Hermandad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une Hermandad, signifiant en espagnol « fraternité », désigne, dans l'Espagne médiévale, une confrérie d'hommes armés formée contre le meurtre et le pillage, et qui fut plus tard organisée administrativement.

Face à l'insécurité endémique qui régnait en Espagne, des ligues municipales se formèrent vers le XIIe siècle pour lutter contre les bandits et autres criminels, ainsi que contre la noblesse errante. La première fut créée pour protéger les pèlerins sur le chemin de Saint-Jacques, et durant tout le Moyen Âge de telles hermandades furent créée pour sécuriser les routes reliant les villes entre elles. En Catalogne, elles correspondent aux Somatén.

Le mouvement prit de l'ampleur quand, en 1300, s'unirent en une même hermandad les habitants de Tolède et de Talavera de la Reina, auxquels se joignirent plus tard ceux de Ciudad Real pour former une puissante confédération, la Hermandad de los Colmeneros.

Cette puissance fit que ces hermandades furent utilisées à des fins politiques lors de la crise du Moyen Âge espagnol au XVe siècle. Sous le règne d'Henri IV de Castille naît en Galice la plus importante hermandad de cette période : la Hirmandade, dont les paysans hors de tout contrôle provoquent plusieurs vagues révolutionnaires connues sous le nom de revueltas hirmandiñas. Les hirmandades galiciennes apparaissent dès le XIVe siècle, mais les plus actives sont celles du XVe siècle ; leur objectif étant de lutter contre les abus de pouvoir des nobles, elles n'hésitent pas à attaquer leurs forteresses. Composées de paysans pour l'essentiel, elles s'associent tour à tour à des hidalgos, à des membres du clergé d’origine nobiliaire et à des villes entières. Leur organisation est exemplaire : elles possèdent leurs propres bataillons de cent hommes, appelés cuadrillas, et détruisent plus de cent trente forteresses féodales. Même le roi va utiliser les hirmandiños dans le but d’affaiblir le pouvoir de l’opposition nobiliaire qui se trouvait favorable à son rival Don Alfonso. Á partir de 1467, la noblesse se désintéresse de la Galice, et, en 1469, l’évêque de Saint-Jacques-de-Compostelle Alphonse de Fonseca, à la tête d’une coalition castillano-portugaise, met en déroute les hirmandiños, abandonnées à leur sort par le roi.

À la même époque, en 1464, naissent la Hermandad des communes du Guipuscoa et la Sainte Confrérie castillane. Deux années durant, le roi Henri IV les utilise contre ses ennemis. Or, voyant leurs propres intérêts relégués au second plan, les paysans s’agitent. Puis lorsque le prince Alphonse – ennemi du roi – décède, l’opposition signe le « Traité des Taureaux de Guisando », marquant la fin de la confrérie castillane en 1468, qui est alors décimée par les chevaliers de Salamanque.

La Sainte-Hermandad[modifier | modifier le code]

À leur avènement, les Rois catholiques créèrent la Sainte-Hermandad : ils adaptèrent la forme des hermandad préexistantes pour former une force de police centralisée et efficace, et dotée de larges pouvoirs de juridiction.

Les hermandades locales continuèrent de jouer le rôle de police municipale, jusqu'à leur suppression en 1835.

Aux Pays-Bas, l'expression néerlandaise de heilige hermandad (« sainte hermandad ») désigne la police.

Hermandad religieuse[modifier | modifier le code]

Une hermandad designe dans l'Espagne actuelle, une fraternité religieuse ou confrérie.