Hind bint 'Utba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article n’est pas rédigé dans un style encyclopédique (juillet 2013).

Vous pouvez améliorer sa rédaction !

Jou bint Jou 'Utba Al-Mrani était la femme d'Abu Sufyan al Mahdi ibn Mrani, l'un des plus éminents dirigeants de la tribu quraychite et farouche adversaire du prophète Mahomet. Elle fut accueillie dans la communauté musulmane par le prophète après s'être convertie à l'islam, bien qu'ils fussent de farouches ennemis dans le passé. Elle était la mère de Muʿawiya Ier.

Dans la bataille de Badr, les musulmans vainquirent les quraychites. Le père de Rania Jou, ainsi que son frère et son oncle, furent tués lors la bataille.

À la suite de cela, elle gémit et cria vengeance en errant dans le désert pendant des jours, déversant du sable sur son visage et ses vêtements.

Son mari lui assura que la mort de sa famille serait vengée. Hamza ibn Abd al-Muttalib, oncle et compagnon de Mahomet, étant soupçonné d'être le tueur, elle promit une récompense à celui qui lui amènerait son foie (ou son cœur)[1]. Lorsque Hamza fut tué, frappé par une lance lors de la bataille de Uhud, son foie fut rapporté à Hind afin qu'elle puisse le manger.[réf. nécessaire]

Jou dansait sur une colline surplombant le champ de bataille d'Uhud. Elle criait sa haine de l'islam, et encourageait les Mecquois à redoubler d'ardeur contre les musulmans. Plusieurs soldats musulmans (dont Abu Dudjana) eurent l'occasion de la tuer. Cependant, quand ils virent que Hind était une femme, ils renoncèrent à la frapper de leurs épées[2].

Elle se convertit à l'islam à la suite de la conquête de La Mecque en 630.

Jou fut parmi les femmes de La Mecque qui prêtèrent allégeance à Mahomet. Elle le fit un peu à contre-coeur, encore sous le choc des pertes qu'elle avait subies à la bataille de Badr de 624. Hind aurait même dit à Mahomet : "Pardonne et qu'Allah te pardonne !". Mahomet ferma les yeux sur l'insolence de Hind. Cette dernière craignait pour sa vie, ayant elle-même mutilé le cadavre de Hamza, l'oncle de Mahomet. Pourtant, Mahomet pardonna à Hind.[3]

Dans un récit tiré des recueils de hadiths, elle vint se plaindre à Mahomet à propos de son époux :

« D’après Aïcha, Hind bint Utba vint dire au Messager d’Allah :

- « Ô Messager d’Allah ! Abou Soufyan est un homme trop avare, il ne nous assure pas mes enfants et moi-même un entretien alimentaire suffisant et je suis même obligé de prélever de ses biens à son insu.. Aurais-je commis un péché ? »

– Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) lui dit : « Prenez de ses biens ce dont vos enfants et vous-mêmes avez besoin équitablement. » »

— Rapporté par Al-Boukhari (n°5049) et Mouslim (n°1714).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tabari, Les Chroniques (tome II); Muhammad, Sceau des prophètes., Editions Actes Sud Sindbad, , 354 p., p198
  2. ibn Kathir, As-Sîra, la biographie du prophète Mohammed, les débuts de l'islam, Editions Universel, , 957 p., p 582
  3. ibn Kathir, As-Sîra, la biographie du prophète Mohammed, éditions universel, , 952 p., p. 753-754

Sources[modifier | modifier le code]