale du groupe vers une voie plus accessible et moins sombre. See You on the Other Side, l'album suivant est un disque de transition. Mené par Jonathan Donahue, Mercury Rev devenait un groupe plus lyrique. C'est l'album suivant, Deserter's Songs (qui contient des collaborations avec Garth Hudson et Levon Helm de The Band), qui leur permet de dépasser le statut de groupe pour critiques[9],[10],[11],[12],[13]. Trois singles sont dans le top 40 britannique et le NME en fait son album de l'année 1998. All is Dream, sorti le est 11e au top album. À la limite de la grandiloquence, il comprend The Dark is Rising, classé 16e de l'UK Singles Chart[14].

Dernières activités[modifier | modifier le code]

L'album The Secret Migration, publié en janvier 2005, obtint lui aussi de bonnes critiques (bien que moins élogieuses). Le single Vermillion en est notamment tiré. En octobre 2006 sort leur première compilation, agrémentée de quelques inédits. Fin 2006 sort également la bande originale du film Hello Blackbird, composé par le groupe. En 2008 sort Snowflake Midnight qui reçoit un accueil plus mitigé. Il est accompagné de Strange Attractor, qui regroupe 11 titres offerts en téléchargement gratuit.

En 2011 sort une réédition de Deserter's Songs, qui est l'occasion d'une tournée spéciale autour de cet album. Un nouvel album des Mercury Rev, The Light in You, est publié le chez Bella Union. Il s'agit de leur premier album en sept ans[15].

Membres[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Yerself is Steam
  • 1993 : Boces
  • 1995 : See You on the Other Side
  • 1998 : Deserter's Songs (réédité en 2011 avec 13 titres bonus)
  • 2001 : All is Dream
  • 2005 : The Secret Migration
  • 2008 : Snowflake Midnight
  • 2008 : Strange Attractor (11 titres offerts par le groupe en téléchargement)
  • 2015 : The Light in You

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 2006 : The Essential Mercury Rev - Stillness Breathes (1991-2006)
  • 2006 : Hello Blackbird (bande originale de film)
  • 2009 : The Peel Sessions

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Lego My Ego
  • 1992 : Car Wash Hair
  • 1992 : If You Want Me to Stay
  • 1993 : The Hum is Coming from Her
  • 1993 : Chasing a Bee
  • 1993 : Bronx Cheer
  • 1993 : Something for Joey
  • 1995 : Everlasting Arm
  • 1995 : Young Man's Stride
  • 1998 : Goddess On a Hiway
  • 1998 : Delta Sun Bottleneck Stomp
  • 1999 : Opus 40
  • 1999 : Holes
  • 2001 : Nite and Fog
  • 2002 : The Dark is Rising
  • 2002 : Little Rhymes
  • 2004 : Secret for a Song
  • 2005 : In A Funny Way
  • 2005 : Across Yer Ocean
  • 2008 : Senses on Fire

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ben Cardew, « Mercury Rev – 10 of the best », The Guardian, .
  2. (en) Chris DeVille, « Premature Evaluation: The Avalanches Wildflower », sur Stereogum, .
  3. (en) « Neo-Psychedelia », sur AllMusic, n.d..
  4. a, b et c (en) Jason Ankeny, « Mercury Rev | Biography & History », AllMusic, (consulté le 4 décembre 2015)
  5. a et b (en) « Mercury Rev », sur TrouserPress.com (consulté le 4 décembre 2015).
  6. (en) « Chris Roberts reviews Mercury Rev’s Yerself Is Steam, 16th February 1991 | Archived Music Press », sur Archivedmusicpress.wordpress.com (consulté le 4 décembre 2015).
  7. (en) « Archives », .
  8. (en) Heather Phares, « See You on the Other Side - Mercury Rev | Songs, Reviews, Credits », AllMusic, (consulté le 4 décembre 2015).
  9. (en) Jason Ankeny, « Deserter's Songs - Mercury Rev | Songs, Reviews, Credits », AllMusic (consulté le 4 décembre 2015)
  10. (en) « Archives »,
  11. (en) Nme, « NME Reviews - Deserter's Songs », sur Nme.com, (consulté le 4 décembre 2015)
  12. (en) « Archives », .
  13. (en) Tom Sinclair, « Deserter's Songs », sur EW.com, (consulté le 4 décembre 2015).
  14. (en) « The Official UK Top 40 », BBC News, (consulté le 12 mai 2010).
  15. (en) « The Light in You - Mercury Rev | Credits », AllMusic, (consulté le 4 décembre 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]