Hippolyte-Victor Collet-Descotils

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hippolyte-Victor Collet-Descotils
Collet-Descotils.png
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 42 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Œuvres principales

Hippolyte-Victor Collet-Descotils, dit Descotils[1], né à Caen le et mort à Paris le , est un chimiste et minéralogiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève des Mines en 1794, Victor Collet-Descotils a été l’élève et l’ami de Vauquelin. Il a travaillé sur les sels de platine décomposables en iridium et rhodium ou palladium.

Ingénieur en 1798, il est élu parmi les premiers membres de l’Institut d’Égypte, dans la section de physique[2] et part pour l’Expédition d’Égypte. Le Bonaparte organise un voyage vers l’isthme de Suez avec Gaspard Monge et Berthollet, ainsi que Le Père, le géomètre Costaz, le chimiste Descotils et le dessinateur Dutertre[3].

Le , il quitte le Caire pour la Haute-Égypte, sous la conduite de Pierre-Simon Girard, accompagné de François Michel de Rozière, Victor Dupuis, ingénieurs des mines, Jean-Baptiste Jollois, Édouard de Villiers du Terrage, Jean-Marie Dubois-Aymé, ingénieurs des Ponts et Chaussées, Jean-Jacques Castex, sculpteur, pour prendre des renseignements sur le commerce, l’agriculture, l’histoire naturelle, les arts et les antiquités, et surtout pour examiner le régime du Nil, depuis la première cataracte, et étudier le système d’irrigation[4].

Il sera de retour au Caire le , avec Rozière, Dupuis et Louis Duchanoy[5]. Le , il remplace Champy comme administrateur des propriétés mises à la disposition de l’Institut, et reste en fonction jusqu’à la fin de l’Expédition[6]. Le il se rend en excursion à Gizeh et Chéops[7]. Il se rend de nouveau à Gizeh le [8]. Avec Costaz, ils sortent très discrètement du Caire le , à la nuit tombée, et quittent l’Égypte le [9].

De retour en France, il est professeur de chimie au corps royal des Mines, et en 1801 Conservateur des produits chimiques et directeur du l’École des mines[10]. Sociétaire de la Société d'Arcueil en 1807. Il est ingénieur en chef des Mines 1809. En 1813, il est chargé d’aller inspecter les mines d’alun de la Tolfa et devient directeur provisoire de l’École des mines en 1815. Il est l’auteur, avec Jollois, d’un mémoire de 26 pages sur la Description d’Esné et de ses environs[11].

En 1806, Collet-Descotils a mal identifié l'érythronium, un nouvel élément découvert au Mexique par l'Espagnol Andrés Manuel del Río, pensant qu'il s'agissait de chrome. Alexander von Humboldt a rejeté la découverte de Del Río. Le même élément a été redécouvert trente ans plus tard en Suède et rebaptisé vanadium.

À sa mort, il fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise (10e division)[12],[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Appelé « Descotils » dans la Description de l’Égypte.
  2. Yves Laissus, L’Égypte, une aventure savante 1798-1801, Paris, Fayard, 1998, p. 109.
  3. Yves Laissus, op. cit., p. 216.
  4. Yves Laissus, op. cit. p. 278 et 538 ; Thibaudeau, op. cit. p. 429 ; Villiers du Terrage, L’Expédition d’Égypte, Paris, Cosmopole, 2001, p. 93 ; Jean-Marie Carré, Voyageurs et écrivains français en Égypte, 2e édition, Institut français d’archéologie orientale du Caire, 1956, t. I, p. 152 ; Francine Masson, L’Expédition d’Égypte, ABC Mines, no 12, décembre 1997.
  5. Yves Laissus, op. cit., p. 286 et 480 n. 44.
  6. Yves Laissus, p. 429 n. 34.
  7. Yves Laissus, op. cit., p. 326.
  8. Yves Laissus, op. cit., p. 546.
  9. Yves Laissus, op. cit., p. 371.
  10. www.org/archives/necro.html.
  11. Description de l’Égypte, Antiquités-Description, tome premier, 1809.
  12. « COLLET DES COTILS (ou Descotils) Hippolyte (1773-1815) », sur Association des Amis et Passionnés du Père-Lachaise
  13. François Marie Marchant de Beaumont, Manuel et itinéraire du curieux dans le cimetière du Père la Chaise, Paris, Emler frères, (lire en ligne), p. 101

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gay-Lussac, Notice sur H-V Colle-Descotils, ingénieur en chef et professeur de chimie au corps royal des mines, Feugueray, Paris, 1816.

Liens externes[modifier | modifier le code]